Rechercher
Rechercher

Économie - Etats-Unis

Faillite bancaire: une responsable de la Fed veut une enquête "indépendante"

Michelle Bowman, membre du conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale (Fed). Photo Eric BARADAT / AFP

Une responsable de la banque centrale américaine (Fed) a appelé dimanche, lors d'un colloque en Autriche, à une enquête "indépendante et impartiale" des causes de la faillite de plusieurs banques américaines en début d'année, repoussant les propositions d'augmentation des capitaux propres des établissements.

Selon Michelle Bowman, membre du conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale (Fed), le rapport d'enquête publié fin avril, réalisé par le vice-président de l'institution chargé de la supervision bancaire, Michael Barr, n'a "pas été soumis aux autres membres du conseil avant sa publication".

"Les autres membres du conseil n'ont pu, de manière troublante, contribuer à la rédaction du rapport", a-t-elle déclaré à l'occasion d'une conférence à Salzbourg (Autriche), "il existe une question légitime quant au fait que ce rapport apporte les réponses suffisantes à ce qu'il s'est passé".

Le rapport de la Fed paru fin avril se prononçait en faveur d'un renforcement du contrôle du secteur bancaire, reconnaissant les manquements de l'institution en la matière lors de la faillite de Silicon Valley Bank (SVB) et de plusieurs autres établissements bancaires en début d'année.

Mais les commentaires de Mme Bowman soulignent les divisions qui existent au sein du conseil des gouverneurs sur la marche à suivre en termes de supervision et de contrôle.

Lors d'une audition devant une commission du Congrès américain jeudi, le président de la Fed, Jerome Powell, a répondu aux rumeurs d'une hausse des obligations de fonds propres des établissements bancaires, qui pourraient atteindre 20%.

"Les besoins en fonds propres seront très très limités, aux huit principaux établissements bancaires", a-t-il assuré, ajoutant que d'autres banques pourraient être concernées par une hausse de leurs fonds propres, en proportion moindre cependant. Mais ces nouvelles règles "ne devraient pas concerner les banques avec moins de 100 milliards de dollars" d'actifs, a souligné M. Powell.

Pour Mme Bowman, il "n'y a pas d'espace pour améliorer la supervision des grandes banques". Une remise à plat de la supervision ne pourrait intervenir qu'après "une enquête impartiale et indépendante concernant ce qui a amené à ces faillites", a-t-elle estimé. "Nous devons faire preuve de prudence concernant ce qui s'est mal passé", être "volontaires sur ce qu'il faut corriger et conscients des conséquences inattendues" qui pourraient en découler, a appuyé Mme Bowman.

"Une erreur de perception et une mauvaise compréhension des causes profondes" de ces faillites pourrait avoir "des effets négatifs sur les banques et leurs clients, sur le système financier et sur l'économie en général", a-t-elle ajouté.

Pour Mme Bowman, un rapport indépendant soulignerait que "des améliorations à apporter en termes de supervision, une révision des besoins en fonds propres ou une meilleure préparation des établissements pour accéder aux liquidités seront plus efficaces qu'une obligation de hausse des fonds propres pour un certain nombre de banques".

"Il est absolument clair qu'une réforme de la régulation et de la supervision est en cours, mais nous devons nous assurer que ces changements se fassent en faveur d'un système bancaire plus solide et sain", a conclu Mme Bowman.

Une responsable de la banque centrale américaine (Fed) a appelé dimanche, lors d'un colloque en Autriche, à une enquête "indépendante et impartiale" des causes de la faillite de plusieurs banques américaines en début d'année, repoussant les propositions d'augmentation des capitaux propres des établissements.Selon Michelle Bowman, membre du conseil des gouverneurs de la Réserve...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut