Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Criminalité

Europol : 44 arrestations dans "l'un des réseaux les plus dangereux" de l'UE

Le logo d'Europol au siège de l'institution à La Haye. Photo d'illustration AFP

Une opération internationale sans précédent, impliquant les autorités de 11 pays, a abouti à l'arrestation de 44 membres présumés d'un réseau criminel considéré comme l'un des plus dangereux de l'Union européenne, ont déclaré Europol et Eurojust vendredi.

"Plusieurs organisations criminelles travaillaient ensemble pour mener des activités polycriminelles à grande échelle à l'intérieur et à l'extérieur de l'UE", ont affirmé dans un communiqué commun les agences européennes, basées à La Haye (Pays-Bas). Il s'agit notamment de trafic de drogue et de blanchiment d'argent, ont-elles précisé.

"L'ampleur du trafic de drogue attribué au réseau est immense, avec des activités signalées sur trois continents", ont indiqué Europol et Eurojust.

Au cours de l'opération coordonnée par les deux agences, qui s'est déroulée mardi, une centaine de perquisitions ont été effectuées à travers l'Europe, ciblant à la fois les chefs de ces organisations criminelles et leurs associés. En France, neuf personnes ont été interpellées, dont un Russe et un Lituanien âgés d'une cinquantaine d'années et installés sur la Côte d'Azur (sud). Ces deux hommes sont soupçonnés d'être des décideurs d'un très important trafic de cocaïne et de cannabis vers la Russie, selon une source judiciaire et une source policière qui les a décrits comme "des cibles privilégiées". Ils font l'objet d'un mandat d'arrêt européen en cours d'exécution pour être remis aux autorités lituaniennes, a-t-on ajouté.

Une enquête préliminaire de la Juridiction nationale française de lutte contre la criminalité organisée (Junalco) avait été ouverte en 2021, puis une information judiciaire en janvier 2022 pour trafic de stupéfiants et importation de stupéfiants en bande organisée, association de malfaiteurs, blanchiment et non justification de ressources, a détaillé le parquet de Paris.

L'enquête a été menée par l'Ofast, l'office dédié en France à la lutte contre les trafics de stupéfiants, et la gendarmerie de Marseille (sud), a précisé une source proche du dossier.

Les sept autres personnes interpellées en France, trois hommes et quatre femmes, ont été relâchées sans poursuites à ce stade. Elles sont soupçonnées de blanchiment et de non justification de ressources, selon la source judiciaire. Selon une source proche du dossier, il s'agit de l'entourage du Russe et du Lituanien qui aurait bénéficié de leurs largesses.

Des objets de luxe, d'un montant supérieur à 500.000 euros, ont été saisis en France, ainsi que des biens immobiliers, a-t-on ajouté de source proche du dossier. 

Le réseau, qui serait également lié à de grandes organisations de trafic de drogue en dehors de l'UE, opérait en Lituanie, en Lettonie, en République tchèque, en Pologne, en France, en Allemagne et en Slovaquie. 

De grandes quantités de cocaïne, de haschich, de cannabis et de méthamphétamine ont été saisies.

"Très flexibles, ces criminels s'adaptaient rapidement aux nouvelles méthodes de trafic de drogue pour tenter d'échapper aux forces de l'ordre", selon les agences européennes.

Des cargaisons de drogue ont notamment été trouvées dans des navires et des camions, bien cachées dans des compartiments.

"Le réseau criminel était structuré comme une entreprise, avec différents groupes criminels et personnes intermédiaires travaillant ensemble au-delà des frontières pour contrôler l'ensemble de la chaîne du trafic de drogue - de l'organisation d'énormes expéditions de drogue à la distribution dans toute l'Europe et au-delà", ont affirmé Europol et Eurojust. La coopération entre les pays et les agences européennes a permis d'adopter une stratégie commune pour préparer la phase finale des enquêtes et "faire tomber l'ensemble du réseau", se sont-elles félicitées.


Une opération internationale sans précédent, impliquant les autorités de 11 pays, a abouti à l'arrestation de 44 membres présumés d'un réseau criminel considéré comme l'un des plus dangereux de l'Union européenne, ont déclaré Europol et Eurojust vendredi.

"Plusieurs organisations criminelles travaillaient ensemble pour mener des activités...