Rechercher
Rechercher

Économie - Finances

Plus de 40 % des réserves d’or de la BDL sont déposées aux États-Unis

Plus de 40 % des réserves d’or de la BDL sont déposées aux États-Unis

Selon le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, la banque centrale possède 9 222 437,73 onces d’or. Photo Bigstock/val-eric-go

Dans une note adressée au nouveau député de Beyrouth II et ancien bâtonnier de Beyrouth Melhem Khalaf concernant sa demande du 8 juin relative aux actifs en or de la banque centrale, le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a dévoilé le total de l’or détenu par la BDL. Selon lui, elle possède 9 222 437,73 onces d’or (en once troy, soit des lingots d’or de près de 31,1 grammes, ainsi qu’en pièces en or, sans en préciser la répartition), dont 5 514 734,6 onces dans ses coffres et 3 707 703,13 onces conservés aux États-Unis, soit 40,2 % du total, selon nos calculs. Selon le fondateur du parti issu de la société civile, Mouwatinoun wa Mouwatinat fi Dawla, Charbel Nahas, interrogé en octobre 2019, ces dernières seraient stockées à Fort Knox, un camp militaire construit en 1918 au Kentucky et dans lequel le gouvernement américain entrepose son or depuis 1937.Le Liban traversant une crise depuis mi-2019, le sujet des réserves d’or revêt une importance capitale, pouvant potentiellement aider le pays à relancer son économie, alors que les réserves de devises de la BDL, en y excluant l’or et les eurobonds (titres de dette en devises) s’élèvent, elles, à 11,8 milliards de dollars, selon les propos de Riad Salamé lors d’une interview télévisée le 21 juin dernier.

L’or est considéré comme étant une valeur refuge, en particulier pour les générations futures. En effet, il a moins de risque que les pièces et billets de voir sa valeur diminuer. L’or libanais a été acheté depuis 1963 jusqu’en 1971, soit l’année de la fin des accords de Bretton-Woods, qui mettait alors un terme à la convertibilité dollar-or. Mais il n’a jamais été utilisé, y compris durant la guerre civile, alors que la livre a perdu de la valeur face au dollar (un dollar valait près de 3 livres en 1975, contre près de 3 000 livres à la fin de la guerre civile en 1990). De fait, la loi n° 42 votée en 1986 interdit dans son article unique à quiconque de disposer, directement ou indirectement, de ces réserves en or placées à la BDL, sans l’autorisation du Parlement, donc par le vote d’une loi. Des rumeurs vont bon train concernant la volonté de la classe politique d’utiliser les réserves d’or durant cette crise, mais rien d’officiel n’a encore été décidé.

Aucune opération de la part de la BDL

Dans sa lettre adressée à Melhem Khalaf, Riad Salamé précise également que la « BDL n’a effectué aucune opération, de quelque nature ou forme qu’elle soit, sur les actifs en or ». Cependant, selon les derniers chiffres du Conseil mondial de l’or (CMO) qui se basent sur des données récoltées en décembre 2020 et janvier 2021, le Liban détenait 286,8 tonnes de réserves en or, soit 10 116 572 onces, selon nos calculs. Or cette quantité est supérieure de 894 134,27 onces, soit de 25 tonnes à celle indiquée par le gouverneur de la BDL. À raison de 58,27 dollars le gramme, cela représente une différence de 1,46 milliard de dollars. Signe du malaise, l’ancien vice-gouverneur de la BDL, Mohammad Baasiri, a clarifié hier une ancienne déclaration accordée à la presse il y a deux ans, dans laquelle il indiquait que les réserves d’or de la banque centrale dépassaient les 10 millions d’onces – un volume supérieur à celui indiqué par Riad Salamé, mais conforme aux chiffres du CMO. Il précise ainsi que le chiffre anciennement indiqué « est incorrect » et que c’est à la BDL de communiquer les chiffres officiels. En décembre 2020, le troisième vice-gouverneur de la BDL, Salim Chahine, avait indiqué que l’inventaire de l’or n’avait plus été entrepris depuis « 1996 », confirmant les déclarations des deux cabinets d’audit internationaux Deloitte et Ernst & Young (E&Y), qui indiquaient dans le rapport d’audit de la BDL de 2018 ne pas avoir pu réaliser d’inventaire physique de l’or. C’était justement l’un des buts affichés de l’audit du cabinet KPMG, commandé par l’État libanais en septembre 2020, qui devait se concentrer sur le volet comptable de l’audit de la BDL et qui est supposé être finalisé ce mois-ci, selon le vice-Premier ministre, Saadé Chami. Autre retard au niveau de la comptabilisation de l’or : celui des quantités déposées à Fort Knox. Le dernier audit sur les réserves qui y sont déposées date de 1953 alors que plusieurs rumeurs courent quant à l’utilisation de celles-ci – qui n’appartiennent pas à la banque centrale américaine –, pour stabiliser l’économie américaine et en prêter aux banques du pays. Rien ne permet d’infirmer ou d’affirmer qu’une partie des réserves libanaises d’or ait été utilisée, que ce soit au Liban ou à l’étranger. En octobre 2019, avant le mouvement de contestation débuté le 17 du même mois, Charbel Nahas indiquait à L’Orient-Le Jour que la loi ne protège effectivement que l’or se trouvant sur le territoire libanais, et qu’il n’existe pour l’instant aucune assurance que le texte puisse protéger l’or qui est stocké aux États-Unis, où la loi américaine s’applique.


Dans une note adressée au nouveau député de Beyrouth II et ancien bâtonnier de Beyrouth Melhem Khalaf concernant sa demande du 8 juin relative aux actifs en or de la banque centrale, le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a dévoilé le total de l’or détenu par la BDL. Selon lui, elle possède 9 222 437,73 onces d’or (en once troy, soit des lingots d’or de près...

commentaires (2)

BREF Plus de 100 milliards de dollars de dette public libanaise avec seulement 28,5 milliards de réserve entre or et devise à la BDL ?TRISTE.

DAMMOUS Hanna

11 h 37, le 06 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • BREF Plus de 100 milliards de dollars de dette public libanaise avec seulement 28,5 milliards de réserve entre or et devise à la BDL ?TRISTE.

    DAMMOUS Hanna

    11 h 37, le 06 juillet 2022

  • Et le reste! Peau D’Âne a décidé de les recycler !

    Samir Tabet

    13 h 51, le 05 juillet 2022

Retour en haut