Rechercher
Rechercher

Technologies - MUSIQUE

Apple abandonne l’iPod, son baladeur audio légendaire

C’est officiel : Apple ne proposera plus d’iPod. Vingt ans après son lancement, la firme à la pomme abandonne la fabrication du baladeur audio mythique qui préfigurait le succès de l’iPhone. La fin d’une époque glorieuse.

Apple abandonne l’iPod, son baladeur audio légendaire

La famille des iPod au complet à travers les années. Photos Bigstock

Beaucoup s’en souviennent, forcément. En octobre 2001, il y a donc plus de vingt ans, Apple présentait son premier iPod, un baladeur musical capable de stocker 1 000 chansons et qui allait tout à la fois changer le monde de la musique à transporter mais aussi Apple dans sa globalité. La société avait déjà vécu une première renaissance lors du retour aux commandes de son fondateur Steve Jobs en 1997, avec la sortie des tout premiers iMac très colorés. Mais c’est bien l’iPod et toutes ses déclinaisons qui ont fait sortir Apple de son état de société informatique pour la faire entrer dans le domaine de l’électronique grand public et des services en ligne. Tout en préparant bien sûr l’arrivée de l’iPhone. Et le 10 mai 2022, Apple annonçait par un communiqué de presse que le dernier modèle d’iPod Touch, datant déjà de 2019, resterait en vente jusqu’à épuisement des stocks.

Le nouveau baladeur d’Apple avait définitivement détrôné le Walkman de Sony. Photos Bigstock

Pendant sa conférence de lancement en 2001, Steve Jobs ne s’y était pas trompé. Pour annoncer l’arrivée d’une nouvelle catégorie de produits arborant le logo à la pomme, voici comment il expliquait son choix : « Nous avons décidé que notre prochaine activité concernerait la musique. Pourquoi la musique ? D’abord parce que nous adorons la musique. Mais aussi et surtout parce que la musique fait partie de la vie quotidienne de tout le monde. » Et sur la diapo de présentation derrière lui on voit entre parenthèses la mention « marché de grande taille ». On peut aujourd’hui voir une grande partie de l’annonce de l’iPod par Steve Jobs sur YouTube.

À l’époque, le marché des baladeurs était balbutiant. On comprend que, comme souvent, Apple n’est pas l’inventeur du concept – le singapourien Creative Labs avait sorti un gros modèle à disque dur inspiré des baladeurs CD et le français Archos commercialisait déjà un baladeur MP3 –, mais c’est bien la firme à la pomme qui a trouvé la bonne recette pour le populariser au-delà de toutes les estimations. Il faut dire que l’iPod avait plus d’un atout dans son sac pour remplacer les choix existants. Dans sa présentation, Steve Jobs en fait la liste : on pouvait acheter un lecteur CD portable, un lecteur MP3 basé sur de la mémoire flash, mais sans grande capacité à l’époque et à l’interface insondable, un lecteur de CD stockant des fichiers MP3 ou enfin se tourner vers un lecteur MP3 équipé d’un disque dur. En 2001, les disques durs étaient plutôt grands, épais et lourds. Et c’est là toute la première révolution de l’iPod, qui se basait sur le premier et le seul disque dur mécanique de 1,8 pouce de diamètre. C’est en apprenant l’existence de ce disque dur produit par Toshiba que le responsable matériel d’Apple de l’époque, Jon Rubinstein, a l’idée d’en faire un baladeur MP3 bien plus pratique que ceux qui existaient jusqu’alors. Pour l’anecdote, même Toshiba, le fabricant du disque dur, n’avait aucune idée de ce qu’il pourrait en faire.

On connaît la suite : l’iPod a remplacé le mot « Walkman » comme synonyme de baladeur. Il est rapidement devenu le leader du marché, si ce n’est son unique acteur, tellement sa mainmise était forte. Une domination tellement puissante que le nom de toute une industrie en est le témoin : le mot podcast est une contraction d’iPod et de broadcast (de l’anglais qui signifie « diffuser »).

Plusieurs modèles ont succédé ou complété le premier iPod. Il y eut d’abord l’iPod Mini, en 2004, qui remplaçait avantageusement le disque dur mécanique du premier iPod par de la mémoire flash, plus rapide et plus résistante aux chocs. Puis l’iPod Nano en 2006 qui reprend le concept dans un format plus compact.

Un iPod Nano et une cassette audio standard côte à côte. Photos Bigstock

L’arrivée de l’écran tactile

En septembre 2007, le premier iPod Touch remplaçait pour la première fois la roue de commande par un écran tactile. L’image est évidemment très frappante a posteriori tellement on reconnaît l’allure de l’iPhone.

En septembre 2012, l’iPod Nano de 7e génération revendique le titre d’iPod le plus fin jamais produit avec un design assez peu convaincant. Il est suivi en 2015 par un autre modèle encore moins convaincant, l’iPod Shuffle, qui, lui, ne propose aucun écran pour être le plus petit possible. Du coup, soit on écoutait ses chansons dans l’ordre, soit dans un ordre choisi au hasard (c’est le sens du mot anglais « shuffle »). On pouvait aussi utiliser une commande vocale, avec des résultats eux aussi plutôt teintés de hasard.

Le dernier modèle au catalogue était donc un iPod Touch aux allures très proches de l’iPhone 6 et de ses flancs arrondis. Sa dernière révision datait de 2019 et encore, elle n’avait apporté qu’un changement de puce.

L’histoire de l’iPod se termine donc. C’est bien normal, puisqu’il est depuis plusieurs années avantageusement remplacé par les smartphones, iPhone ou Android. Ne serait-ce que grâce à leur connexion à internet en permanence via la 4G ou 5G qui permet aussi d’écouter ou de regarder en streaming en direct n’importe où et n’importe quand, ce que les iPod limités au wi-fi ne pouvaient proposer.

Malgré tout, il existe encore un marché, très réduit, des baladeurs pour ceux qui préfèrent encore utiliser un appareil indépendant de leur smartphone ou qui veulent profiter d’un son de qualité optimale, supérieure à celle proposée par les bons vieux MP3. Cela dit, l’arrivée des fichiers dits « lossless », c’est-à-dire sans perte de qualité, au catalogue d’Apple Music et bientôt d’autres comme Spotify aura probablement comme effet de les faire quasiment disparaître, à part pour quelques derniers irréductibles.

Sources : rédaction et web


Beaucoup s’en souviennent, forcément. En octobre 2001, il y a donc plus de vingt ans, Apple présentait son premier iPod, un baladeur musical capable de stocker 1 000 chansons et qui allait tout à la fois changer le monde de la musique à transporter mais aussi Apple dans sa globalité. La société avait déjà vécu une première renaissance lors du retour aux commandes de son...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut