Rechercher
Rechercher

Économie - Restrictions bancaires

Les effets de la circulaire n° 161 de la BDL prolongés jusqu’au 31 mars

Les effets de la circulaire n° 161 de la BDL prolongés jusqu’au 31 mars

Le logo de la BDL sur la façade de son siège principal à Beyrouth. Photo João Sousa

La Banque du Liban a pour la 14e fois d’affilée prolongé hier pour un mois les effets de la circulaire principale n°161. Il s’agit de l’un des principaux dispositifs aménageant les restrictions bancaires en vigueur dans le pays depuis 2019 et qui limitent, sans être avalisés par une loi de contrôle des capitaux, l’accès des déposants à leurs comptes en devises, voire l’accès aux devises tout court dans un contexte d’effondrement de la monnaie nationale.

Le texte du renouvellement – la circulaire intermédiaire n° 663 – autorise donc les banques, jusqu’au 31 mars 2023, à fournir des dollars en espèces à leurs clients en les convertissant depuis les comptes en livres de ces derniers, au taux de sa plateforme de change Sayrafa. Ce taux a atteint 44 300 livres pour un dollar mardi, alors que le taux sur le marché parallèle avoisine 81 500 livres libanaises pour un dollar.

Les dollars échangés dans le cadre de l’application de la circulaire n° 161 sont directement fournis aux banques par la BDL au taux de Sayrafa et sont puisés dans les réserves de devises du pays dont le niveau exact n’est pas connu, mais qui s’évaporent à grande vitesse.

La Banque du Liban a pour la 14e fois d’affilée prolongé hier pour un mois les effets de la circulaire principale n°161. Il s’agit de l’un des principaux dispositifs aménageant les restrictions bancaires en vigueur dans le pays depuis 2019 et qui limitent, sans être avalisés par une loi de contrôle des capitaux, l’accès des déposants à leurs comptes en devises, voire l’accès...
commentaires (1)

Chaque renouvellement de la circulaire intermédiaire n° 663 est un pas de plus vers l'écroulement du système bancaire libanais, étape obligée du renouvellement complet (Reset) des institutions politiques et financières du pays.

Ca va mieux en le disant

15 h 29, le 23 février 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Chaque renouvellement de la circulaire intermédiaire n° 663 est un pas de plus vers l'écroulement du système bancaire libanais, étape obligée du renouvellement complet (Reset) des institutions politiques et financières du pays.

    Ca va mieux en le disant

    15 h 29, le 23 février 2023

Retour en haut