Rechercher
Rechercher

Campus - SOLIDARITÉ

Deux lycéennes libanaises s’engagent pour les enfants défavorisés

Alors que les jeunes de leur âge ne pensent souvent qu’à sortir et s’amuser, Keira Dabbagh et Aya Twainy, 15 ans, distribuent une centaine d’ordinateurs aux élèves en difficulté.

Deux lycéennes libanaises s’engagent pour les enfants défavorisés

Keira Dabbagh. Photo Ghia Dabbagh

« Savoir qu’à l’ère du numérique et alors que toutes les écoles sont passées à l’enseignement en ligne à cause de la crise de Covid, il y a encore un très grand nombre d’enfants qui ne possèdent pas de tablettes à la maison et utilisent le portable de leurs parents pour étudier, faute de moyens, nous a révoltées, confie Keira Dabbagh en présentant son initiative Edu.counts lancée avec Aya Twainy, son amie d’enfance. Beaucoup d’ONG se sont concentrées sur des priorités comme l’alimentation et la santé, mais pour nous, en tant que lycéennes chanceuses de pouvoir étudier facilement, l’éducation était un volet aussi important que la nourriture.

Aya Twainy. Photo Carole Twainy

Nous devions agir, et nous l’avons fait. » Les deux amies décident alors d’assurer des ordinateurs à ces enfants pour leur permettre de poursuivre leurs cours en ligne. Elles créent un compte sur Instagram, postent des vidéos sur les réseaux sociaux et lancent un appel pour récolter d’anciens ordinateurs inutilisés. Leur action se distingue, émeut, touche et sensibilise beaucoup de personnes qui, sans les connaître, répondent positivement à leur appel. « Certaines écoles qui avaient fermé leurs portes nous ont proposé de nous revendre les tablettes de leurs élèves à prix réduit. Des sociétés nous ont offert également leurs ordinateurs inutilisés », explique Keira Dabbagh. L’action des lycéennes prend de l’ampleur. Alors que les médias les reçoivent sur leurs plateaux télévisés, elles racontent leur révolte, expliquent leur cause. Les dons affluent. Avec l’argent reçu, Keira et Aya réparent les ordinateurs abimés, en achètent des neufs et, grâce aux associations sur le terrain qui connaissent les familles dans le besoin, distribuent une centaine d’ordinateurs aux enfants en difficulté. Elles savent qu’elles ont gagné une première bataille.

Former des « ambassadeurs » pour porter leur cause à l’étranger

Après la double explosion du 4 août 2020, la plupart des amies d’enfance de Keira Dabbagh quittent le pays pour poursuivre leurs études à l’extérieur, emportant avec elles la misère de ces familles et les difficultés de ces écoliers. L’idée d’en faire des « ambassadeurs » qui propageraient leur action au-delà des frontières fait son chemin. « Ce que je voulais par-dessus tout, c’est faire connaître notre cause auprès des Libanais vivant à l’extérieur, mais surtout créer une solidarité entre les étudiants pour venir en aide à ces enfants », explique la jeune fille. De Dubaï à Londres, en passant par Paris ou les États-Unis, ces « ambassadrices » âgées de 16 à 18 ans diffusent cette belle cause dans leurs pays d’accueil, parlant de cette injustice que subissent ces enfants privés de cet outil essentiel dans un monde qui évolue vers la numérisation des cours scolaires et universitaires. « Ce n’est qu’un début, avoue Keira Dabbagh, mais je sais que nous ne lâcherons pas cette cause, et nous poursuivrons notre bataille pour offrir à ces enfants ce droit qui leur est interdit : le droit à l’éducation. »



« Savoir qu’à l’ère du numérique et alors que toutes les écoles sont passées à l’enseignement en ligne à cause de la crise de Covid, il y a encore un très grand nombre d’enfants qui ne possèdent pas de tablettes à la maison et utilisent le portable de leurs parents pour étudier, faute de moyens, nous a révoltées, confie Keira Dabbagh en présentant son initiative...

commentaires (3)

Bravo ! Votre dynamisme et votre altruisme font plaisir à voir ! Merci d'etre passée à l'action. Des jeunes comme vous sont l'espoir du pays.

Souad KHALIFE

12 h 42, le 04 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Bravo ! Votre dynamisme et votre altruisme font plaisir à voir ! Merci d'etre passée à l'action. Des jeunes comme vous sont l'espoir du pays.

    Souad KHALIFE

    12 h 42, le 04 juillet 2022

  • Bravo les filles! Ce sont des jeunes comme vous et des initiatives comme celle-ci qui nous permettent d'espérer , encore et malgré tout, un avenir pour le Liban.

    Yves Prevost

    07 h 12, le 30 juin 2022

  • Bravo ???

    Eleni Caridopoulou

    00 h 51, le 30 juin 2022

Retour en haut