Rechercher
Rechercher

Culture - Initiative

Un club de lecture pour raviver la mémoire collective des Beyrouthins

Vous aimez les livres ? La culture urbaine de Beyrouth vous passionne ? Rejoignez le Book Club de l’ONG Beirut Heritage qui se réunit chaque dernier jeudi du mois à la bibliothèque publique Assabil du secteur Monnot. Vous y découvrirez un florilège d’ouvrages – ainsi que des auteurs – inspirés par cette ville aux mille facettes...

Un club de lecture pour raviver la mémoire collective des Beyrouthins

Maud Stephan, cofondatrice des bibliothèques Assabil, s’exprimant au cours de la première séance du Beirut Heritage Book Club. Photo tirée du compte Instagram de Beirut Heritage

Beyrouth est une ville inspirante. C’est connu. Son énergie, sa luminosité, son ouverture sur la mer et aux cultures du monde, son mélange de modernité et de traditions, mais aussi de violence et de douceur, ont toujours attiré les auteurs voyageurs. Cette ville qui interpelle les imaginaires les plus divers a également été largement célébrée par ses propres poètes, romanciers et écrivains de renom. De Nadia Tuéni (Vingt poèmes pour un amour ; Dar an-Nahar) à Samir Kassir (Histoire de Beyrouth ; éd. Fayard), en passant par Alexandre Najjar (Le Roman de Beyrouth et Le syndrome de Beyrouth ; Plon éditions), on ne compte plus les grandes plumes libanaises qui en ont fait le sujet central de leurs écrits. Parallèlement à leurs ouvrages devenus des références, il existe un florilège d’autres livres – romans, essais, Mémoires et biographies – qui, pour avoir été édités de manière plus confidentielle, n’en recèlent pas moins mille et une histoires beyrouthines qui méritent d’être (re)découvertes.

Lire aussi

Itinéraires et écritures dans Beyrouth avec Antoine Boulad

Ce sont ces pages-là, pleines de trésors mémoriels cachés, que Karim Koleilat, scénariste, producteur de documentaires, passionné de livres, d’archives et de photos anciennes, veut mettre en lumière à travers le Beirut Heritage Book Club qu’il vient de fonder avec quelques membres de l’ONG du même nom.

Karim Koleilat, passionné de livres, d’archives et de mémoire beyrouthine. Photo Michel Sayegh

Une littérature en lien avec le tissu urbain

Beirut Heritage (à ne pas confondre avec Save Beirut Heritage, coalition d’organisations et d’experts qui œuvrent à la reconstruction du patrimoine de Beyrouth endommagé par la double explosion au port en août 2020) est une association de « Beyrouthins de souche » regroupant des chercheurs, des documentalistes et des collectionneurs attachés à la préservation de l’héritage culturel et immatériel de leur ville. Ses membres s’activent particulièrement à revivifier la mémoire collective de la capitale libanaise à travers diverses activités et initiatives (toujours à but non lucratif) dont la dernière en date est le lancement de ce Book Club exclusivement dédié aux ouvrages en lien avec Beyrouth.

Karim Koleilat, initiateur des rencontres autour des livres sur Beyrouth à la bibliothèque Assabil de Monnot. Photos Michel Sayegh

« Ayant constaté que cette ville, outre son rôle pionnier dans l’édition et la liberté d’expression dans le monde arabe, a aussi inspiré en tant que sujet une production littéraire non négligeable depuis les écrits des voyageurs orientalistes jusqu’aux écrivains actuels, nous nous sommes dit qu’il y avait là de quoi alimenter un club de lecture qui ferait découvrir au large public une littérature en lien avec leur héritage socio-culturel et leur environnement urbain. On retrouve ainsi dans les pages de nombreux auteurs, des temps passés et présents, des récits de vie en lien avec les différents quartiers de la ville. Certains, comme Achrafieh, Ras Beyrouth ou Mazraa, font même l’objet d’un si grand nombre d’écrits spécifiques, aussi bien de documentation que de fiction, qu’ils peuvent remplir à eux seuls les rayonnages de plus d’une bibliothèque », indique Karim Koleilat, l’initiateur et modérateur du Beirut Heritage Book Club.

La première séance avec l’auteur Ziad Kaj autour de son roman « Binayat TV Taxi ». Photo tirée du compte Instagram de Beirut Heritage

Bibliophiles, grand public et génération Z

Lancé par une rencontre avec l’auteur Ziad Kaj autour de son roman Binayat TV Taxi (L’immeuble de TV Taxi ; al-Sanawbarat) – « un immeuble situé à Koraytem, qui a été témoin d’événements tragiques et abrité des personnalités culturelles importantes, comme Oussama al-Aaref et Rachid al-Daïf » –, ce nouveau club de lecture se distingue donc par l’exclusivité de sa thématique beyrouthine. Ainsi que par son accès libre à tous. « Nous l’avons voulu ouvert à tous les intéressés, sans restriction à des membres adhérents, dans un esprit de démocratisation de la culture et de la lecture », assure le jeune homme. Et de préciser que si les livres qui y seront présentés peuvent indifféremment avoir été écrits en arabe, en français ou en anglais, les discussions et les échanges en arabe restent privilégiés, dans une claire volonté de mettre ce club de lecture à la portée du plus grand nombre. « Nous ne voulons pas nous limiter aux seuls intellectuels et bibliophiles mais élargir l’amour de la lecture et l’accès aux connaissances qu’elle peut apporter à un plus large public », ajoute l’initiateur de ces rencontres fixées chaque dernier jeudi du mois, à 18h, à la bibliothèque publique Assabil du secteur Monnot (rue de l’Université Saint-Joseph). Des rendez-vous adressés donc à tous ceux qui vivent à Beyrouth (et dans ses environs) et qui ont envie d’en découvrir les différentes facettes à travers des livres et des échanges avec leurs auteurs.

Entretien

Farouk Mardam-Bey : « Si vous voulez connaître le monde arabe, lisez sa littérature »

Un club de lecture dont la programmation sera communiquée au moyen des pages Instagram et Facebook de Beirut Heritage ainsi que, très prochainement, sur TikTok. « Pour amener des lecteurs de la génération Z à s’intéresser à nos sujets et à rejoindre nos réunions à la bibliothèque. »

Chaque dernier jeudi du mois à la bibliothèque Assabil de Monnot (rue de l’Université Saint-Joseph, Achrafieh) à 18h. Entrée libre.

Au programme des 4 prochaines séances

Au menu des rencontres du Beirut Heritage Book Club des quatre prochaines séances : Rahlat ila bilad al-majed al-mafqoud (Voyage au pays de la gloire perdue), un ouvrage écrit par le peintre Moustapha Farroukh dans les années 1920 à son retour d’un voyage en Europe ; Zakirat Azhar wa Achjar Beyrouth (Mémoires des fleurs et des arbres de Beyrouth) de Abed el-Latif Fakhouri. Puis Kossas bayroutiya (Histoires beyrouthines) de l’auteur ukrainien arabisant de la fin du XIXe siècle Ahatanhel Krymsky (traduit en arabe par Imadeddine Ra’ef) et L’Occidentalisation de la vie quotidienne à Beyrouth (1860-1914) de Nada Sehnaoui.

Beyrouth est une ville inspirante. C’est connu. Son énergie, sa luminosité, son ouverture sur la mer et aux cultures du monde, son mélange de modernité et de traditions, mais aussi de violence et de douceur, ont toujours attiré les auteurs voyageurs. Cette ville qui interpelle les imaginaires les plus divers a également été largement célébrée par ses propres poètes, romanciers et...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut