Rechercher
Rechercher

Monde - CONFLIT

Ukraine : le premier chargement de céréales a repris sa route vers le Liban

Conformément à l’accord signé le 22 juillet, permettant la reprise des exportations de céréales ukrainiennes bloquées depuis l’invasion russe, le cargo avait quitté lundi le port ukrainien d’Odessa, sur la mer Noire, avec 26 000 tonnes de maïs à destination de Tripoli.

Ukraine : le premier chargement de céréales a repris sa route vers le Liban

Le Razoni, dans le détroit du Bosphore, à Istanbul, le 3 août 2022, après avoir fait l’objet d’une inspection de la part des équipes russe et ukrainienne. Le navire est le premier à acheminer des céréales d’Ukraine depuis l’invasion russe du 24 février. Yasin AkgulL/AFP

Des experts turcs, russes et ukrainiens ont inspecté hier près d’Istanbul le navire transportant le premier chargement de céréales exporté par l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février, avant que le cargo ne reprenne sa route à destination du Liban. L’inspection du Razoni a duré un peu moins d’une heure et demie. Le cargo a ensuite poursuivi sa route, en s’engageant dans l’entrée nord du Bosphore en début d’après-midi. Cette inspection marquait la fin d’une « phase de test » des opérations de mise en œuvre de l’accord international signé en juillet à Istanbul en vue d’enrayer la crise alimentaire mondiale, a souligné le secrétariat du Centre de coordination conjointe.

« L’équipe d’inspection a pu s’entretenir avec l’équipage et s’enquérir du trajet effectué dans le couloir maritime humanitaire dédié en mer Noire », a-t-il précisé avant d’ajouter que « les exportations de millions de tonnes de blé, de maïs et autres céréales doivent se poursuivre au départ de trois ports ukrainiens ».

Le cargo, battant pavillon de la Sierra Leone, avait quitté lundi le port ukrainien d’Odessa, sur la mer Noire, avec 26 000 tonnes de maïs à destination de Tripoli, au Liban.

La vingtaine d’experts et délégués des Nations unies vêtus de gilets de sauvetage orange et casqués, étaient emmenés par l’amiral turc Özcan Altunbulak, patron du Centre de coordination conjoint qui supervise les exportations et par l’amiral de l’US Navy en retraite, Fred Kenney. L’inspection s’est déroulée conformément au souhait de la Russie qui veut s’assurer de la nature de la cargaison.

Selon Kiev, 16 autres bateaux chargés de céréales sont en attente de quitter Odessa, le principal port ukrainien qui concentrait avant la guerre 60 % de l’activité portuaire du pays.

L’accord signé le 22 juillet via une médiation de la Turquie et sous l’égide des Nations unies, permet la reprise des envois vers les marchés mondiaux de céréales ukrainiennes bloquées depuis l’invasion russe, sous supervision internationale. Le document prévoit notamment l’instauration de couloirs sécurisés afin de permettre la circulation en mer Noire des navires marchands et l’exportation de 20 à 25 millions de tonnes de céréales. Un accord similaire signé simultanément garantit à la Russie l’exportation de ses produits agricoles et de ses engrais, malgré les sanctions occidentales. Les deux accords doivent permettre d’atténuer la crise alimentaire mondiale provoquée par la montée en flèche des prix des denrées alimentaires dans certains des pays les plus pauvres.

Frappe de missiles russes

Sur le terrain, l’armée russe a bombardé la ville de Tchougouïv, dans le nord-est de l’Ukraine, faisant un mort et deux blessés, a annoncé sur Facebook un responsable de la police de la région de Kharkiv, Serguiï Bolvinov. Il a précisé que la personne tuée et un des blessés sont « des citoyens russes ». Kharkiv, la deuxième ville ukrainienne, proche de la frontière russe, a été la cible de deux frappes dans la nuit de mardi à mercredi depuis le territoire russe, selon les autorités régionales. L’armée russe a par ailleurs annoncé hier avoir détruit un dépôt d’armes étrangères dans la région de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, avec « des missiles de haute précision ». Selon les premières informations, il s’agit de missiles S-300 tirés depuis la région frontalière russe de Belgorod, dont un a touché le sol et l’autre une installation civile sans faire de victime, a indiqué le gouverneur Oleg Sinegoubov sur Telegram.

En juin, Moscou avait déjà affirmé avoir détruit un dépôt d’armes livrées par l’OTAN dans l’ouest de l’Ukraine, relativement épargné par les bombardements. La ville de Mykolaïv, dans le sud, a de nouveau été bombardée dans la nuit, a annoncé le gouverneur régional Vitali Kim sur Telegram. Un supermarché et une pharmacie ont été détruits et une école équestre a été touchée, a-t-il assuré. Selon le maire Oleksandre Senkevytch, « des explosions puissantes » ont également été entendues hier à l’aube.

Dans le bassin du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk, dans l’épicentre des combats, a fait état hier de quatre civils tués au cours des dernières 24 heures.

L’Ukraine, qui mène actuellement une contre-offensive dans le sud de l’Ukraine, a annoncé mardi avoir repris 53 localités dans le région de Kherson, la première ville d’importance tombée aux mains de l’armée russe le 3 mars. L’artillerie est décisive dans le conflit en Ukraine. Particulièrement gourmandes en projectiles de toutes sortes, les armées ukrainienne et russe se livrent à une guerre d’usure au niveau des munitions.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a par ailleurs accusé hier la Russie d’être responsable du blocage de la livraison d’une turbine actuellement en Allemagne, sans laquelle le pipeline Nord Stream 1 qui fournit du gaz à l’Europe ne peut, selon Moscou, fonctionner normalement. Les Occidentaux accusent Moscou de se servir de l’arme énergétique en représailles des sanctions adoptées après l’offensive contre l’Ukraine.

Source : AFP


Des experts turcs, russes et ukrainiens ont inspecté hier près d’Istanbul le navire transportant le premier chargement de céréales exporté par l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février, avant que le cargo ne reprenne sa route à destination du Liban. L’inspection du Razoni a duré un peu moins d’une heure et demie. Le cargo a ensuite poursuivi sa route, en...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut