Rechercher
Rechercher

Politique - Podcast

Marwan Hamadé : L’histoire du Liban n’a pas commencé le 17 octobre

Marwan Hamadé, député démissionnaire du bloc de Walid Joumblatt et candidat aux élections du 15 mai, est le septième invité de notre podcast spécial législatives : « Aux Urnes citoyens ».

« Depuis 2016, nous n’avons pas eu le courage, nous n'avons pas eu les genoux, je ne veux pas utiliser un autre terme, de dire non au Hezbollah », affirme Marwan Hamadé, député démissionnaire du bloc de Walid Joumblatt et candidat aux élections du 15 mai, dans ce nouvel épisode de notre podcast spécial législatives « Aux Urnes citoyens ».

L’ancien ministre estime qu’il est nécessaire de « tenir bon » face à la formation de Hassan Nasrallah « quel qu’en soit le prix » et considère que le vide institutionnel est préférable à la « mainmise du Hezbollah sur l’Etat ».

Dans cet entretien, notre septième invité revient longuement sur les raisons, selon lui, qui ont mené à l’effondrement du Liban, sur la stratégie à mettre en œuvre contre le parti de Dieu et sur les rapports qu’il entretient avec le mouvement de contestation du 17 octobre 2019, qui oscillent entre attraction et répulsion.

« Je suis prêt à tout donner à cette jeunesse qui a manifesté », dit-il tout en critiquant vivement le slogan phare du soulèvement du 17 octobre, le « Kellon yaane kellon » (Tous ça veut dire tous).

S’il appelle à une alliance entre les forces traditionnelles hostiles au Hezbollah et les nouveaux mouvements issus de la société civile, il reproche à ces derniers de ne pas mettre suffisamment en avant « l’étendard souverainiste » et de ne « pas connaître l’histoire du pays ». « Ils ont pensé que l’histoire du Liban commençait le 17 octobre. Ce n’est pas vrai ! » tance-t-il, rappelant que sa génération et celles qui ont suivi ont subi l’occupation syrienne et la montée en puissance du Hezbollah. « Nous n’avons assassiné personne. Nous avons été assassinés », dit-il en réaffirmant sa volonté de faire bloc contre le parti chiite.

L’ancien ministre, figure clé des années Hariri, écarte par ailleurs les critiques sur le modèle économique mis en place à cette période. « Personne n’a planté un clou depuis l’assassinat de Rafic Hariri », affirme-t-il. La plupart des économistes estiment que la crise économique et financière qui frappe actuellement le Liban trouve en partie ses origines dans les politiques mis en place par l’ancien Premier ministre Rafic Hariri au lendemain de la guerre civile.

Dans le cadre de ce podcast, le premier de L'Orient-Le Jour, des candidats issus de la société civile et des partis traditionnels confrontent leur programme à nos questions. Notre parti pris est d'aller en profondeur, d'explorer les programmes, les stratégies des différents interlocuteurs. Avec toujours la même règle : ni complaisance, ni agressivité.


« Depuis 2016, nous n’avons pas eu le courage, nous n'avons pas eu les genoux, je ne veux pas utiliser un autre terme, de dire non au Hezbollah », affirme Marwan Hamadé, député démissionnaire du bloc de Walid Joumblatt et candidat aux élections du 15 mai, dans ce nouvel épisode de notre podcast spécial législatives « Aux Urnes citoyens ». L’ancien ministre estime qu’il est...

commentaires (15)

et pourquoi pas Hamadé pour President il a largement l'étoffe et l'honnêteté pour cela. pour les 17 octobriste, votre jeux fait les bonnes affaires du Hezbollah et donc de l'occupation Iranienne, a l'heure ou les iranien eux meme n'en veulent plus. vous rendez service a ce regime, et contre les revolutionnaires a l'insu de votre plein gré.

Aboumatta

06 h 51, le 10 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • et pourquoi pas Hamadé pour President il a largement l'étoffe et l'honnêteté pour cela. pour les 17 octobriste, votre jeux fait les bonnes affaires du Hezbollah et donc de l'occupation Iranienne, a l'heure ou les iranien eux meme n'en veulent plus. vous rendez service a ce regime, et contre les revolutionnaires a l'insu de votre plein gré.

    Aboumatta

    06 h 51, le 10 novembre 2022

  • Au moins Mr Hamadé, et probablement Mr Joumblatt également, ont le courage, contrairement à Saad Hariri, de refuser un gouvernement de collaboration anti-nationale avec le Hezbollah et ses armes illégales. Par contre sa réponse contre le déboulonnage du Estez duc de Berry n'inspire pas confiance ni en lui ni en son bloc PSP. Son argument est: par qui le remplacer ? Sous-entendu on s'interdit de le remplacer par un chiite souverainiste, ou plutôt on considère que le Estez le duc est lui-même un souverainiste malgré sa défense publique des armes illégales du Hezbollah. N'a t'on pas vu les armes illégales des serviteurs de Estez le duc à l'oeuvre à Tayyouné aux côtés de celles du Hezbollah, pour protéger les criminels qui ont détruit Beyrouth et son port ? S'il dit qu'il n'y a pas de chiite pour remplacer le Estez à la présidence du parlement, il n'y a aucune raison qu'il trouve un chiite pour remplacer les partisans du Estez qui se sont succédés au ministère des finances. Et si le Estez ferme le parlement tel un boutiquier qui ferme son commerce, Mr Hamadé semble se résigner au vide institutionnel, alors que le peuple aurait à ce moment le devoir de descendre dans la rue pour le rouvrir de force.

    Citoyen libanais

    08 h 24, le 12 mai 2022

  • Chapeau bas M Hamade.

    Jack Gardner

    14 h 59, le 10 mai 2022

  • Ce monsieur est digne et incarne le druzisme bien mieux que les autres clowns vendus et girouettes . Ceci dit, à quoi la tiédeur de ces hommes nous ont servis lorsque des prédateurs obscurs s’alignaient mois après années devant nous ?

    Wow

    13 h 08, le 10 mai 2022

  • Ce qu’on peut retenir de cette interview intéressante c’est que les politiciens des années 70,80,90 et jusqu’à nos jours ont été traumatisés par la guerre destructrice du pays et par la vague des assassinats, et au lieu de rendre leur tablier en se rendant à l’évidence qu’avec les mêmes on ne peut pas recréer un pays souverain puisque mêlés à des corruptions. Ils ont préféré garder leurs postes de députés, ministres et magistrats et ils ont cédé au diktat des mollahs contre des ministères juteux et des postes pompeux pour anéantir le pays. Ainsi le pays est devenu une bourgade où non seulement il compte une armée parallèle mais aussi une économie parallèle qui est venu à bout de ce qui restait encore de son économie, branlante certes, mais qui assurait le minimum vital aux citoyens. Du coup les citoyens ne figuraient plus dans leurs projets de partages puisqu’ils voulaient tous se servir avant pour compenser leur frustration de ne pas exercer leur pouvoir politique. Tout le monde sait que HN, pour pouvoir instaurer une hégémonie, a ouvert les caisses et autorisé le pillage pour qu’on le laisse saquer le pays sans être inquiété. Il est trop tard de jouer aux vertueux qui se sont trompés dans leurs analyses de la situation à venir du pays. Les casseroles sont là pour empêcher quiconque d’élever la voix pour défendre sa politique patriotique puisqu’il n’y a pas un qui n’a pas , de près ou de loin , trempé dans la corruption. D’où la nécessité de les déboulonner.

    Sissi zayyat

    11 h 40, le 10 mai 2022

  • JE NE COMMENTE PLUS QUE TRES RAREMENT. MES COMMENTAIRES MEME LES PLUS BENINS SANS CRITIQUE ET JAMAIS D,INSULTE SONT PRESQUE TOUJOURS CENSURES. A QUOI BON PERDRE MON TEMPS. C,EST LA DEMOCRATIE ET LA LIBRE EXPRESSION COMME VUES ET COMPRISES PAR L,OLJ.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    10 h 54, le 10 mai 2022

  • MARWAN HAMADÉ UN PATRIOTE, JE L'ESTIMAIS ET JE N'AI PAS OUBLIÉ L'ATTENTA QU'IL A SUBIT. MAIS QUAND J'AI LU UN JOUR QU'IL EST ALLÉ JE NE SAIS OÙ POUR REPRÉSENTER TAYMOUR ! C'EST À DIRE QUE TAYMOUR L'A ENVOYÉ POUR LE REPRÉSENTER. TAYMOUR EST DEVENU SON ZAÏM !. ET HAMADÉ L'A ACCEPTÉ. J'ÉTAIS CHOQUÉ. IL S'EST MIS À GENOUX DEVANT SON NOUVEAU ZAÏM TAYMOUR ? QUEL PAYS. JE N'AVAIS PLUS AUCUN RESPECT À CE MONSIEUR.

    Gebran Eid

    10 h 25, le 10 mai 2022

  • ah bon ? parce qu'avant 2016 il n'yavait pas lieu de confronter nasroullah le khamenai libanais ? Tiens tiens ! il meritait lui donner le bon dieu sans confession ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 16, le 10 mai 2022

  • M.MARWAN HAMADE : L’ALLIANCE ( a l l i a n c e ) AVEC LES SYRIENS ( s y r i e n s )A PERMIS SON ÉLECTION COMME DÉPUTÉ DRUZE DU CHOUF (ALLIE DES JOUMBLAT ( ? ) EN 1991 ; PUIS RÉÉLU A CE POSTE AUX ÉLECTIONS DE 1992, 1996,2000,2005, PUIS EN 2018. COMBIEN DE FOIS MINISTRES : A LA CHAINE…. 32 ANS DE RESPONSABILITÉ ET DIT NE PAS ÊTRE UN KOULON ? MESDAMES, MESSIEURS VOILA L’EXEMPLE FLAGRANT D’UNE HOMÉLIE (LONGUE ,ENNUYEUSE ET PLEINE DE C O U R A G E ( ? ) ) DE NOS PROCHAINS NOUVEAUX ( KOULONS ) » DÉPUTÉS « . MERCI POUR CET ARTICLE. ALLONS ÉLIRE ET BONNE CHANCE !!!

    aliosha

    09 h 53, le 10 mai 2022

  • Il faut se rendre à l'évidence: le Liban devrait choisir entre la "moumana3a" et la prospérité! Ces deux notions sont tout à fait contradictoires...et tout le reste n'est que bavardage inutile,

    Georges MELKI

    09 h 50, le 10 mai 2022

  • Pas corrompu dit-il, soit. Mais puisqu'il a mis tout seul le sujet sur la table, le journaliste aurait pu lui poser une question sur le contrat (les contrats ?) de Cedarcom (la société de son fils) avec le ministère des télécoms qu'il présidait alors et s'il était en tous cas bien sage de prêter par la même occasion le flanc aux soupçons de népotisme, de favoritisme, voire de partage du gâteau avec les autres pôles du pouvoir, et donc d'affaiblir le camp qu'il représentait. Ci-dessous, le communiqué de presse copié du site de Cedarcom où le nom de son fils n'apparaît pas, ce qui laisse à penser que lui ou son père savait que ça faisait désordre. http://www.cedarcom.net/news-adsl.asp

    M.E

    09 h 25, le 10 mai 2022

  • Le rejet du Hezbollah ne suffit pas à reconstruire un pays !

    Pandora

    08 h 18, le 10 mai 2022

  • Depuis seulement 2016 ?!?!? Et en 2009 ça compte pas et tout ça pour qui ?

    Bery tus

    06 h 06, le 10 mai 2022

  • Hamadé Président!

    Aboumatta

    21 h 02, le 09 mai 2022

  • Dès Marwan Hamade, il nous faut au moins 100 comme lui au parlement. Si seulement on pouvait l’élire à la magistrature suprême. Un grand respect à vous Monsieur. Que Dieu vous garde.

    Achkar Carlos

    20 h 42, le 09 mai 2022

Retour en haut