Rechercher
Rechercher

Économie - Liban

Voici les itinéraires prévus des bus offerts par la France, en circulation dès lundi

Quatre itinéraires différents sont prévus et le prix d'un trajet sera fixé à 20.000 livres libanaises.

Voici les itinéraires prévus des bus offerts par la France, en circulation dès lundi

Un navire transportant des bus offerts par la France au Liban, au port de Beyrouth, le 23 mai 2022. Photo d'archives Houssam Chbaro

À la suite de l'annonce vendredi par le ministre sortant des Travaux publics et des Transports, Ali Hamiyé, de la mise en service d’une partie des bus offerts par la France au Liban, le directeur général de l’Office des chemins de fer et du transport en commun, Ziad Nasr, contacté par L'Orient-Le Jour, a précisé samedi que dix bus au total sur les 50 réceptionnés en mai dernier seront mis en circulation sur quatre itinéraires différents dans le "Grand Beyrouth". L’office a 28 conducteurs qu’il peut affecter à ces bus. Le prix d’un trajet sera fixé à 20.000 livres libanaises.

Voici les quatre itinéraires de ces bus, transmis par l'Office :

- Ligne 1, de Nahr el-Mot (nord de Beyrouth) au Bain militaire : 

Rond-point de Dora - Secteur de la Quarantaine - Forum de Beyrouth - Avenue Charles Hélou - Rue Rafic Hariri (Hôtel Saint-Georges) - Mina el-Hosn - rue de Paris - Manara - Bain militaire.

Dans le sens inverse, le trajet partira de Cola et passera par : Corniche Mazraa - Barbir - Musée national - rond-point Adliyé (Palais de Justice), Corniche el-Nahr, Dora/Nahr el-Mot.

- Ligne 3, de la place des Martyrs à Damour (sud de Beyrouth) : 

Rue Weygand - rue Omar Daouk - général Fouad Chehab - Salim Slem - rue Hafez el-Assad - rond-point de l'ambassade du Koweït - rue de l'imam Moussa Sadr - Ouzaï - Khaldé -  Naamé - Damour (près du pont du Chouf).

- Ligne 4, de Nahr el-Mot à Khaldé :

Rond-point de Dora - Secteur de la Quarantaine - Forum de Beyrouth - el-Nahr - Corniche Pierre Gemayel - rond-point Adliyé (Palais de Justice) - avenue Sami el-Solh - Furn el-Chebbak - carrefour dit de Chevrolet (sud de Beyrouth) - boulevard Camille Chamoun - Galerie Semaan - Hadath - el-Kafa'at - l'Université libanaise - Kfarchima - Choueifate - pont de Khaldé - Khaldé (route maritime, au niveau de l'université islamique).

- Ligne 6, de Adliyé (Palais de justice) à l'Université libanaise :

Bureau de l'Office des chemins de fer à Mar Mikhaël - Corniche el-Nahr - rond-point Adliyé - rond-point Tayyouné - route Hadi Nasrallah - Bir Abed - Université libanaise.

Manque de moyens
La décision de faire fonctionner seulement dix bus est liée au manque de moyens de l’office et de l’État, a indiqué le directeur. "Nous n’avons pas de crédits suffisants pour financer le carburant et les frais d’entretien de davantage de bus", a fait savoir M. Nasr sans préciser le temps où l’office serait en mesure d’opérer les dix bus. Le ministre Hamiyé a souligné, quant à lui, que les 28 chauffeurs mobilisés n’étaient actuellement rémunérés que 2,4 millions de livres libanaises par mois (l’équivalent de 55 dollars au taux du marché). Il a salué leur décision d’accepter malgré tout de conduire ces bus pour "servir l’intérêt public".

Focus

Les transports collectifs, éternels sacrifiés du système libanais

M. Nasr a affirmé, pour sa part, que ces chauffeurs n’avaient pas bénéficié des majorations de salaires décrétées pendant la crise. Entré en vigueur en 2022 mais sous le coup d’un recours devant le Conseil constitutionnel, le budget de 2022 prévoit de tripler les salaires des fonctionnaires qui étaient encore calculés sur la base de l’ancien taux officiel de 1.507,5 livres pour un dollar, rendu complètement obsolète par l’effondrement de la monnaie nationale.

S’agissant des 40 bus restants, le ministère et l’office prévoient d’en confier la gestion au secteur privé. "Un appel d’offres sera lancé dès que le cahier des charges sera prêt", a indiqué M. Nasr sans pouvoir s’avancer sur un calendrier. Il a rappelé qu’outre ces 50 bus, l’office en possède 45 autres dont certains sont en mauvais état.

C’est en mars dernier que le ministre français délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, en visite à Beyrouth, et M. Hamiyé ont signé un accord de coopération en vertu duquel la France offrait 50 bus à l’État libanais. L’accord comprend également une assistance technique sur deux ans à l’Office libanais des Chemins de Fer et des Transports pour la maintenance des bus et leur exploitation (recrutement, formation, billettique, schéma des lignes).

À la suite de l'annonce vendredi par le ministre sortant des Travaux publics et des Transports, Ali Hamiyé, de la mise en service d’une partie des bus offerts par la France au Liban, le directeur général de l’Office des chemins de fer et du transport en commun, Ziad Nasr, contacté par L'Orient-Le Jour, a précisé samedi que dix bus au total sur les 50 réceptionnés en mai dernier...
commentaires (10)

La France se débarrasse de véhicules complètement morts; le bon plan c'est que ça évite à la France le coût de la démolition. De nombreux véhicules de transport en commun sont déjà partis en Roumanie, au Maroc, en Tunisie ...

SAOUZANET Richard

23 h 01, le 01 janvier 2023

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • La France se débarrasse de véhicules complètement morts; le bon plan c'est que ça évite à la France le coût de la démolition. De nombreux véhicules de transport en commun sont déjà partis en Roumanie, au Maroc, en Tunisie ...

    SAOUZANET Richard

    23 h 01, le 01 janvier 2023

  • Ils peuvent offrir au Liban des hélicoptères, des tanks, des avions de chasse, des bus des Canadairs où même des bateaux mouches pour alléger la circulation et désencombrer les routes que rien n’y fera. Ils resteront des des hangars à prendre la rouille et se désintégrer faute d’argent pour les entretenir et de carburant pour les mettre en route puisque nos dirigeants cleptomanes ont asséché les caisses et profitent de toutes les aides pour se remplumer et faire fructifier leurs fortunes amassées par le pillage du pays et de son peuple. On se demande pourquoi les lays comme la France, la Suisse et les autres continuent à envoyer des aides alors que les pilleurs sont toujours en place au lieu de commencer par aider le peuple à s’en débarrasser pour qu’enfin on puisse bénéficier nous libanais de chaque centime investi dans ce pays et le remettre sur pieds une fois tous ces corrompus derrière les barreaux.

    Sissi zayyat

    11 h 29, le 18 décembre 2022

  • Ah les beaux bus en fin de vie de la RATP qui vont bientôt être interdits de circuler à Paris pour cause de pollution. Je me demande dans quel délai ils seront totalement dégradés par manque d’entretien. Déjà dans les années fin 70 début 80, le Liban avait reçu aussi des bus RATP en fin de cycle, ils n’ont pas duré très longtemps

    Lecteur excédé par la censure

    10 h 58, le 18 décembre 2022

  • On pourrait avoir le plan des arrêts de bus et les horaires siouplait?… mais non, je rigole, on n’est pas en Suisse quand même…

    Gros Gnon

    07 h 52, le 18 décembre 2022

  • Ah, les bosta des années 70, comme je vous regrette… 3ahadir el bosta, l’kanet na2letna, men day3et Hemlaya la day3et Tannourine… we’tzakkartik ya 3alia, we’tzakkart 3younek ya 3alia chou 7elween… aaaaakh!

    Gros Gnon

    21 h 45, le 17 décembre 2022

  • Ces bus ne sont ni concus pour affronter la voirie libanaise, ni pour accueillir la clientele locale... Ils seront certainement l'objet de sabotage par les conducteurs de vans a qui ils font une concurrence deloyale...

    Mago1

    17 h 05, le 17 décembre 2022

  • Itineraires pauvres. Deja desservis par des centaines de vans.

    ..... No comment

    16 h 52, le 17 décembre 2022

  • 10 bus sur 50... donc 40 bus serviront de pièces de rechanges en fresh dollars. Inchallah que le gouv français à donné la liste d'autres clients internationaux... ceci permettra de payer des vacances à des zooficiels libanais...

    Wlek Sanferlou

    16 h 32, le 17 décembre 2022

  • 10 bus pour 6 lignes... quel sera le temps d'attente entre chaque passage?

    Fadi Chami

    15 h 20, le 17 décembre 2022

  • Et la cerise sur le gâteau serait l'interdiction de fumer à bord et qu'ils prévoient des sacs poubelles.... Vœu pieu,cela concerne un autre monde..

    C…

    14 h 50, le 17 décembre 2022

Retour en haut