Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Syrie

Un membre des gardiens de la révolution tué dans la frappe israélienne près de Damas

L'armée idéologique du régime iranien promet de réagir à cette "attaque criminelle" à Damas. 

Un membre des gardiens de la révolution tué dans la frappe israélienne près de Damas

Une frappe israélienne à Damas, le 20 juillet 2020. Photo d'illsutration AFP

Une frappe israélienne vendredi après minuit qui visait des cibles au sud-ouest de Damas a tué un officier des gardiens de la révolution, a déclaré l'armée idéologique de l'Iran. Cette attaque, la deuxième en 24 heures, semble indiquer une volonté de l'Etat hébreu de contrer l'emprise iranienne en Syrie.

"Les gardiens de la révolution islamique ont annoncé le martyre de Milad Haydari, un conseiller et officier des gardiens" dans l'attaque israélienne, peut-on lire dans un communiqué publié dans les médias iraniens. Les gardiens ont promis de réagir à cette "attaque criminelle", selon l'agence semi-officielle Tasnim. 

Il s'agit de la deuxième frappe israélienne près de Damas en moins de 24h, deux soldats syriens ayant été blessés lors d'un raid israélien dans la nuit de mercredi à jeudi près de Damas.

Pour mémoire

Pourquoi Israël a visé l’aéroport d’Alep

"A 00h17 (21h17 GMT), l'ennemi israélien a mené une agression aérienne en tirant plusieurs missiles depuis le Golan syrien occupé et visant une des positions dans les environs de Damas", a indiqué l'agence officielle SANA vendredi, en citant une source militaire. La source a ajouté que plusieurs missiles ont été interceptés par la défense anti-aérienne syrienne, faisant état de dégâts matériels. SANA avait indiqué peu avant que "des explosions ont retenti vendredi après minuit dans les environs de Damas".

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les missiles israéliens ont ciblé des positions militaires des forces du régime syrien et affiliées à l'Iran dans le sud-ouest de Damas. L'ONG, qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, a ajouté que les missiles ont détruit un dépôt d'armes et de munitions, sans faire état de victimes. Un correspondant de l'AFP à Damas a indiqué avoir été réveillé par une forte détonation.

Israël a mené six raids aériens en Syrie en mars, selon l'OSDH, frappant notamment deux fois l'aéroport d'Alep, ville du nord du pays où les groupes relevant de l'Iran et de ses alliés ont une grande influence. Un premier raid avait fait trois morts le 7 mars, et le deuxième avait provoqué des dégâts matériels le 22 mars.

Le 19 février, 15 personnes avaient été tuées lors d'une frappe israélienne sur Damas, qui avait visé un quartier abritant le siège de plusieurs services de sécurité, avait indiqué l'OSDH.

Israël a mené des centaines de frappes aériennes en Syrie voisine contre des positions du régime ainsi que des forces iraniennes et du Hezbollah, alliés de Damas et ennemis jurés d'Israël. Il commente rarement les frappes au cas par cas, mais dit vouloir empêcher l'Iran de s'implanter à ses portes.

La Syrie est ravagée par une guerre civile, déclenchée par la répression en 2011 de manifestations prodémocratie et qui s'est complexifiée au fil des ans avec l'intervention de plusieurs pays et groupes armés étrangers.

Une frappe israélienne vendredi après minuit qui visait des cibles au sud-ouest de Damas a tué un officier des gardiens de la révolution, a déclaré l'armée idéologique de l'Iran. Cette attaque, la deuxième en 24 heures, semble indiquer une volonté de l'Etat hébreu de contrer l'emprise iranienne en Syrie."Les gardiens de la révolution islamique ont annoncé le martyre de Milad Haydari,...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut