Rechercher
Rechercher

Société - Explosions au port de Beyrouth

HRW demande le "feu vert" de la France pour une enquête internationale

"Emmanuel Macron a non seulement fait marche arrière par rapport à ses promesses, mais aussi offert une bouée de sauvetage à la classe politique libanaise en difficulté", accusent l'ONG dans une tribune. 

HRW demande le

Une vue des dégâts massifs au port de Beyrouth. Photo AFP

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a demandé à la France de donner son "feu vert" pour l'ouverture d'une enquête internationale sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth, qui a tué plus de 220 personnes et blessé 6.500 autres le 4 août 2020, tout en dénonçant ce qu'elle estime être "l'inaction" du président Emmanuel Macron en la matière.

Dans une tribune publiée dans Le Monde dimanche, la chercheuse sur le Liban pour HRW, Aya Majzoub, et la directrice d'HRW France, Bénédicte Jeannerod, font valoir qu'"Emmanuel Macron a non seulement fait marche arrière par rapport à ses promesses, mais aussi offert une bouée de sauvetage à la classe politique libanaise en difficulté à travers sa +feuille de route+ de réformes, certes ambitieuse mais non respectée".

Au Liban même, l'enquête piétine en raison de nombreuses ingérences politiques, alors que parallèlement des proches de victimes ont lancé lundi une campagne contre la démolition des silos de blé de la capitale, quasiment dévastés par les explosions, une option envisagée par les autorités.

Peu de temps après l'explosion, le président français s'était rendu à Beyrouth et avait plaidé en faveur d'un audit de la banque centrale, de la nomination d'un gouvernement provisoire et de législatives anticipées dans un Liban en pleine crise. Il avait également exprimé la nécessité de l'ouverture rapide d'une enquête internationale, ce que rappellent les deux autrices de la tribune. "L’inaction de la France au Conseil des droits de l’homme contraste aussi fortement avec les engagements d’Emmanuel Macron envers les victimes", selon elles.

Pour mémoire

Au-delà du deuil, le sursaut de Beyrouth

Aya Majzoub et Bénédicte Jeannerod expliquent aussi avoir rencontré nombre de diplomates à Beyrouth, organisé des conférences, écrit des lettres aux membres du Conseil des droits de l'homme. "Dans toutes nos conversations revient un point d’achoppement central : la nécessité du +feu vert+ de la France pour que d’autres pays soutiennent publiquement un mécanisme d’enquête", concluent-elles.

"Culture de l'impunité"
"Durant la session en cours du Conseil des droits de l’homme, la France devrait prendre la tête d’un groupe d’États partenaires pour dénoncer la culture de l’impunité au Liban, en vue de l’obtention, lors de la prochaine session, d’une résolution établissant une enquête internationale sur l’explosion", réclament concrètement les deux membres de l'organisation, qui listent tous les obstacles à l'enquête au Liban : "l'ingérence politique flagrante, l’immunité accordée à des responsables politiques de haut niveau, le non-respect des normes de procès équitable et des violations des procédures régulières". 

Près de deux ans après le drame, l'enquête piétine toujours au Liban à cause de multiples manœuvres politiques. Elle est actuellement suspendue en raison des nombreux recours à l'encontre du juge Tarek Bitar en charge du dossier, présentés par de hauts responsables politiques, dont les députés Ghazi Zeaïter, Ali Hassan Khalil et l'ancien ministre des Travaux publics Youssef Fenianos. Les proches de victimes appellent régulièrement le gouvernement à accélérer la signature d'un projet de nomination judiciaire qui permettrait une reprise de l'enquête.

La tribune de HRW a été publiée à la veille de la 23e commémoration mensuelle des explosions. Au cours de cet événement, devant le port de Beyrouth, plusieurs proches de victimes et le président du conseil de l'Ordre des ingénieurs ont pris la défense des silos à grain du port, que les autorités veulent démolir. 




L'ONG Human Rights Watch (HRW) a demandé à la France de donner son "feu vert" pour l'ouverture d'une enquête internationale sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth, qui a tué plus de 220 personnes et blessé 6.500 autres le 4 août 2020, tout en dénonçant ce qu'elle estime être "l'inaction" du président Emmanuel Macron en la matière.Dans une tribune publiée dans Le Monde...

commentaires (4)

pourquoi continuer a rappeler la triste intervention de macron ? ET, pourquoi demander l'autorisation pur cette requete , je ne comprend pas !

Gaby SIOUFI

09 h 42, le 06 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • pourquoi continuer a rappeler la triste intervention de macron ? ET, pourquoi demander l'autorisation pur cette requete , je ne comprend pas !

    Gaby SIOUFI

    09 h 42, le 06 juillet 2022

  • L'ONG Human Rights Watch (HW) demande à la France de donner son "feu vert" , en vertu de quelle autorité ? Quand Macron est venu au Liban, il a émané de lui une certaine aura, qui depuis s'est dissipée, il avait promis d'aider à ce que toute la lumière soit faite, depuis il s'est désintéressé du problème, par crainte de représailles sur son sol ... Il se dit qu'on lui avait fait passer un message ... En outre il est a la tête d'un gouvernement qui semble naviguer à vue, en d'autres termes il a d'autre préoccupations que le Liban et ses politiciens qui se sont royalement moqués de lui ... Après tout les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

    C…

    13 h 57, le 04 juillet 2022

  • On se trompe quand on dit que la double explosion n’intéresse plus personne ? On le voit bien dans la culture de l’impunité, la victime prend une place de plus en plus importante. Mais est-ce la défense de la "victime" qu’il s’agit, dans un dossier tellement politisé qu’on ne s’y retrouve pas. Retour à l’article du Monde, plutôt critique aux engagements de Macron : ‘’…"des centaines de pages de documents officiels prouvant que l’explosion n’était pas simplement un accident malheureux …" Alors accident ou négligence coupable, ou crime organisé pour que l’issue de l’enquête traine encore. Les silos, notre nouvelle blessure, les silos, visibles à chaque atterrissage d’avion vont échapper à la démolition, (le gommage) pour citer une récente chronique d’un Libanais : "...parce que le temps et l’acharnement au gommage des vieilles blessures ont fait leur œuvre…" Les silos seront une exception aux démolitions des vestiges de la guerre, ou bien par leur maintien seront l’arbre qui cachera la foret. Allez, prenez vite une photo des silos.

    Nabil

    13 h 44, le 04 juillet 2022

  • L'explosion du port a donné à Macron l'occasion de faire un coup de com et de se repositionner sur la scène proche-orientale. Les morts et la dévastation ne sont que dégâts collatéraux. Sa priorité est de préserver les intérêts de la France notamment auprès de l'Iran , énorme marché pour les entreprises françaises en attendant une re-signature (ou une re-re-signature) d'un accord sur le nucléaire et le reste.... Ceci étant dit, il faut arrêter à en vouloir aux autres quand les libanais ne sont même pas capables d'aller voter pour changer les choses. Le comble de l'immaturité à la libanaise est d'attendre qu'on vienne leur torcher le c...

    citoyen lambda

    12 h 48, le 04 juillet 2022

Retour en haut