Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban/Israël

Litige frontalier : un compromis durable est possible, selon la Maison Blanche


Litige frontalier : un compromis durable est possible, selon la Maison Blanche

Un navire de la marine israélienne au large de Ras Nakoura, à la frontière entre le Liban et Israël, le 6 juin 2022. Photo JALAA MAREY/AFP

La Maison Blanche a indiqué mercredi que les efforts du médiateur Amos Hochstein, chargé de mener les négociations entre le Liban et Israël sur la délimitation de leur frontière maritime, se poursuivent et "réduisent les écarts" entre les parties, estimant qu'un "compromis durable est possible" et que ce dossier est une "priorité essentielle" de l'administration du président américain Joe Biden. 

M. Hochstein "n'a pas visité le Liban ni Israël ces dernières semaines, mais il poursuit son solide engagement visant à clôturer les discussions sur la frontière maritime, a déclaré un responsable à la présidence américaine. Nous continuons à réduire les écarts entre les parties et pensons qu'un compromis durable est possible". "Nous accueillons favorablement l'esprit de consultation des deux parties afin de parvenir à une résolution du litige", a ajouté ce responsable s'exprimant sous couvert d'anonymat. La "diplomatie de la navette" d'Amos Hochstein entre Beyrouth et Tel-Aviv "n'est qu'une composante du travail rigoureux mené par l'équipe américaine pour résoudre le litige et M. Hochstein communique quotidiennement avec les responsables israéliens et libanais, y compris le vice-président de la Chambre, Élias Bou Saab", a précisé cette source. "La résolution du litige sur la frontière maritime est une des priorités-clés de l'administration Biden. Nous croyons fermement qu'un accord a le potentiel de promouvoir la stabilité durable et la prospérité économique des deux pays" impliqués, a-t-elle conclu.

Le dossier frontalier libano-israélien a également été évoqué lors d'un entretien entre Joe Biden et le Premier ministre israélien Yaïr Lapid. M. Biden a "souligné l'importance de conclure les négociations sur la frontière maritime entre Israël et le Liban dans les prochaines semaines", a indiqué la Maison Blanche.

Mercredi, le président du Parlement libanais Nabih Berry avait appelé à ce que les pourparlers "ne s'éternisent pas", reprochant à l'émissaire US de ne pas s'être rendu à Beyrouth au cours du mois écoulé. 

M. Hochstein était venu au Liban début août dans le cadre de ses aller-retours entre Beyrouth et Tel-Aviv visant à parvenir à un accord. Il est censé revenir au Liban début septembre avec une proposition écrite. Il y a quelques jours, L’Orient-Le Jour avait appris auprès de sources diplomatiques occidentales qui suivent le dossier que la proposition prévoit d’octroyer au Liban ce qu’il a demandé, notamment en ce qui concerne la ligne 23, et qu’en contrepartie, Israël pourra continuer ses travaux d’exploitation du champ de Karish dès le mois prochain, sans faire l’objet de menaces et sans que cela ne provoque de tensions. L’État hébreu aurait également renoncé à réclamer une partie du bloc 8 de la zone économique exclusive libanaise. Les Israéliens avaient pourtant besoin de cette partie, qui leur a été refusée catégoriquement par Beyrouth, pour y faire passer un gazoduc vers Chypre, afin de faciliter et d’accélérer les exportations vers l’Europe. 


La Maison Blanche a indiqué mercredi que les efforts du médiateur Amos Hochstein, chargé de mener les négociations entre le Liban et Israël sur la délimitation de leur frontière maritime, se poursuivent et "réduisent les écarts" entre les parties, estimant qu'un "compromis durable est possible" et que ce dossier est une "priorité essentielle" de l'administration du président...