Rechercher
Rechercher

Société - Repère

Tout ce que l’on sait (et ne sait pas) concernant l’enquête sur l’explosion au port

Qui a importé le nitrate d’ammonium ? Pourquoi a-t-il été débarqué au port ? Dans quelles conditions a-t-il été stocké ? Et quel a été le déclencheur de l’explosion ? « L’Orient-Le Jour » fait le point.

Tout ce que l’on sait (et ne sait pas) concernant l’enquête sur l’explosion au port

Le port de Beyrouth tel qu'il apparaissait suite à la double explosion, le 4 août. Anwar Amro/Archives AFP

Deux ans après la double explosion au port de Beyrouth, le 4 août 2020, le secret de l’enquête reste farouchement gardé par le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, chargé de l’affaire. L’Orient-Le Jour fait le point sur tout ce...

Deux ans après la double explosion au port de Beyrouth, le 4 août 2020, le secret de l’enquête reste farouchement gardé par le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, chargé de l’affaire. L’Orient-Le Jour fait le point sur tout ce...Everything we know (and don’t know) about the Beirut port explosion investigation...

commentaires (7)

Bravo à tous les journalistes qui mènent des investigations et nous éclairent sans la juge de bois. L’article est riche en renseignements et appuie la thèse de la préméditation des politichiens dans cet acte d’assassinat ciblé. Reste à savoir quand et comment ce juge arrivera à les condamner et enfermer derrières les barreaux pour arrêter le massacre de notre pays. Ils lui mettent des bâtons dans les roues et l’empêche depuis la première minute de mener à bien cette enquête de leur qu’ils soient démasqués puisqu’il est e ident que TOUS ont participé d’une façon ou d’une autre a l’exécution du plan meurtrier.

Sissi zayyat

15 h 27, le 04 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Bravo à tous les journalistes qui mènent des investigations et nous éclairent sans la juge de bois. L’article est riche en renseignements et appuie la thèse de la préméditation des politichiens dans cet acte d’assassinat ciblé. Reste à savoir quand et comment ce juge arrivera à les condamner et enfermer derrières les barreaux pour arrêter le massacre de notre pays. Ils lui mettent des bâtons dans les roues et l’empêche depuis la première minute de mener à bien cette enquête de leur qu’ils soient démasqués puisqu’il est e ident que TOUS ont participé d’une façon ou d’une autre a l’exécution du plan meurtrier.

    Sissi zayyat

    15 h 27, le 04 août 2022

  • Plus

    Sissi zayyat

    15 h 18, le 04 août 2022

  • Je ne regrette pas d’avoir suspendu mon abonnement. La censure n’est pas permise dans u pays démocratique où des assassins ont droit à des pages illustrées dans votre journal alors que les citoyens sont muselés. Vous me décevez tous,les jours un peu

    Sissi zayyat

    15 h 18, le 04 août 2022

  • Ce que l'on sait avec certitude c'est que nous sommes gouvernes par une bande de canailles mafieuses qui ne veulent absolument pas renoncer a la culture de (leur) impunite.

    Michel Trad

    11 h 50, le 04 août 2022

  • Je m'étonne du fait que les nombreux avis concernant l'explosion de ce qui restait des 2750 tonnes de nitrate d'ammonium ne font aucun rapprochement avec les silos contigus à l'entrepôt N° 12. Or il est bien connu que les opérations de réception et de livraison des grains en vrac dans les silos génèrent des poussières et poudres (composées essentiellement d’hydrates de carbone et de matières cellulosiques au pouvoir fortement réducteur) qui peuvent s'enflammer du fait d'une étincelle et entraîner l'explosion des silos (exemple explosion des silos de Strasbourg en 2018). Pour éviter ce genre d'accident ces poussières et poudres sont continuellement évacuées des silos par des ventilateurs qui les rejettent à l'extérieur. Du fait de la proximité des silos, le nitrate d’ammonium restant dans l'entrepôt N°12 (On pense qu’il n’y restait que 300 à 400 tonnes) devait être certainement recouvert d’une quantité importante de poussières et poudres accumulée pendant 6 ans et intimement mélangée au nitrates échappés des sacs déchirés (voir les photos des sacs éventrés recouverts d'une couche épaisse de poussière). Cette couche de poussières et poudres peut avoir pris feu du fait d'une étincelle générée par une opération de soudage et avoir provoqué l'explosion du nitrate lorsque le feu l'a porté à la température critique. Il reste à déterminer l'identité des importateurs et celle des personnes qui ont retiré la plus grande partie de la cargaison.

    Moussalli Georges

    10 h 41, le 04 août 2022

  • Si les inculpés étaient sincères dans leur volonté de prouver leur innocence, ils se présenteraient devant le juge Bitar au lieu de chercher à le destituer. Par leur obstruction, ils se désignent eux-mêmes comme coupables. Ce n’est plus l’heure de dire « My government did this » comme c’est écrit sur les ruines du port. En lisant cela on se sent encore dans l’indéterminé, dans le « kellon ya3né kellon » qui est le meilleur échappatoire pour les vrais coupables. Il faut maintenant écrire à la place « My NEO SAFAVID deep state did this ».

    Citoyen libanais

    08 h 35, le 04 août 2022

  • L'assassinat des 4 dernieres personnes citées conduisent droit au Hezbollah. Le refus des responsables politiques, tous affidés ou affiliés, directement ou indirectement, au Hezbollah, a se présenter devant le juge étaye et renforce cette thèse. Quelqu'un finira bien par trouver la mèche qui nous conduira à la vérité.

    Pierre Hadjigeorgiou

    07 h 14, le 04 août 2022

Retour en haut