Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Ces instants que l’on aimerait emporter

Les femmes qui vous observent depuis les balcons de Geitaoui

Les « ahla w sahla » dont on ne se lasse pas

Les gin basil et les carottes au citron

Les chats d’Achrafiyé entre les poubelles et les murs tapissés de jasmins

Les « tekram ayounek habibi » du marchand de café ambulant

Les dévotions à Mar Charbel à chaque coin de rue

Les plongeons des corps bronzés et huilés à Joining

Le ciel bleu au bout du tunnel à Chekka

Le service à 50 000 (aanjad)

Le checkpoint à l’entrée du Chouf qui vous fait basculer dans un monde autre

Les cafards agonisants et les moustiques

Les frangipaniers aux effluves vanillés de Kfar Abida

Les « send me your location »

Le « benzine » et le moteur

Almaza, Ksara et Kefraya

La sueur qui coule après cinq minutes de marche dans Beyrouth

Les retours de soirée à la lampe torche

Les frimeurs en jet-ski ou en motoneige

Le carillon des cloches et « l’adhan » mêlés aux chants des flots à Jbeil

Les arrêts au bord de l’autostrade et les « jesr »

Les cédraies, oliveraies, orangeraies ou autres haies

Le rythme des basses à Mar Mikhaël

La mer et le ciel qui se confondent

Les camions de pastèques déchargées par des adolescents

Les chichas delivery et les proposals

Les 4x4 dans les rues étroites de Gemmayzé

Le béton nu et la côte défigurée

Les Bolt scooters, cheveux au vent

Les silos et les impacts de balles

Les concerts de klaxons et les « ya hmar » un dimanche soir à Jounié

Les Phéniciens qui quittent

Les miroirs brisés « mais oui tu es belle »

Les maids qui promènent les chiens de la bourgeoisie

Les virées nocturnes à toute allure

L’accent doux comme le miel de l’Hermon

Le drapeau du Liban flottant au vent sur Charles Malek, témoin de tant d’histoire

Les croix au sommet des collines

Les regards effrontés, les regards effondrés

Les « dekkenets » sombres

Les nuits sans sommeil et les danses envoûtées

Les shawarma de Jabbour et les soujouk de Mano au petit matin

Les nez refaits et les maquillages surfaits

Les « tfaddalé » des vieux sur leur chaise en plastique blanc

Les coups de feu et les survols israéliens

Les pêcheurs sur les rochers de la corniche

Les vans et les parfums de cigarettes

Les cocktails de fruits « achta et honey »

Les mères adulées, les conquêtes exhibées

Les liasses de billets

Les brushings et les pédicures

Les pistolets dans la boîte à gants

La schizophrénie des jours

Les chapelets qu’on égrène

La légèreté des cœurs blessés

La folie et la fureur

La poésie infinie de cette terre

La saveur de l’instant

La vie...

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Les femmes qui vous observent depuis les balcons de GeitaouiLes « ahla w sahla » dont on ne se lasse pasLes gin basil et les carottes au citronLes chats d’Achrafiyé entre les poubelles et les murs tapissés de jasminsLes « tekram ayounek habibi » du marchand de café ambulantLes dévotions à Mar Charbel à chaque coin de rueLes plongeons des corps bronzés et huilés...

commentaires (2)

Vous êtes en excédent de bagages et si par extraordinaire vous passez la sécurité à l'aéroport, les douaniers de Roissy ne vous louperont pas

M.E

05 h 57, le 25 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Vous êtes en excédent de bagages et si par extraordinaire vous passez la sécurité à l'aéroport, les douaniers de Roissy ne vous louperont pas

    M.E

    05 h 57, le 25 juin 2022

  • Et le baklawa ..

    Eleni Caridopoulou

    17 h 22, le 24 juin 2022

Retour en haut