Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Iran

Téhéran libère un humanitaire belge dans un échange de prisonniers

L’humanitaire belge Olivier Vandecasteele, détenu en Iran pendant 455 jours, a été libéré vendredi au terme d’un échange avec un diplomate iranien condamné en 2021 pour terrorisme. « Enfin libre! » a déclaré le Premier ministre belge Alexander De Croo sans mentionner cet échange de prisonniers. « Au moment où je m’adresse à vous, Olivier Vandecasteele est en chemin pour la Belgique. Si tout se déroule comme prévu, il sera parmi nous ce soir », a-t-il ajouté, faisant part de son immense « soulagement ». De son côté, le sultanat de Oman, qui joue le rôle de médiateur entre Téhéran et les pays occidentaux, a expliqué que cet humanitaire avait été libéré dans le cadre d’un « échange » entre l’Iran et la Belgique. Le détenu iranien est Assadollah Asadi. Ce diplomate, à l’époque en poste à Vienne, a été reconnu coupable d’avoir fomenté un projet d’attentat à l’explosif qui devait viser le 30 juin 2018 un rassemblement du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI, coalition d’opposants) à Villepinte, près de Paris. Il a été condamné à 20 ans de prison en février 2021 par un tribunal belge, au grand dam de l’Iran qui a dénoncé une violation de son immunité diplomatique. « Assadollah Assadi, un diplomate innocent de notre pays, qui a été détenu illégalement en Allemagne et en Belgique pendant plus de deux ans en violation du droit international, est maintenant sur le chemin du retour vers son pays », s’est félicité le ministre des Affaires étrangère Hossein Amir-Abdollahian sur son compte Twitter, remerciant Oman.

Les membres de l’opposition iranienne en exil, qui ont tenté – sans succès – de s’opposer à cet échange, ont immédiatement dénoncé ce dénouement, jugeant que la Belgique avait payé « une rançon honteuse ». « Cela encouragera le fascisme religieux au pouvoir en Iran à poursuivre ses crimes », a estimé le CNRI.

Un traité de transfèrement mutuel de condamnés, signé en 2022 entre la Belgique et l’Iran et entré en vigueur le 18 avril, avait ouvert la voie à cet échange.

Plusieurs dizaines d’Occidentaux sont détenus en Iran, décrits par leurs soutiens comme des innocents utilisés par Téhéran comme moyen de pression et monnaie d’échange.

L’humanitaire belge Olivier Vandecasteele, détenu en Iran pendant 455 jours, a été libéré vendredi au terme d’un échange avec un diplomate iranien condamné en 2021 pour terrorisme. « Enfin libre! » a déclaré le Premier ministre belge Alexander De Croo sans mentionner cet échange de prisonniers. « Au moment où je m’adresse à vous, Olivier Vandecasteele est en...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut