Rechercher
Rechercher

Culture - Récompenses

Le « Café Riche » de Maisoon Saqer, prix Cheikh Zayed de littérature

Le « Café Riche » de Maisoon Saqer, prix Cheikh Zayed de littérature

Maisoon Saqer, lauréate du prix Cheikh Zayed de littérature. Photo DR

C’est la romancière et poétesse émiratie Maisoon Saqer qui a remporté le prix Cheikh Zayed 2022 pour son livre Maq’ha Reesh, Aïn Ala Massr (« Regard sur l’Égypte : le Café Riche ») publié par Nahdet Misr Publishing en 2021. Le récit-enquête s’intéresse à un café légendaire du Caire, au cœur de la vie sociale, politique et culturelle de l’Égypte au XXe siècle. À travers le prisme coloré de ce café très fréquenté par les gens de lettres et les artistes, Maisoon Saqer retrace l’histoire de l’Égypte moderne et raconte l’histoire d’un lieu en pleine transformation.

Dans la catégorie jeune auteur, le prix a été décerné au Tunisien Mohammad al-Maztouri pour Al-Badawa fi al-She’er al-Arabi al-Qadeem (« Le bédouinisme dans la poésie arabe ancienne ») publié par la faculté de littérature de l’Université de Manouba et la GLD Foundation en 2021. Cette étude critique explore l’influence du nomadisme dans la poésie arabe ancienne, en examinant notamment comment l’imagerie du désert arabe se traduit dans la forme poétique et comment les poètes ont transcendé les images stéréotypées du désert comme terre stérile.

L’auteure syrienne Maria Daadoush a reçu pour sa part le prix de littérature jeunesse pour Loghz al-Kora al-Zujajiya (« Le mystère de la boule de verre ») publié par Dar al-Saqi en 2021. Ce livre raconte l’histoire d’un petit garçon de 12 ans qui accompagne son grand-père dans un voyage en train dans le désert et se lance dans une série de passionnantes aventures, affrontant des criminels déterminés à détruire la vie écologique d’une oasis.

Pour la catégorie édition et technologie, c’est la Bibliotheca Alexandrina (Égypte) qui a été récompensée. Cette bibliothèque et ce centre culturel ultramodernes abritent des millions de livres en plusieurs langues. Le Cheikh Zayed Book Award reconnaît, en particulier, les vastes ressources de la bibliothèque, telles que ses archives numériques qui répondent aux besoins des lecteurs du monde entier, et son initiative « Ambassades du savoir » qui comprend des antennes dans les universités égyptiennes, fournissant des ressources aux étudiants et aux chercheurs sans qu’ils aient besoin de se rendre au siège de l’Alexandrina. La bibliothèque ne se contente pas de fournir des livres et des revues, mais publie également des ouvrages uniques et propose un programme d’ateliers dirigés par des intellectuels de premier plan, en personne et en ligne, enrichissant ainsi la culture arabe et la promouvant dans le monde entier.

L’Irako-Américain Muhsin J. al-Musawi a remporté par ailleurs le prix dans la catégorie culture arabe dans une autre langue pour son ouvrage The Arabian Nights in Contemporary World Cultures: Global Commodification, Translation, and the Culture Industry publié par Cambridge University Press en 2021 (États-Unis). Musawi y examine la popularité durable des Mille et Une Nuits chez les écrivains, les artistes, les cinéastes, les musiciens et les philosophes, de Marcel Proust à Walt Disney, en considérant leur appropriation dans le contexte des héritages coloniaux.

L’Égyptien Ahmad Aladawi a été distingué pour sa traduction de l’anglais vers l’arabe de l’ouvrage de George Makdisi The Rise of Humanism in Classical Islam and the Christian West.

Les ouvrages récompensés cette année par le prix littéraire Cheikh Zayed. Photo DR

Le prix de la critique littéraire et artistique est revenu à al-Sarid wa Taw’am al-Rooh: Min al-Tamtheel ila al-Istinaa’ (« Le narrateur et l’âme sœur : de la comédie à l’imposture ») de l’auteur marocain Mohammad Aldahi.

Le comité du prix a souligné dans un communiqué le nombre record de plus de 3 000 candidatures provenant de 55 pays.

Les gagnants toutes catégories seront honorés lors d’une cérémonie le 24 mai en direct du Louvre Abou Dhabi, au moment de l’inauguration de la Foire internationale du livre et se verront remettre une médaille d’or, un certificat de mérite et une somme de 193 700 euros chacun.

La personnalité de l’année, qui sera révélée en mai, se verra remettre une médaille d’or, un certificat de mérite et une somme de 258 000 euros.

Le Cheikh Zayed Book Award, l’un des prix littéraires les plus prestigieux du monde arabe, placé sous l’égide du Centre de langue arabe d’Abou Dhabi, prend, par ailleurs, l’initiative d’une aide financière à la traduction qui sera accordée aux éditeurs internationaux (avec un encouragement particulier aux éditeurs français) pour traduire de l’arabe vers des langues étrangères non seulement les œuvres récompensées par le prix dans les catégories littérature et littérature jeunesse, mais aussi les finalistes desdites catégorie.


C’est la romancière et poétesse émiratie Maisoon Saqer qui a remporté le prix Cheikh Zayed 2022 pour son livre Maq’ha Reesh, Aïn Ala Massr (« Regard sur l’Égypte : le Café Riche ») publié par Nahdet Misr Publishing en 2021. Le récit-enquête s’intéresse à un café légendaire du Caire, au cœur de la vie sociale, politique et culturelle de l’Égypte au XXe...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut