Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Entre le PSP et les FL, une alliance fragilisée par les enjeux électoraux

À mesure que le rendez-vous électoral se rapproche, les luttes sourdes entre les partenaires au sein d’une même liste commencent à apparaître au grand jour, et les alliances politiques conclues au début de la campagne électorale montrent leurs limites. C’est le cas entre les Forces libanaises et le Parti socialiste progressiste qui se considèrent comme des alliés politiques. Au départ, l’alliance entre ces deux partis semblait naturelle et évidente d’autant qu’ils ont tous les deux fait partie de la coalition du 14 Mars et conservé des relations étroites avec les autorités saoudiennes. Au point que le député du PSP Waël Bou Faour et l’ancien ministre des FL Melhem Riachi se sont tous les deux rendus à Riyad pour éliminer les obstacles entre eux en vue des législatives, sous la houlette des Saoudiens.

Officiellement donc, les deux formations sont alliées dans plusieurs circonscriptions, mais en raison de la complexité de la loi électorale, d’une part, qui favorise les rivalités entre les candidats dans une même liste, et de l’importance de ces élections que le monde entier considère comme décisives pour l’avenir du Liban, d’une autre, les frictions apparaissent et l’alliance se lézarde.

L'éditorial de Issa Goraïeb

La tête, pas les pieds !

Les deux partis avaient réussi à trouver un terrain de coordination notamment sur les grandes lignes stratégiques, en particulier contre le Hezbollah et l’Iran, mais aussi contre le Courant patriotique libre. Toutefois, l’annonce par le chef du courant du Futur Saad Hariri de la suspension provisoire de ses activités politiques et celles de sa formation a bouleversé le paysage électoral en général et porté un coup à ses alliés, notamment le PSP et les FL, mettant en avant leurs divergences, en les privant des voix sunnites sur lesquelles ils comptaient. En effet, dans certaines circonscriptions où le PSP et les FL sont concernés, les voix sunnites ont un poids considérable et une influence déterminante sur les résultats. C’est pourquoi, alors que la confusion règne au niveau de l’électorat sunnite, les problèmes se multiplient entre les deux formations qui ne parviennent pas à piocher de nouvelles voix auprès de cette communauté.

Par exemple, dans la circonscription de la Békaa II (Békaa-Ouest-Rachaya), face à l’hostilité déclarée des électeurs sunnites évoluant dans la mouvance du Futur, le PSP a été contraint de refuser de prendre le candidat des FL sur sa liste, pour ne pas braquer la rue sunnite et compromettre les chances de réussite de son candidat favori Waël Bou Faour.

Dans la circonscription du Mont-Liban IV (Chouf-Aley), la situation est plus complexe. Les FL ont un poids électoral important dans cette région, et le PSP ne veut pas y renoncer. Dans le même temps, il ne veut ne pas irriter les électeurs de l’Iqlim al-Kharroub. Dans cette région qui fait partie du Chouf et qui est à grande majorité sunnite, le nombre d’électeurs s’élève à 64 722. Ils ont d’ailleurs droit à deux sièges qui sont occupés par des candidats bénéficiant de l’appui du courant du Futur, avec l’accord du PSP. Cette année, le retrait du Futur pose un véritable problème au PSP qui a déjà une difficile bataille à mener dans la région druzo-chrétienne du Chouf. Il a ainsi conclu une alliance avec les FL et le Parti national libéral et il doit affronter la liste formée de l’alliance entre le CPL, le chef du Parti démocratique libanais Talal Arslane et le chef du parti Tawhid Wi’am Wahhab. L’abstention d’une partie de l’électorat sunnite pourrait donc réduire le nombre de sièges obtenus par la liste de l’alliance PSP-FL-PNL. Comme les candidats sunnites sur la liste PSP-FL-PNL ont une assise populaire propre, ils ont des chances d’obtenir les deux sièges sunnites de la circonscription. Ce qui se ferait donc au détriment des autres candidats. Ceux qui suivent la bataille électorale dans cette circonscription affirment d’ailleurs que le PSP a d’abord renoncé à présenter un candidat chrétien au Chouf (Nehmé Tohmé n’a pas présenté sa candidature). Il a ensuite donné des instructions précises pour que les voix préférentielles de son électorat dans cette circonscription aillent exclusivement aux deux candidats druzes de la liste : Teymour Joumblatt et Marwan Hamadé. La bataille s’annonce si serrée, avec sept listes en lice, 5 pour les groupes de la contestation et deux pour les partis traditionnels, qu’aucune des composantes de l’alliance PSP-FL-PNL n’a un surplus de voix préférentielles à distribuer. La logique du « chacun pour soi » prévaut, dans un climat de rivalité. D’ailleurs, à Aley, par crainte de perdre des voix et après avoir effectué une étude précise du paysage électoral, le PSP a imposé aux FL la candidature de Raji Saad, car il bénéficierait d’un bon paquet de voix qui renforcerait le score de la liste.

Commentaire

Ce casse-tête (quasi) insoluble appelé Liban

De même à Baabda, les FL et le PSP ont formé une liste commune. Mais, comme au Chouf et à Aley, en raison de la multiplicité des listes et du fait que la bataille s’annonce serrée, chacun des partis compte sur ses propres voix et se retrouve souvent contraint de justifier cette alliance dans les meetings électoraux ou même de critiquer indirectement son allié. Une fois les élections terminées, il faudra sans doute étudier les alliances au sein du nouveau Parlement.


À mesure que le rendez-vous électoral se rapproche, les luttes sourdes entre les partenaires au sein d’une même liste commencent à apparaître au grand jour, et les alliances politiques conclues au début de la campagne électorale montrent leurs limites. C’est le cas entre les Forces libanaises et le Parti socialiste progressiste qui se considèrent comme des alliés politiques. Au...

commentaires (6)

Honnêtement, vous croyez vraiment madame les fantasmes de votre camp? Parce que finalement c'est votre camp. Déjà pour commencer, vous fantasmez sur le fait que les Sunnites n'irons pas voter. La majorité d'entre eux le feront et n'en n'ont rien a foutre des consignes de Hariri. Ils savent très bien ou est leur intérêt. Au final et le plus importants c'est que les listes souverainistes gagnent et réduisent la présence des partis au pouvoir d'une manière ou d'une autre. Si chez les chiites cela est presque impossible en raison de la terreur que le Hezbollah leurs inspires, ce sont leurs alliés qui en pâtirons. Les souverainistes gagneront ces élections quoi que le Hezbollah fasse directement ou a travers ses alliés. Le compte a rebours qui a débuté en 2005, ralenti par la lâcheté et l’incompétence de Hariri, ne s'est jamais arrêté depuis. Les Libanais qui aiment leur pays ont aujourd'hui la chance de changer la dégringolade dans laquelle le parti iranien et ses alliés nous ont conduit. Ces élections sont l’opportunité idéale pour remettre le Liban sur les rails du progrès et d'un avenir sain. Aujourd'hui, c'est soit le projet des FL soit celui du Hezbollah qui doit passer. Il n'y a pas d'autre entre les deux. Dans les deux cas la situation sera difficile et les deux options peuvent mener a la guerre mais dans les deux cas se sera le fait du Hezbollah, d'ou l'importance de lui enlever la légitimité politique que le CPL et la faiblesse de Hariri et de Joumblatt lui ont donné.

Pierre Hadjigeorgiou

14 h 30, le 12 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Honnêtement, vous croyez vraiment madame les fantasmes de votre camp? Parce que finalement c'est votre camp. Déjà pour commencer, vous fantasmez sur le fait que les Sunnites n'irons pas voter. La majorité d'entre eux le feront et n'en n'ont rien a foutre des consignes de Hariri. Ils savent très bien ou est leur intérêt. Au final et le plus importants c'est que les listes souverainistes gagnent et réduisent la présence des partis au pouvoir d'une manière ou d'une autre. Si chez les chiites cela est presque impossible en raison de la terreur que le Hezbollah leurs inspires, ce sont leurs alliés qui en pâtirons. Les souverainistes gagneront ces élections quoi que le Hezbollah fasse directement ou a travers ses alliés. Le compte a rebours qui a débuté en 2005, ralenti par la lâcheté et l’incompétence de Hariri, ne s'est jamais arrêté depuis. Les Libanais qui aiment leur pays ont aujourd'hui la chance de changer la dégringolade dans laquelle le parti iranien et ses alliés nous ont conduit. Ces élections sont l’opportunité idéale pour remettre le Liban sur les rails du progrès et d'un avenir sain. Aujourd'hui, c'est soit le projet des FL soit celui du Hezbollah qui doit passer. Il n'y a pas d'autre entre les deux. Dans les deux cas la situation sera difficile et les deux options peuvent mener a la guerre mais dans les deux cas se sera le fait du Hezbollah, d'ou l'importance de lui enlever la légitimité politique que le CPL et la faiblesse de Hariri et de Joumblatt lui ont donné.

    Pierre Hadjigeorgiou

    14 h 30, le 12 mai 2022

  • Payer 25.000LL pour lire de pareilles sottises… heureusement qu’il y a le carnet dans l’OLJ, c’est le seul extrait du journal qui nous contraint à rester abonné

    Liberté de penser et d’écrire

    09 h 32, le 12 mai 2022

  • A comparer avec la ballade ferroviaire, vantée par l'aspirant président, les problèmes FL et PSP décryptés de façon sherlockiano-haddadiote semblent enfantins et dérisoires... happy propaganding... le hezb vous gardera un bonbon

    Wlek Sanferlou

    17 h 34, le 11 mai 2022

  • Hahaha laissez moi rire, si vous pensez avec cette article apporter votre grain de sel cela ne fonctionnera pas madame allez savourer votre défaite cuisante après le 15 mai … madame réveillez vous vous êtes finis !!

    Bery tus

    14 h 07, le 11 mai 2022

  • quelle objectivité ! quelle clairvoyance ! une enquete de terrain du fond de votre fauteuil madame ? L'accord anetre les FL et le PSP est clair comme de l'eau de roche ! chacun apporte ses voix a la liste et ses voix preferentiel a son candidat. Aucun mystere ou malentendu. Et Eux ne s'insultent pas comme votre Gebran adoré et le mouvement Amal.

    Lebinlon

    09 h 46, le 11 mai 2022

  • Arrêtez de fantasmer et occupez vous des problèmes au sein de votre camp comme les guerres de tranchées au sein du CPL, entre le CPL et AMAL ainsi que le départ massif des sympathisants du CPL qui va connaître une défaite cuisante le 15 mai malgré toutes les voix chiites. Votre obsession contre les FL devient maladive, il existe de traitements pour ce genre d’obsession

    Liberté de penser et d’écrire

    09 h 43, le 11 mai 2022

Retour en haut