Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Affrontements de Tayouné : les familles des détenus demandent leur libération


Affrontements de Tayouné : les familles des détenus  demandent leur libération

Les familles des personnes arrêtées dans l'affaire des affrontements de Tayouné à Beyrouth, le 14 octobre 2021, ont bloqué mardi la route au niveau du rond-point du même nom. Photo Ani.

Les familles des personnes arrêtées dans l'affaire des affrontements de Tayouné à Beyrouth, le 14 octobre 2021, ont bloqué mardi la route au niveau du rond-point du même nom. Les manifestants ont brûlé des pneus pour protester contre le maintien en détention de leurs proches, a rapporté l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Le père du détenu Ali Moubarak a déclaré que son fils "souffre de problèmes de santé à la prison de Roumieh" et a demandé sa libération. La mère d'un autre détenu, Bilal Salloum, a déclaré que son "fils souffre de mauvaises conditions de santé".

Ces combats avaient opposé des sympathisants présumés des Forces libanaises, positionnés à Aïn el-Remmaneh, à des miliciens du tandem chiite Hezbollah-Amal qui avaient fait une incursion à Tayouné, en marge d’une manifestation devant le Palais de justice, visant à demander la mise à l’écart du juge Tarek Bitar, en charge de l’enquête sur l’explosion au port de Beyrouth. Les affrontements avaient fait sept morts, six miliciens chiites et une femme civile, et plusieurs dizaines de blessés, ainsi que de lourds dégâts matériels.

Quinze habitants de Aïn el-Remmaneh avaient été arrêtés peu après les affrontements, sur décision du commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Fadi Akiki. Ce dernier a convoqué le chef du parti chrétien de Forces libanaises Samir Geagea, pour enquête, mais celui-ci a refusé de se présenter et a plutôt accusé le juge de servir les intérêts du Hezbollah. Le juge Sawan a progressivement ordonné la libération des détenus, mais quelques uns restent encore derrière les barreaux.


Les familles des personnes arrêtées dans l'affaire des affrontements de Tayouné à Beyrouth, le 14 octobre 2021, ont bloqué mardi la route au niveau du rond-point du même nom. Les manifestants ont brûlé des pneus pour protester contre le maintien en détention de leurs proches, a rapporté l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).Le père du détenu Ali Moubarak a déclaré que...