Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Le siège d'al-Jadeed visé par un cocktail Molotov après la diffusion d'un sketch polémique

Une comédienne sous-entend la survenue de relations sexuelles entre les habitantes du Sud et les Casques bleus de la Finul.

Le siège d'al-Jadeed visé par un cocktail Molotov après la diffusion d'un sketch polémique

Le siège de la chaîne locale al-Jadeed visé par un cocktail Molotov dans la nuit de lundi à mardi 27 décembre 2022. Capture d'écran d'une vidéo diffusée par la chaîne al-Jadeed

Un inconnu a lancé dans la nuit de lundi à mardi un cocktail Molotov contre le siège de la chaîne locale al-Jadeed à Msaytbé, à Beyrouth. Le dispositif artisanal n'a toutefois pas explosé. Cette agression intervient à la suite de la diffusion d'un sketch sur cette chaîne, dans lequel une comédienne libanaise fait implicitement référence à des relations sexuelles entre les habitantes du Sud et les Casques bleus de la Force intérimaire des Nations Unies (Finul).


"La majorité des enfants du Sud ont les yeux verts ou bleus et sont blonds" en présence d'"Italiens" et d'"Anglais", a lancé la comédienne Joanna Karaki dans un sketch où elle est voilée, qui a été diffusé dans le cadre de l'émission "Fachet khele'", sous-entendant une relation entre les habitantes du Sud et les Casques bleus. Depuis la fin du conflit opposant Israël au Hezbollah en 2006, la Finul entretient une présence importante avec une moyenne de plus de 11.000 soldats de différentes nationalités déployés dans le Sud. 

Mardi, la chaîne al-Jadeed a affirmé que le cocktail Molotov lancé à l'entrée de son siège n'a pas explosé et indiqué que les organes de sécurité ont ouvert une enquête.

Tollé sur la scène chiite

La diffusion de ce sketch a provoqué un tollé sur la scène locale. Le Conseil supérieur chiite a dénoncé une campagne de "calomnie, de désinformation et de diffamation à l'encontre de la communauté chiite". Il a également appelé "l'Etat et les autorités de régulation à prendre les mesures légales nécessaires". Même son de cloche du côté du député du Hezbollah et président de la commission de l'Information au Parlement, Ibrahim Moussaoui qui a dénoncé dans un communiqué "un acte odieux" à l'encontre des femmes du Sud. Il a aussi appelé le ministre de l'Information à prendre les mesures adéquates.

Réagissant à ses propos, la députée de la contestation Paula Yacoubian a pointé du doigt le fait que M. Moussaoui ait publié un communiqué au nom de la commission dont elle fait partie et non pas en son propre nom. "Nous avons des avis différents en tant que membres de la commission", a-t-elle souligné, assurant veiller sur les droits de la femme libanaise, dont les femmes du Sud. Pour sa part, l'association "Journalistes pour la liberté" a dénoncé la campagne menée à l'encontre de la chaîne al-Jadeed à la suite de la diffusion de ce sketch.

Un inconnu a lancé dans la nuit de lundi à mardi un cocktail Molotov contre le siège de la chaîne locale al-Jadeed à Msaytbé, à Beyrouth. Le dispositif artisanal n'a toutefois pas explosé. Cette agression intervient à la suite de la diffusion d'un sketch sur cette chaîne, dans lequel une comédienne libanaise fait implicitement référence à des relations sexuelles entre les habitantes...
commentaires (10)

Ha ha ha ???

Eleni Caridopoulou

22 h 08, le 27 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Ha ha ha ???

    Eleni Caridopoulou

    22 h 08, le 27 décembre 2022

  • Ils doivent remercier leur dieu alors...! ils auront de beaux enfants , à l air angélique, pas diabolique!

    Marie Claude

    19 h 09, le 27 décembre 2022

  • PUT... Qu'ils sont co..ns...Franchement... Aucun sens de l'humour... On a quoi en commun avec ces gens?? RIEN !!! RIEN RIEN....

    LE FRANCOPHONE

    16 h 51, le 27 décembre 2022

  • Sous le soleil, rien de nouveau. Les phalanges grecques d’Alexandre le Grand, les légions romaines, les croisés européens, les régiments anglais, français, australiens et peut-être la FINUL elle-même ont laissé un riche patrimoine génétique. Et pas seulement au Sud, mais sur tout le Liban. Et n’oublions pas notre diaspora.

    Mago1

    16 h 39, le 27 décembre 2022

  • Pas de liberté d’expression en présence du Hezbollah. Pour lui, les chiites sont intouchables et irréprochables. Scarlet Haddad vous le confirmera bientôt dans un décryptage savant

    Lecteur excédé par la censure

    16 h 28, le 27 décembre 2022

  • Bienvenue, molo molo, au moyen-âge ...

    Wlek Sanferlou

    15 h 32, le 27 décembre 2022

  • Cette histoire d'enfants au yeux bleus au Sud-Liban est ancienne. Deja on en entendait parler apres la fin de la 1er guerre mondiale. Ce n'est pas tres gentil pour nos compatriotes du sud, toutes confessions confondues. Ceci dit, il fait peut-etre dire au Hezb qu'il n'a pas invente la communaute Chiite. Elle preexistait a son emergence.

    Michel Trad

    15 h 16, le 27 décembre 2022

  • Mis à part insulter, dénigrer et critiquer, salir, agresser et blesser...même tuer "l'autre" : 1) religion 2) parti 3) sexe...que savent faire la plupart des habitants (on n'ose même plus utiliser le mot "citoyens" !) de ce malheureux pays...??? - Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 46, le 27 décembre 2022

  • La verite blesse et parfois meme elle tue...

    IMB a SPO

    13 h 50, le 27 décembre 2022

  • Franchement, qu'on laisse les Libanaises de côté, sans la Libanaise, le Liban aurait disparu depuis longtemps, importe peu la religion...

    Raed Habib

    13 h 32, le 27 décembre 2022

Retour en haut