Rechercher
Rechercher

Société - Désinformation

Peut-on prédire un tremblement de terre ?

Alors qu’un puissant séisme a dévasté certaines parties de la Turquie et de la Syrie lundi et secoué la plupart des Libanais, de nombreuses personnes se sont tournées vers les médias sociaux pour obtenir des informations... pas toujours fiables.

Peut-on prédire un tremblement de terre ?

Des personnes cherchent des survivants sous les décombres après un tremblement de terre à Diyarbakir, en Turquie, le 6 février. Photo Sertac Kaya/Reuters

Après le tremblement de terre meurtrier de lundi, le tweet d’un chercheur autoproclamé dans un institut qui utilise la « géométrie des corps célestes » pour prédire les tremblements de terre a rapidement enregistré 33 millions de vues : il semblait en effet avoir « prédit » avec précision le tremblement de terre, bien qu’il n’ait pas avancé de date.

L’US Geological Survey (USGS) confirme, pour sa part, qu’il est impossible de prédire un tremblement de terre. « Ni l’USGS ni aucun autre scientifique n’a jamais prédit un tremblement de terre majeur. Nous ne savons pas comment le faire et nous ne nous attendons pas à le savoir de sitôt », peut-on lire sur son site web.

Le maximum que la science peut offrir actuellement est la probabilité d’un tremblement de terre dans une région donnée sur une période de plusieurs années, sans date précise (les répliques sismiques, quant à elles, ont tendance à suivre des schémas bien établis en termes de taux et de magnitude).

Tony Nemer, chercheur en géologie et en sismologie à l’Université américaine de Beyrouth, affirme à L’Orient Today que, scientifiquement, « la prédiction des tremblements de terre n’existe pas ». Il compare les sismologues aux médecins. « Un cardiologue, même s’il sait que son patient ne va pas bien, ne peut pas prédire le moment de sa mort », souligne-t-il.

Un tweet du même chercheur en « corps célestes », dans lequel il prétend que « ces tremblements de terre sont toujours précédés d’une géométrie planétaire déterminante », a recueilli plus de sept millions de vues. Une note d’avertissement a été cependant ajoutée par des utilisateurs de Twitter en commentaire, indiquant que « les prédictions de tremblements de terre n’ont pas de fondements scientifiques (...) et les allégations de corrélation avec un certain alignement planétaire ont été réfutées ».

Un entrepreneur libano-australien, avec plus de 360 mille followers sur Twitter, a fait la promotion de la page de « géométrie planétaire » mentionnée ci-dessus. En quelques heures, la confusion n’a fait que se répandre, quand un faux compte s’est fait passer pour le chercheur susmentionné, recueillant des dizaines de milliers de vues. Les utilisateurs des médias sociaux ont également signalé avoir reçu d’autres prédictions douteuses de la part de leurs amis et de leurs familles.

Certaines institutions gouvernementales ont pris l’initiative de combattre les rumeurs, comme l’Institut libanais de recherche agricole (IRAL) qui a précisé que les tremblements de terre ne peuvent pas être prédits et ne sont pas liés aux conditions météorologiques qui se produisent au-dessus de la surface de la terre, comme les fortes pluies de ces derniers jours. « Il n’est pas nécessaire de paniquer en pensant que des tremblements de terre se produiront en raison de fortes pluies, de chutes de neige ou de vent », a déclaré l’agence dans un communiqué. « Tout spéculation, intimidation ou ragot est inutile », a-t-elle ajouté.

La directrice du Centre national de géophysique, Marlène Brax, a aussi réfuté tout lien entre les tremblements de terre et la météo, dans des propos accordés à l’Agence nationale d’information.

Selon l’USGS, « statistiquement, il y a une distribution plus ou moins égale des tremblements de terre par temps froid, chaud, pluvieux, etc. Certaines très fortes baisses de pression, associées aux grands systèmes de tempête (typhons, ouragans, etc.), sont connues pour déclencher des épisodes de glissement de faille (séismes lents) dans la croûte terrestre et peuvent jouer un rôle dans le déclenchement de certains séismes destructeurs. Cependant, les chiffres sont faibles et ne sont pas statistiquement significatifs ».

Informations sur la sécurité

D’autres organismes gouvernementaux libanais, en particulier les institutions de gestion des catastrophes, se focalisent sur la sensibilisation du public aux directives de sécurité. Peu après le premier tremblement de terre à l’aube lundi, la Défense civile libanaise a publié sur Facebook des conseils sur les mesures de sécurité à prendre en cas de séisme.

Élie Kheirallah explique à L’Orient Today que la Défense civile publie des messages sur les médias sociaux et les fait circuler dans tous les médias écrits et audiovisuels du pays afin de les communiquer au public. « Il ne fait aucun doute que les gens suivent les directives officielles publiées par la direction générale de la Défense civile », affirme-t-il.

Quelques heures plus tard, les Forces de sécurité intérieure ont diffusé une infographie datant de 2018 sur les moyens de se préparer et de survivre à un tremblement de terre.

Lors d’une réunion lundi matin du Comité national pour la gestion des catastrophes et des crises au Grand Sérail, les participants sont convenus que l’unité de gestion des risques de catastrophe, attachée au cabinet du Premier ministre, diffusera en coordination avec la Défense civile et la Croix-Rouge libanaise des instructions de sécurité en cas de tremblement de terre. Elle mènera aussi une campagne nationale ciblant diverses institutions afin qu’elles développent des plans de réduction des risques.

Le Comité national a également demandé au Conseil national de la recherche scientifique de servir de « bouclier contre les rumeurs et les fausses nouvelles » concernant les risques de tremblement de terre, et au ministère de l’Information de faire circuler les données et les directives du CNRS dans les médias, afin de sensibiliser les citoyens à ces questions et d’éviter la panique.

Relation de confiance et nouvelles confirmées

Selon une étude récente sur les crises survenues dans huit pays européens, publiée dans l’International Journal of Disaster Risk Reduction, la diffusion de fausses informations à la suite d’une crise est principalement « le résultat du manque d’informations officielles mises à jour et confirmées ». L’étude ajoute que « l’établissement et le maintien d’une relation de confiance entre les institutions et le public atténuent la vulnérabilité des gens aux fausses informations, car cela les dissuade de se tourner vers des sources non fiables ».

Les réactions des gouvernements à ce problème varient, selon l’étude : certains centralisent leurs efforts pour traquer et réfuter les fausses informations, d’autres donnent la priorité à la diffusion d’informations exactes. Certains ont même adopté une approche plus dure. En octobre 2018, la police indonésienne a arrêté huit personnes au lendemain d’un tremblement de terre de magnitude 7,5 pour avoir prétendument diffusé de fausses informations, exagérant les dangers d’éruption volcanique, d’effondrement de barrages et de futurs tremblements de terre. L’initiative n’a pas permis cependant de résoudre le problème : en 2019, de fausses rumeurs circulant sur WhatsApp et faisant état d’un tsunami imminent ont maintenu des milliers d’Indonésiens terrifiés dans les abris, pendant deux semaines, après un séisme de magnitude 6,5.

Après le tremblement de terre meurtrier de lundi, le tweet d’un chercheur autoproclamé dans un institut qui utilise la « géométrie des corps célestes » pour prédire les tremblements de terre a rapidement enregistré 33 millions de vues : il semblait en effet avoir « prédit » avec précision le tremblement de terre, bien qu’il n’ait pas avancé de date.L’US Geological Survey...
commentaires (3)

"… Peut-on prédire un tremblement de terre ? …" - Oui. Mais pas la date…

Gros Gnon

16 h 40, le 08 février 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • "… Peut-on prédire un tremblement de terre ? …" - Oui. Mais pas la date…

    Gros Gnon

    16 h 40, le 08 février 2023

  • Oui ! PRÉVOIR , la probabilité d’un tremblement de terre dans une région donnée sur une période de plusieurs années, DE O A 2000 ANS . Autrement TOUT le reste BÊTISE : aucun rapport entre le FOYER DU TREMBLEMENT ET MARS ……. !! Ah oui , peut-être NEPTUNE ??

    aliosha

    11 h 35, le 08 février 2023

  • "Un tweet du même chercheur en « corps célestes », dans lequel il prétend que « ces tremblements de terre sont toujours précédés d’une géométrie planétaire déterminante », a recueilli plus de sept millions de vues. " Ce chercheur en "corps célestes" est aussi scientifique que nos fameux (et surtout fameuses!) astrologues qui ont le culot de s'auto- proclamer "3alem (ou 3alimat) falak, et dont les "prédictions" ad urbi et orbi sont tout aussi farfelues...D'ailleurs, plus un tweet ou un post recueille de votes, plus on doit être sûr qu'il ne vaut pas un clou!

    Georges MELKI

    08 h 57, le 08 février 2023

Retour en haut