Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle

D’une pierre trois coups... Le Hezbollah tue la séance dans l’œuf

Nabih Berry donne un nouveau rendez-vous aux députés le 20 octobre à 11 heures.

D’une pierre trois coups... Le Hezbollah tue la séance dans l’œuf

Les députés des Forces libanaises quittant bredouilles l’hémicycle jeudi après le report de la séance électorale, faute de quorum, le 13 octobre 2022. Photo an-Nahar

« Un gaspillage d’essence pour rien. » Ce constat, non sans ironie, de Paula Yaacoubian résume le mieux la séance de la Chambre qui devait se tenir jeudi pour élire un nouveau président, mais qui, au final, a été ajournée au 20 octobre... faute de quorum. Cette arme qu’on manipule depuis quarante ans à « bon escient », alors que la Constitution ne fait aucune référence au nombre de députés requis pour que la séance se tienne. Selon les règles du jeu, 86 députés doivent être présents à l’hémicycle pour chaque séance électorale. Le même nombre doit voter pour un candidat afin qu’il soit élu président au premier tour. Au second tour, 65 votes suffisent. Jeudi, le chef d’orchestre était, encore une fois, le Hezbollah. C’est lui qui jusqu’ici tire les ficelles. Comme lors de la première séance tenue le 29 septembre, il a répété le même scénario, à quelques nuances près. Et il a marqué trois buts. En provoquant avec ses alliés un défaut de quorum avant même que les bulletins ne soient distribués, il a d’abord fait comprendre que l’heure de l’entente n’a pas encore sonné. Le camp adverse ne pourra jamais parvenir à faire élire son président au sein d’une Chambre à majorité étriquée, et la confrontation ne le mènera nulle part. Ensuite, il s’est montré solidaire de son allié chrétien, le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil, qui avait crié au scandale en apprenant que les députés ont été convoqués un 13 octobre. Et enfin, il a privé le candidat de l’opposition, Michel Moawad, de marquer une victoire symbolique en améliorant son score aux dépens de son candidat « blanc », privé des votes du bloc aouniste.

L'édito de Gaby NASR

Et rebelote, encore raté !

L’entente, encore et toujours
C’est le CPL qui a ouvert le bal du boycott. Gebran Bassil a rapidement compris le message de Nabih Berry qui a choisi une date qui coïncide avec la commémoration de l’assaut syrien contre le palais de Baabda où se trouvait le général Michel Aoun, alors chef du gouvernement de transition, en 1990. Le Hezbollah a joué sur cette fibre. « On verra » était jusqu’à la dernière minute le maître mot des 15 parlementaires du parti chiite interrogés au sujet de leur participation à la réunion. Certains députés de la formation pro-iranienne pénétraient au Parlement, mais prenaient le chemin de leurs bureaux plutôt que celui de l’hémicycle où finalement seulement quatre d’entre eux ont fait acte de présence.

Le Hezbollah n’était pas le seul à jouer ce double jeu. Il a pu compter sur son partenaire traditionnel, Nabih Berry. S’il était monté sur ses grands chevaux ces derniers jours pour confirmer le maintien de la séance en dépit de l’objection d’un large groupe parlementaire chrétien, le chef du législatif a contribué au défaut de quorum en demandant à seulement certains de ses députés d’y prendre part. « Une majorité des membres du groupe ont fait leur entrée à la Chambre », affirme tout de même à L’Orient-Le Jour Mohammad Khawaja, député Amal de Beyrouth. Et de poursuivre : « Le défaut de quorum est un instrument démocratique qui pourrait être utilisé jusqu’à l’aboutissement à une entente. » Pour le tandem chiite, l’équation est désormais claire : sans entente, pas de quorum. Incapables d’imposer un candidat et ne voulant pas dévoiler toutes leurs cartes, les deux alliés trouvent leur compte dans cette solution miracle. « Nous ne voulons pas faire partie d’une dynamique axée sur un candidat de défi », nous explique Rami Abou Hamdane, député Hezbollah, en allusion à Michel Moawad, candidat d’une large frange de l’opposition (36 voix lors de la première séance). Le camp du 8 Mars est donc déterminé à faire barrage aux plans du camp adverse qui aborde l’échéance dans une logique de confrontation. « Ce qu’il faut, c’est un président qui soit le fruit d’une entente », insiste Rami Abou Hamdane. « Tant qu’elle n’a pas concocté un compromis, la classe dirigeante torpillera toute séance, comme cela a toujours été le cas », dénonce Halimé Kaakour, députée de la contestation, dans une déclaration à notre journal en marge de la séance. « Il est honteux qu’ils parviennent à s’entendre avec l’ennemi (sur le tracé de la frontière maritime) et n’arrivent pas à élire un président », renchérit Oussama Saad, député indépendant de Saïda.

Lire aussi

Gebran Bassil contraint au pragmatisme

Candidat « sérieux »
De son côté, Michel Moawad tient à sa candidature, en dépit du veto annoncé du camp adverse. « Je suis un candidat dont le positionnement est clair. Je suis le président du retour à l’État », a lancé le député zghortiote à sa sortie de la Chambre. Mais M. Moawad n’est pas au bout de ses peines. Non seulement il est difficile pour lui de faire fléchir la position du camp mené par le Hezbollah, il a aussi encore du pain sur la planche au sein du camp duquel il se revendique. Le parlementaire du Nord continue de bénéficier de l’appui des Forces libanaises, des Kataëb et du Parti socialiste progressiste, en plus de certains indépendants à l’instar d’Ihab Matar et de Bilal Hechaïmi. Mais il peine toujours à convaincre les députés de la contestation et ceux du Akkar. Ces derniers, à majorité sunnite, s’apprêtaient à voter pour « le nouveau Liban », car pour eux, M. Moawad n’a pas de chances d’être élu tant qu’il ne fait pas l’objet d’une entente élargie entre les composantes d’une Chambre à majorité étriquée.

Analyse

Pour Michel Aoun, une victoire à tout prix ?

Quant à la contestation, elle insiste à ne pas soutenir le député de Zghorta, lui préférant une figure non affiliée aux camps politiques traditionnels. Les 13 députés du « changement » avaient lancé une initiative et mené des contacts avec tous les bords politiques pour parvenir à l’élection d’un « président de sauvetage ». Lors de la première séance électorale, ils avaient glissé le nom de l’homme d’affaires Salim Eddé, qui n’était pas favorable cependant à l’idée de se porter candidat. D’autres noms, comme Ziyad Baroud ou Salah Honein, ont été mis en avant par ces élus, mais leurs contacts n’ont pas porté leurs fruits.Les soutiens de M. Moawad insistent, eux, sur le caractère « sérieux » de cette candidature, comme le souligne Achraf Rifi, député membre du bloc du Renouveau, dont font partie le député de Zghorta et ses collègues Adib Abdel Massih et Fouad Makhzoumi. Une position que partagent les FL, hostiles à tout président qui résulterait d’une entente avec le Hezbollah. « Si certains pensent pouvoir miser sur le temps pour nous mener vers des candidatures à la Abou Melhem (figure télévisée libanaise symbolisant bonté et naïveté), ils sont dans l’erreur », a tonné Georges Adwan, député FL du Chouf.

« Un gaspillage d’essence pour rien. » Ce constat, non sans ironie, de Paula Yaacoubian résume le mieux la séance de la Chambre qui devait se tenir jeudi pour élire un nouveau président, mais qui, au final, a été ajournée au 20 octobre... faute de quorum. Cette arme qu’on manipule depuis quarante ans à « bon escient », alors que la Constitution ne fait aucune référence au nombre...
commentaires (11)

PENSEZ-Y BIEN... PLUS ENCORE... OUI AINSI... PENSEZ-Y TRES BIEN ET VOUS VERREZ QUE CET ACCORD DE LA TRAITRISE A DONNE AU HEZBOLLAH UNE AUTRE DIMENSION LOCALE. SI ON VEUT LE DESARMER... IL N,A MAINTENANT PLUS UN MINI ETAT MAIS UN ETAT PETROLIER.

LA LIBRE EXPRESSION

12 h 52, le 14 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • PENSEZ-Y BIEN... PLUS ENCORE... OUI AINSI... PENSEZ-Y TRES BIEN ET VOUS VERREZ QUE CET ACCORD DE LA TRAITRISE A DONNE AU HEZBOLLAH UNE AUTRE DIMENSION LOCALE. SI ON VEUT LE DESARMER... IL N,A MAINTENANT PLUS UN MINI ETAT MAIS UN ETAT PETROLIER.

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 52, le 14 octobre 2022

  • Chers auteurs, la constitution Libanaise et ses plusieurs amendements ne mentionnent ni le quorum requis pour l'élection présidentielle requis pour le quorum, mais ne mentionnent guère non plus que le Président devrait nécessairement être Maronite. Tout cela découle des pactes et des "des coutumes constitutionnelles", alors pourquoi cette surprise dramatique??

    Raed Habib

    11 h 53, le 14 octobre 2022

  • Lorsque le chef du parlement est complice de cette mascarade cousue de fil blanc, comment pouvons-nous esperer parvenir à élire un président qui ne soit pas de son bord ? Triste et humiliant dilemne

    Goraieb Nada

    07 h 40, le 14 octobre 2022

  • La célébration de la honte ???

    Wow

    22 h 43, le 13 octobre 2022

  • Puisque c'est comme ça que les choses se passent, il est préférable que Berri ne convoque plus les élus, car c'est une perte de temps,qui n'aboutira jamais à l'élection d'un président selon le goût de ceux qui bloquent la procédure démocratique, et ce ne sera jamais pareil à 2016. Il est mille fois préférable de rester sans président.

    Esber

    21 h 55, le 13 octobre 2022

  • Berri, le gouverneur du Parlement, invente des choses invisibles dans la Constitution quand au quorum des 2/3 pour ouvrir la séance. Le comble, c'est que ces élus gardent le silence. A partir de là, personne ne peut espérer aboutir à une élection présidentielle.

    Esber

    21 h 26, le 13 octobre 2022

  • les mafieux en action ...

    Zeidan

    21 h 19, le 13 octobre 2022

  • « Ce qu’il faut, c’est un président qui soit le fruit d’une entente »... selon Jeteur Abou H, son équipe connaît bien la grenadine et autres fruits porteurs de capta-partis... il nous faut impérativement un autre fruit à carapace épaisse, pour en faire un toit solide, tel que des noisettes ou autres nuts...

    Wlek Sanferlou

    20 h 15, le 13 octobre 2022

  • Ils ont toujours un temps d’avance sur tous les autres. On leur a tellement offert de ministères et de postes clés dans notre pays qu’ils se permettent de tout bloquer à chaque fois qu’il s’agit de trouver une issue à nos problèmes. Objectif? Régner sans partage et étendre leur tyrannie jusqu’à annexer notre pays à un autre de leur choix et continuer de s’enrichir et agir en propriétaires sans conteste. Le peuple dans tout ça? Quel peuple? Il n’y a plus que des moutons amaigris et prêts au sacrifice extrême pour gaver leurs tortionnaires, alors que ce sacrifice serait plus honorable s’ils le faisaient pour sauver leur dignité et leur nation. Morts pour morts autant mourir pour une bonne raison.

    Sissi zayyat

    19 h 43, le 13 octobre 2022

  • Sont revenus au pays sous escorte étrangère vendue et corrompue pour lui donner une seconde chance de se rattraper en s’alliant à eux en bradant le pays. On peut dire qu’il a excellé dans son rôle d’allié inconditionnel mais qu’il paie très cher actuellement.

    Sissi zayyat

    19 h 34, le 13 octobre 2022

  • Le CPL était occupé à célébrer l’humiliation de leur ex leader devenu président et place au fauteuil par ceux la memes qui les ont combattu et chassé tel un malpropre hors du palais en exil forcé. Il faut le faire de célébrer une date aussi honteuse pour rappeler à tous ceux qui ont oublié que ces mêmes z héros

    Sissi zayyat

    19 h 31, le 13 octobre 2022

Retour en haut