Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Les fonctionnaires menacent de relancer leur grève ouverte

Les fonctionnaires menacent de relancer leur grève ouverte

Manifestation de fonctionnaires hier à Nabatiyé (Liban-Sud). Photo fournie par notre correspondant Mountasser Abdallah

Lors d’un sit-in hier devant le Grand Sérail de Nabatiyé (Liban-Sud), Hassan Wehbé, membre de la ligue des fonctionnaires de l’administration publique, a menacé d’une reprise de la grève des fonctionnaires si leurs salaires ne sont pas ajustés en fonction de la dépréciation de la monnaie nationale sur le marché parallèle, a rapporté notre correspondant dans la région Mountasser Abdallah. Hassan Wehbé a également estimé que même si le gouvernement triplait les salaires des fonctionnaires, ces derniers n’auraient toujours pas assez de revenus pour subvenir à leurs besoins. Le syndicaliste a également noté que la modification des frais de travail journaliers (50 000 à 350 000 LL), effectuée en juillet, expire à la fin du mois de septembre. Selon lui, ces frais doivent désormais être calculés en fonction du taux de change dollar/livre sur le marché parallèle.La livre libanaise tournait hier autour de 37 700 livres le dollar sur le marché parallèle, après un record atteint mardi à un peu plus de 39 000 livres le dollar, alors que les salaires des fonctionnaires sont toujours calculés sur la base de la parité officielle entre la livre et le dollar fixée au taux de 1 507,5 livres. Parallèlement, à Tripoli (Liban-Nord), des fonctionnaires ont manifesté devant le Sérail de la ville, où un membre de la ligue des employés de l’administration publique, Ibrahim Nahal, a fustigé la détérioration de leurs conditions de vie. « Les salaires des travailleurs du public ne suffisent même pas pour acheter du pain et de l’eau, et aucun des responsables ne s’en soucie », a-t-il dénoncé lors de la manifestation, selon des propos rapportés par l’Agence nationale d’information (ANI, officielle). Les fonctionnaires ont également réitéré leurs revendications, notamment l’arrêt de la privatisation des biens publics, l’amélioration de leurs conditions de travail, un « véritable ajustement des salaires en fonction de l’augmentation du taux de change », une couverture médicale complète et d’autres aides liées au transport et à la Sécurité sociale.

Selon les manifestants, la mise en œuvre de ces revendications ne doit pas passer par « l’imposition de nouvelles taxes comme indiqué dans le projet de budget 2022 ». Ils ont ajouté qu’il devrait plutôt y avoir un « plan de réforme économique et financière qui commence par la récupération des fonds transférés clandestinement à l’extérieur ».

Les employés du secteur public avaient lancé une grève ouverte en juin, provoquant une paralysie générale de l’État, avant de reprendre leur travail fin juillet. À la suite de cette grève, le gouvernement sortant de Nagib Mikati a approuvé une série d’aides pour améliorer leurs conditions de travail, notamment une allocation de 4 millions de livres visant à couvrir les frais d’hospitalisation et autres frais médicaux des employés. Un montant de 200 millions de livres a aussi été alloué par le gouvernement pour couvrir les cotisations de la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS). En outre, une aide sociale temporaire a été approuvée au cours de l’été pour tous les fonctionnaires et les retraités qui bénéficient d’une pension de retraite. Depuis l’adoption de ces mesures fin juillet, certains fonctionnaires ont repris le travail. Toutefois, les employés n’ont jamais officiellement mis fin à leur grève.


Lors d’un sit-in hier devant le Grand Sérail de Nabatiyé (Liban-Sud), Hassan Wehbé, membre de la ligue des fonctionnaires de l’administration publique, a menacé d’une reprise de la grève des fonctionnaires si leurs salaires ne sont pas ajustés en fonction de la dépréciation de la monnaie nationale sur le marché parallèle, a rapporté notre correspondant dans la région Mountasser...

commentaires (1)

La revision des salaires des fonctionnaires aurait un impact immediat et negatif pour la Livre. Le cours du dollar s'envolera .L'administration actuelle est inefficace. 'il faut sonder l'opinion publique appauvrie , qui finance ces salaires pour s'assurer qu'elle est disposee a soutenir cette hausse.

Antoine Albert Najjar

04 h 37, le 23 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • La revision des salaires des fonctionnaires aurait un impact immediat et negatif pour la Livre. Le cours du dollar s'envolera .L'administration actuelle est inefficace. 'il faut sonder l'opinion publique appauvrie , qui finance ces salaires pour s'assurer qu'elle est disposee a soutenir cette hausse.

    Antoine Albert Najjar

    04 h 37, le 23 septembre 2022

Retour en haut