Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

La justice ordonne la saisie des biens de deux députés accusés dans l'explosion au port de Beyrouth

La décision visant Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter a été émise dans le cadre d'une plainte déposée par le barreau de Beyrouth. 

Les silos du port de Beyrouth, peu après un effondrement partiel de la structure, le 31 juillet 2022, près de deux ans après l'explosion meurtrière du 4 août 2022. Photo Matthieu Karam

La justice libanaise ordonné, mercredi, la saisie temporaire des biens de deux députés du mouvement chiite Amal accusés dans l'affaire de l'explosion meurtrière qui a détruit le port de Beyrouth il y a deux ans.

"La juge Najah Itani a émis un ordre de saisie temporaire d'une valeur de 100 milliards de livres libanaises sur les biens des députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter", a indiqué une source judiciaire à l'AFP.

La décision de justice a été émise dans le cadre d'une plainte déposée par le barreau de Beyrouth auprès du tribunal civil de première instance de la capitale pour interroger les deux députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter", respectivement ancien ministre des Finances et ancien ministre des Travaux publics et des Transports, pour avoir "usé de leurs droits (...) de manière arbitraire en déposant des plaintes destinées à entraver l'enquête", a-t-on ajouté de même source. Le barreau réclame une compensation d'une valeur de 100 milliards de livres.

Le député Zeaïter n’a pas été visé par une saisie comparable à celle de son collègue, probablement parce que les avocats du barreau n’ont pas trouvé de biens-fonds inscrits en son nom dans le registre foncier, ce qui a fait dire aux observateurs que celui-ci semble avoir inscrit ses biens-fonds au nom d’autres personnes.

Réagissant à ce développement, les avocats des députés ont affirmé, dans un communiqué publié mercredi soir, que les 100 milliards de livres libanaises sont le montant réclamé "par le barreau de Beyrouth dans le procès intenté contre les députés, et non la valeur immobilière du domicile sur lequel la saisie a été placée". Une source judiciaire affirme cependant à l’OLJ qu’il ne s’agit pas seulement d’un appartement saisi mais de plusieurs biens-fonds appartenant au ministre, assurant ne pas pouvoir déterminer si la valeur des biens atteint les 100 milliards ou plus.

Les avocats des députés ont assuré, par ailleurs, qu'ils présenteront une réponse à ces "allégations", dont ils indiquent avoir pris connaissance dans les médias, une fois qu'ils seront officiellement notifiés de l'ordre de saisie et chercheront à le lever. Ils font valoir, en outre, que la diffusion de l'information en question dans les moyens d'information fait partie d'une "campagne de falsification entreprise pour des raisons politiques bien connues".

Lire aussi

Tout ce que l’on sait (et ne sait pas) concernant l’enquête sur l’explosion au port

A la suite du drame du 4 août 2020 au port de Beyrouth, le barreau avait lancé des poursuites contre l'État au nom de près de 1.400 familles de victimes de l'explosion, qui a dévasté le port et plusieurs quartiers de la capitale, faisant plus de 200 morts et 6.500 blessés.

Les députés Khalil et Zeaïter, proches du président du Parlement Nabih Berry, figurent parmi les politiciens mis en cause qui ont déposé une vingtaine de plaintes au total contre le juge d'instruction Tarek Bitar pour entraver l'enquête, le forçant à suspendre ses investigations à plusieurs reprises. L'enquête est suspendue depuis fin décembre.

Les responsables de tous bords refusent d'être interrogés par le juge, que le Hezbollah pro-iranien omniprésent sur la scène politique libanaise accuse de politiser l'enquête, même si les autorités ont imputé le drame au stockage sans mesures de précaution d'énormes quantités de nitrate d'ammonium.

A l'occasion du deuxième anniversaire de la tragédie, les proches des victimes ont réclamé une enquête internationale sur les causes de l'explosion, considérée comme l'une des plus importantes non-nucléaires jamais enregistrées dans le monde. Ses causes sont toujours inconnues, tout comme l'identité des responsables, dans un pays où règne très souvent l'impunité. 


La justice libanaise ordonné, mercredi, la saisie temporaire des biens de deux députés du mouvement chiite Amal accusés dans l'affaire de l'explosion meurtrière qui a détruit le port de Beyrouth il y a deux ans."La juge Najah Itani a émis un ordre de saisie temporaire d'une valeur de 100 milliards de livres libanaises sur les biens des députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter", a...

commentaires (10)

Pété de rire, hihihi!

Je partage mon avis

21 h 17, le 11 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Pété de rire, hihihi!

    Je partage mon avis

    21 h 17, le 11 août 2022

  • Today I received L'Orient Today; it is excellent journalism. Well done and congratualtions for L'Orient Today/L'Orient-LeJour, Pauline Davidson

    Mme Pauline Davidson

    19 h 33, le 11 août 2022

  • Quand est-ce que les autres vont suivre?

    Politiquement incorrect(e)

    17 h 49, le 11 août 2022

  • Tant que la justice ne se saisit pas du dossier de l’électricité qui a coûté des milliards à ce pays sans lui apporté la moindre lueur, les emplois fictifs qui gangrènent nos institutions et tout le secteur bancaire dans lequel sont tous mêlés et qui a provoqué l’anéantissement de notre pays, les fossoyeurs crieront au complot et à la politisation de tous les dossiers et enquêtes en cours. Pour être crédibles, faut leur clouer le bec en s’attaquant indifféremment à tous les voleurs vendus qui ont saccager le pays. Les libanais seront tous derrière eux pour appuyer leurs efforts.

    Sissi zayyat

    10 h 38, le 11 août 2022

  • La justice a-t-elle les moyens de saisir les biens de ces deux individus? La réponse est dans l'interrogation non? Il y a encore tant de gens au Liban qui croient au père Noël, c'est beau cette innocence

    Georges Olivier

    09 h 36, le 11 août 2022

  • Enfin un élément positif dans cette abominable tragédie. Espérons que les autres assassins (jusqu’à preuve du contraire), suivront.

    Goraieb Nada

    07 h 34, le 11 août 2022

  • En 5 jours on saura la vérité .. les enquêtes internationales on a vue où elles nous ont mener !! Vous vous rappelez de qui a dit ça ?! Lool

    Bery tus

    06 h 29, le 11 août 2022

  • Captain Ghada va s'en occuper illico presto, bien sûr si l'appel du toit-en-acier le lui suggère....

    Wlek Sanferlou

    03 h 10, le 11 août 2022

  • Bof, on peut leur faire confiance qu'ils vont trouver une raison pour invalider la plainte, par exemple parce que les pages ne sont pas numérotées dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, ou autre futilité de ce style...

    Gros Gnon

    01 h 26, le 11 août 2022

  • Ils n'ont pas lieu de s'inquieter. Leurs fortunes sont a l'abri dans un quelque abri fiscal.

    Michel Trad

    01 h 03, le 11 août 2022

Retour en haut