Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives 2022

Achats de voix, tensions localisées, intimidations... le rapport final de l’UE

La mission d’observation électorale européenne a présenté lundi ses constats et ses 23 recommandations lors d’une conférence de presse à Beyrouth. 

Achats de voix, tensions localisées, intimidations... le rapport final de l’UE

La délégation d’observateurs de l’UE présentant son rapport final lundi à Beyrouth. Photo Ghadir Hamadi

Les représentants de la mission d’observation électorale de l’Union européenne au Liban pour les élections législatives de mai 2022 sont revenus à Beyrouth pour présenter leur rapport final lundi.

Ce document comprend 23 recommandations pour améliorer les futurs processus électoraux dans le pays, parmi lesquelles celle qui consiste à donner à la Commission de surveillance des élections le mandat et la capacité de vérifier et de contrôler tous les comptes personnels des candidats aux élections et de leurs enfants et conjoints, en levant le secret bancaire sur ces comptes et en créant une unité spécialisée au sein de cette commission.

Une autre recommandation est de réglementer strictement la fourniture de biens, de services ou de paiements par des institutions détenues ou gérées par des candidats ou des partis, y compris les entreprises, les fondations et les organisations caritatives, pendant la période de campagne électorale, afin d’éviter qu’elles soient utilisées à des fins électorales.

Lire aussi

Élections législatives : quelles leçons pour la contestation ?

Les recommandations seront discutées dans différents panels au cours de la semaine prochaine.

Le chef de la mission d’observation, György Hölvényi, a déclaré à L’Orient Today que l’UE avait rencontré des hommes politiques, des chefs religieux et des membres de la société civile, et qu’elle avait « suscité des réactions positives et décelé une volonté de coopérer de la part des responsables locaux ».

Un rapport préliminaire, publié en mai, faisait déjà état de pratiques généralisées d’achat de voix qui, selon les observateurs, avaient « faussé les règles du jeu et sérieusement affecté le choix des électeurs », ainsi que de « tensions localisées » le jour des élections, et d’un « manque de formation » du personnel électoral.

Le secret du vote « pas toujours garanti »
La délégation a donc relevé des « tensions localisées » le jour des élections, un « manque de formation » évident du personnel électoral, remarquant que les délégués « étaient présents en grand nombre, contrôlant la présence des électeurs, et faisant souvent preuve d’un comportement intrusif », ajoutant que « le secret du vote n’était pas toujours garanti ».

Lire aussi

Joseph Maïla : « Il y a rarement eu, dans l’histoire des élections libanaises, un tournant aussi important »

Le rapport préliminaire avait également observé que « la liberté d’expression a été globalement respectée pendant la période de campagne », bien qu’il y ait eu quelques cas d’intimidation.

M. Hölvényi avait estimé à l’époque que les résultats des élections étaient « valides », bien que plusieurs violations aient été constatées.

Les observateurs de l’UE ont été déployés dans tout le pays à partir du 27 mars et dans les centres de vote de toutes les circonscriptions du Liban le 15 mai, jour du scrutin. La délégation de l’UE, qui comptait 167 observateurs ayant rencontré des centaines d’interlocuteurs, assure que les conclusions publiées dans le rapport sont fondées sur des faits concrets et des sources crédibles.

M. Hölvényi a reconnu que la liberté des médias a été généralement respectée pendant la campagne et la période électorales, à quelques exceptions près, où « les journalistes ont été confrontés à la violence dans l’exercice de leurs fonctions ». Il a en outre assuré que l’UE travaillera avec les commissions parlementaires pour s’assurer que la prochaine élection présidentielle, prévue normalement fin octobre, se déroulera dans les temps.

Intimidation de candidates et représentation des femmes
Par ailleurs, M. Hölvényi a insisté sur les importantes réformes nécessaires à mettre en œuvre pour combler les lacunes législatives, puisque le Liban « est tenu de respecter ses engagements internationaux ».

Lire aussi

Législatives : qui a gagné, qui a perdu ?

L’une des violations documentées par les observateurs de l’UE, selon M. Hölvényi, est la distribution de pain, de colis alimentaires et de fournitures médicales par les bureaux des partis politiques pour tenter de rallier le vote des citoyens. Des actes d’intimidation à l’encontre de candidates ont également été observés. Dans l’une de ses recommandations, la mission de l’UE appelle le Liban à « adopter des mesures exceptionnelles temporaires pour améliorer la représentation des femmes au Parlement ».

En 2018, seules six femmes avaient accédé au Parlement. En 2022, huit femmes y sont parvenues, quatre émanant des groupes d’opposition et quatre des partis politiques traditionnels.

« L’UE se considère comme un ami et un voisin du Liban, et est prête à aider ce pays à établir le cadre de son processus électoral futur », a conclu M. Hölvényi. 


Les représentants de la mission d’observation électorale de l’Union européenne au Liban pour les élections législatives de mai 2022 sont revenus à Beyrouth pour présenter leur rapport final lundi.
Ce document comprend 23 recommandations pour améliorer les futurs processus électoraux dans le pays, parmi lesquelles celle qui consiste à donner à la Commission de surveillance des...

commentaires (5)

CA N,A PAS CHANGE. CA A TOUJOURS ETE AINSI.

LA LIBRE EXPRESSION.

07 h 50, le 05 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • CA N,A PAS CHANGE. CA A TOUJOURS ETE AINSI.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    07 h 50, le 05 juillet 2022

  • Dans certaines régions au Liban, on n'intimide pas les candidates car il n'y en a pas! Pour ce qui est de l'achat de voix, il s'agit d'un vieil usage et cela ne se caractérise pas uniquement le jour des élections

    Georges Olivier

    07 h 30, le 05 juillet 2022

  • "Des actes d’intimidation à l’encontre de candidates ont également été observés. ". Il faudrait relever aussi les actes d’intimidation à l’encontre de candidats, spécialement les chiites anti-Hezbollah.

    Yves Prevost

    07 h 29, le 05 juillet 2022

  • Republique de Bananes

    Robert Moumdjian

    01 h 48, le 05 juillet 2022

  • L'optimisme des unionistes euroniens nous donne une bouffée de fumée de hashish nawoo awal... la constitution pondue en Arabie dans les année 80 du siècle passée edt toujours aussi obscure que le Voynich pour notre clique politique... alors les 23 recommendations pour , hèhèhè, améliorer nos élections.... on pourra attendre le retour de Voyager 1 de son voyage interstellaire pour que notre intelligentia politique puisse déchiffré ... en tout cas d'ici là je serais embaumé par l'abus d'arack frelaté...

    Wlek Sanferlou

    22 h 21, le 04 juillet 2022

Retour en haut