Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Abiad : La décision des pharmaciens de faire grève "se répercute négativement sur les malades"

Abiad : La décision des pharmaciens de faire grève

Le ministre libanais sortant de la Santé, Firas Abiad. Photo Dalati et Nohra

Le ministre libanais sortant de la Santé, Firas Abiad, a critiqué la grève des pharmacies annoncée pour mardi, estimant que ce genre de pratique "se répercute négativement sur les malades", alors que de nombreux médicaments sont en rupture de stock. 

"S'empresser de recourir à l'escalade et aux pressions se répercute négativement sur les patients, qui ont plutôt besoin que l'on se tienne à leurs côtés", a dénoncé le ministre dans un communiqué publié lundi par son bureau de presse. Il a indiqué que ce genre de pratique ne correspond pas "aux obligations des professionnels de la santé" et appelé les importateurs de médicaments et les propriétaires de pharmacies à "tendre la main" aux autorités afin de "laisser la place à des solutions qui allègent les répercussions de la crise financière".

M. Abiad a d'ailleurs souligné que "l'instabilité aiguë" de la situation financière du Liban est une des causes principales de la crise du secteur sanitaire, rappelant que son ministère déploie d'importants efforts pour assurer la poursuite de subventions d'un grand nombre de médicaments. Il a encore annoncé la publication "dans les prochains jours" de tarifs actualisés pour de nombreux produits.

Dimanche, le Comité des propriétaires de pharmacies au Liban avait annoncé une journée de grève mardi 24 mai, ainsi que l'organisation d'un sit-in devant le ministère de la Santé, pour dénoncer des ruptures de stocks et réclamer une augmentation des prix des médicaments en phase avec l'augmentation du taux dollar-livre, qui tourne autour des 32.000 LL. Le communiqué du comité dénonçait une suspension des livraisons de médicaments aux pharmacies par les importateurs, et réclamait une tarification hebdomadaire des produits pharmaceutiques.

De son côté, le syndicat des importateurs de médicaments a tenu à clarifier lundi que la suspension des livraisons aux pharmacies "ne concerne pas les médicaments qui sont encore subventionnés, c'est-à-dire ceux contre les cancers et maladies chroniques". Pour ce qui est des autres produits, tarifés sur la base d'un taux de 26.000 LL pour un dollar, le syndicat souligne que les différents acteurs pharmaceutiques couvraient jusqu'à présent la différence entre leurs prix de vente et d'achat, au taux du marché parallèle, mais que ce taux ayant augmenté de manière "inattendue et folle", les pharmacies et les importateurs ne peuvent plus se permettre de telles pertes. Il a soutenu, dans ce contexte, la proposition d'une publication hebdomadaire des tarifs. 


Le ministre libanais sortant de la Santé, Firas Abiad, a critiqué la grève des pharmacies annoncée pour mardi, estimant que ce genre de pratique "se répercute négativement sur les malades", alors que de nombreux médicaments sont en rupture de stock. "S'empresser de recourir à l'escalade et aux pressions se répercute négativement sur les patients, qui ont plutôt besoin que l'on se...