Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Désordre mondial et désastre libanais

Malgré le désordre politique mondial, les sociétés accèdent à la révolution numérique et profitent de ses avantages. Le télescope James Webb nous rapporte des images depuis plusieurs milliards d’années, tout près du Big Bang.

Pendant ce temps, le Liban est en train de pourrir dans la misère. Notons par ailleurs toutes les avancées dans le domaine médical et chirurgical qui ont révolutionné la vie de l’humanité. Ceci pour dire les années-lumière qui nous séparent nous libanais du reste du monde. Notre défaillance et notre indigence au niveau technologique et les autres domaines nous vient de nos responsables, incapables et corrompus.

Quant au désordre mondial il est flagrant et suicidaire. On assiste à l’émergence d’un axe par des autocrates entre la Russie, l’Iran, la Turquie et la Chine. Le changement du monde se fait par des volontés individuelles cyniques et perverses de certains potentats décideurs. Parfois c’est la domination d’une intelligence divine avec une volonté agressive déviante. La guerre de la Russie contre l’Ukraine n’est que l’exemple le plus flagrant. Cette flambée agressive en Palestine et en Ukraine déstabilise toute la planète : soit par la baisse de l’énergie (gaz et pétrole) et par manque de blé habituellement fourni en majorité par l’Ukraine. Le monde se désorganise par les ambitions impériales rivales qui mènent fatalement aux conflits. D’un côté l’Empire des Romanov, l’Empire perse et l’Empire ottoman. De l’autre côté l’Empire américain en collaboration avec l’ensemble de l’Europe et d’autres pays anciens colonisateurs. S’ajoutent à ce tableau les ambitions des fondamentalistes musulmans qui aspirent à un passé impérial de khalifat. Dans ce désordre mondial, le Liban se perd, se disloque, se désintègre par les soins de ses mauvais décideurs. Inutile de rappeler les différents groupes noyés dans leurs contradictions et leur antagonisme. Certains pour défendre l’intégrité du pays, les autres pour exécuter la politique iranienne contre l’ennemi de toujours. Ces derniers en profitent pour déséquilibrer tout le socle de l’État dans le but de s’en approprier une grande partie. Tous nos politiques sont complices, partageant le même niveau d’incompétence et de corruption. Sous différents vocables, ils continuent à marchander des avantages, des postes et de compétences en se barricadant chacun derrière sa communauté.

Les Libanais s’imaginaient être à l’abri des remous régionaux et mondiaux. Nos penseurs continuent à répéter les mêmes litanies, le même slogan du « miracle libanais » ou bien le prétendu « génie libanais ».

Mais très peu ont pu prévoir la débâcle dans laquelle s’enfonce les Libanais. Dans la région, des régimes militaires, stables en apparence, sont tombés comme des châteaux de cartes. Et les Libanais se croyant toujours à l’abri des remous, se laissaient berner par des responsables menteurs et corrompus. Ce qui a manqué aux responsables, aux dirigeants, c’est de se connaître, d’être soi et d’avoir conscience de son être et de sa mission. Dans notre monde actuel deux responsables ont pu incarner cette image, le général Charles de Gaulles et le général Fouad Chehab. Ils avaient la hauteur d’esprit, l’intégrité, et une idéologie alliant la noblesse et le sens des grands principes.

Les Libanais désorientés s’enfoncent et se bousculent et le pays tombe dans la faillite. Nos penseurs, nos intellectuels doivent agir et alerter le peuple pour se rebeller et dénoncer les corrompus. Le peuple abruti par l’inaction, ébloui par les promesses, continue à attendre des solutions et à suivre les responsables. Le peuple attend un gouvernement qui ne gouverne pas et un président qui risque de ne pas venir. Nous sommes dans une crise de repères et de perturbations psychiques. Une voie de dialogue doit s’ouvrir entre gens loyaux et de bonne volonté. Le dialogue nous écartera de la barbarie, de la haine et des violences verbales. On vit chaque jour les agressions, les vols en plein jour et le règne de la délinquance sans possibilité de recours. Il n’y a plus d’espace dans notre cerveau pour le rêve, la créativité, la culture ou bien pour un espoir à venir. Comme si l’homme libanais aspire à aller en enfer. C’est le fantasme qu’on cherche à réaliser et c’est en fait notre enfer. On doit faire évoluer les mentalités pour sortir de la complaisance dans laquelle on se trouve. Il y a dans notre société des gens de bonne volonté qui peuvent guider le pays, négocier avec le Fonds monétaire, et pacifier le pays. De plus on doit harmoniser nos liens avec les pays de la région et les pays amis dans le monde. Cela pourra créer la confiance et facilitera le redressement du pays en attirant les investissements pour notre stabilité. Notre pays a besoin de responsables honnêtes pour aider le peuple à se révolter. Notre pays a besoin de responsables ouverts aux dialogues constructifs qui feront appliquer les accords soit par une décentralisation, soit une régionalisation ou tout autre système de gouvernement viable.

Psychiatre, psychanalyste

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique Courrier n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, L’Orient-Le Jour offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires ni injurieux ni racistes.


Malgré le désordre politique mondial, les sociétés accèdent à la révolution numérique et profitent de ses avantages. Le télescope James Webb nous rapporte des images depuis plusieurs milliards d’années, tout près du Big Bang.Pendant ce temps, le Liban est en train de pourrir dans la misère. Notons par ailleurs toutes les avancées dans le domaine médical et chirurgical qui ont...

commentaires (2)

Il nous faut un De Gaulle et un Chehab pour sauver notre pays

Eleni Caridopoulou

17 h 52, le 01 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Il nous faut un De Gaulle et un Chehab pour sauver notre pays

    Eleni Caridopoulou

    17 h 52, le 01 août 2022

  • “D’une chose légère peut naître un grand désastre.” Arrêtez le mal avant qu'il n'existe ; calmez le désordre avant qu'il n'éclate

    SATURNE

    14 h 55, le 01 août 2022

Retour en haut