Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - TOURISME

Bientôt un espace Schengen dans le Golfe ?

Bientôt un espace Schengen dans le Golfe ?

Le site d'Al Hijr (Hegra), une des attractions touristiques d'Arabie saoudite. Photo AFP

Sous l’impulsion de Riyad, Abou Dhabi et Manama, les pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Qatar, Oman, Bahreïn et Koweït) étudient la possibilité de créer un visa unique unifié pour les touristes calqué sur le modèle de l’espace Schengen.

Ce projet de visa pourrait se concrétiser « très bientôt », a déclaré Fatima al-Saïrafi, la ministre bahreïnie du Tourisme, au cours du Salon Arabian Travel Market (ATM) cette semaine à Dubaï. « Je crois que les voyageurs de demain chercheront toujours les arrêts, les itinéraires et les régions multiples », a embrayé Fahd Hamideddine, PDG de l’Autorité saoudienne du tourisme. L’idée est de présenter les pays du Golfe comme une destination « unifiée », avec la volonté d’harmoniser le calendrier des événements régionaux, selon Fatima al-Saïrafi.

Le sous-secrétaire des Émirats arabes unis au ministère de l’Économie Abdallah al-Saleh y voit, lui, l’occasion de mettre en place « des réglementations, des politiques et des procédures générales pour faciliter la croissance ». L’objectif est clairement d’attirer les visiteurs étrangers dans le Golfe, alors que le marché régional, segmenté entre tourisme culturel, sportif et religieux, s’appuie principalement sur les vacanciers nationaux ou des pays voisins. À l’exception notable de Dubaï, destination prisée à l’international, et, dans une moindre mesure, Oman avec ses vallées luxuriantes et son camping autorisé.

En effet, si Riyad, Doha et Mascate espèrent tout particulièrement capitaliser sur le secteur touristique, ils sont largement devancés par Abou Dhabi. Le tourisme compte pour 12,1 % du PIB de la fédération, selon des chiffres officiels. Malgré cette volonté de se présenter comme une destination « unifiée », les six pays du CGG demeurent ainsi concurrents sur le marché du tourisme.

Car le Golfe, et en particulier l’Arabie saoudite, mise largement sur ce secteur pour diversifier son économie et préparer l’après-pétrole. Se calquant sur ses voisins, Riyad vient d’inaugurer une procédure accélérée d’obtention de visa en ligne. Le royaume prévoit aussi l’ouverture de 315 000 nouvelles chambres d’hôtel et a lancé en mars une nouvelle compagnie aérienne, Riyadh Air, qui entend desservir 100 destinations internationales.

La monarchie wahhabite prévoit d’investir dans le secteur touristique la somme vertigineuse d’un trillion de dollars en une décennie. À commencer par le site archéologique d’al-Ula, laissé à l’abandon pendant des décennies, qui sera utilisé comme vitrine du tourisme saoudien. Des projets pharaoniques ont également été lancés pour attirer visiteurs et investisseurs étrangers, comme le très luxueux Red Sea Project, qui s’étale sur 28 000 km2 le long de la côte Ouest, ou encore la station de ski Trojena, au cœur de la métropole futuriste NEOM, qui doit accueillir les Jeux asiatiques d’hiver de 2029. Dans le cadre de son programme Vision 2030, l’Arabie s’est fixé un objectif démesuré : attirer 100 millions de touristes d’ici à la fin de la décennie.

Sous l’impulsion de Riyad, Abou Dhabi et Manama, les pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Qatar, Oman, Bahreïn et Koweït) étudient la possibilité de créer un visa unique unifié pour les touristes calqué sur le modèle de l’espace Schengen.Ce projet de visa pourrait se concrétiser « très bientôt », a déclaré Fatima...
commentaires (6)

Les israéliens n'aimeront pas cela , car leurs visas pour les Emirats seront rendus bien plus difficiles à obtenir , voire impossible !

Chucri Abboud

14 h 47, le 08 mai 2023

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Les israéliens n'aimeront pas cela , car leurs visas pour les Emirats seront rendus bien plus difficiles à obtenir , voire impossible !

    Chucri Abboud

    14 h 47, le 08 mai 2023

  • Schengen est mort. Le modèle de l’espace Schengen est aboslument à éviter. Au lieu de suivre l'exemple de Schengen il faudrait mieux suivre le bon exemple du Brexit en Angleterre. Il faut une sorte de "LibanExit" de la ligue arabe..

    Stes David

    09 h 15, le 08 mai 2023

  • Enfin une bonne nouvelle.j’adhère de tout cœur à ce noble projet. Un fervent admirateur des pays du golfe. Momed.

    Mohamed Melhem

    06 h 14, le 08 mai 2023

  • Enfin une très bonne nouvelle. J’adhère de tout cœur à ce projet. Un fervent partisan défendeur de l’unité des pays du golfe.Momed.

    Mohamed Melhem

    06 h 11, le 08 mai 2023

  • Il faudrait que l'Iran aussi rejoigne le groupe, car c'est un pays bien plus riche en sites touristiques intéréssants plus que tous les autres réunis .

    Chucri Abboud

    02 h 28, le 08 mai 2023

  • Et moi, je veux double ration de halawet jebn la prochaine fois que je vais chez Hallab !

    IBN KHALDOUN

    00 h 12, le 08 mai 2023

Retour en haut