Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Mikati et Boukhari insistent sur l'importance de Taëf

Mikati et Boukhari insistent sur l'importance de Taëf

Le Premier ministre libanais sortant, Nagib Mikati, s'entretenant au Grand sérail avec l'ambassadeur d'Arabie saoudite, Walid Boukhari. Photo d'archives ANI

Le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati a rencontré mercredi l'ambassadeur saoudien au Liban Walid Boukhari et a réaffirmé l'engagement de Beyrouth envers l'accord de Taëf signé en 1989 et qui avait mis fin à la guerre civile libanaise. Cette rencontre intervient après une polémique autour d'une initiative de dialogue interlibanais qui devait avoir lieu à Genève le mois prochain et qui aurait déplu aux autorités saoudiennes.

Selon un communiqué du Grand Sérail, M. Boukhari et le Premier ministre sortant ont réaffirmé l'importance de l'accord de Taëf "en tant que référence à partir de laquelle la Constitution libanaise a émergé".

L'ambassadeur saoudien a été reçu lundi au palais présidentiel de Baabda par le chef de l'État, Michel Aoun. Le diplomate avait quitté Baabda sans faire de commentaires. Toutefois, selon un communiqué du palais présidentiel, le président a discuté avec M. Boukhari des "relations libano-saoudiennes et des moyens de les développer à tous les niveaux."

Le diplomate saoudien avait également insisté sur le respect des "échéances constitutionnelles" en référence à l'élection présidentielle qui doit avoir lieu avant la fin du mandat d'Aoun le 31 octobre.

Walid Boukhari avait également été reçu lundi à Ain al-Tineh par le président du Parlement, Nabih Berry, mais n'avait fait aucun commentaire après la rencontre.

Pendant ce temps, un dîner qui devait se tenir mardi à l'ambassade de Suisse à Beyrouth et auquel étaient invités divers représentants politiques libanais a été reporté indéfiniment, après que des informations aient fait état d'une controverse sur la scène politique locale, notamment des tweets de l'ambassadeur saoudien au Liban qui ont été interprétés dans certains milieux comme une preuve de l'opposition de Riyad à l'événement. Dimanche soir, M. Boukhari a tweeté un message rappelant l'importance de l'accord de Taëf conclu en 1989 en Arabie saoudite.


Le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati a rencontré mercredi l'ambassadeur saoudien au Liban Walid Boukhari et a réaffirmé l'engagement de Beyrouth envers l'accord de Taëf signé en 1989 et qui avait mis fin à la guerre civile libanaise. Cette rencontre intervient après une polémique autour d'une initiative de dialogue interlibanais qui devait avoir lieu à Genève le mois...