Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Réfugiés

Les Palestiniens irrités par un projet de l'Unrwa

Des aides alimentaires distribuées par l'Unrwa aux réfugiés palestiniens au Liban. Photo Said Khatib/AFP

Un nouveau projet de l'agence de l'ONU responsable de l'aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa) prévoyant de déléguer certains services à d'autres agences provoque l'indignation des Palestiniens qui y voient un désengagement de la communauté internationale à leur égard.

La nouvelle qui a fait l'effet d'une bombe est tombée le 24 avril. Dans un communiqué, le commissaire général de l'Unrwa, Philippe Lazzarini, a indiqué que son organisation devait trouver de nouveaux modèles pour fournir son aide, afin de compenser un recul de ses dons.

Le budget annuel de l'Unrwa, qui compte 30.000 employés, avoisine 1,6 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros), ce qui qui permet d'offrir des services de base (éducation, santé) à 5,7 millions de réfugiés palestiniens répartis entre le Liban, la Syrie, la Jordanie, la Cisjordanie occupée et la bande de Gaza.

"Continuer de dépendre presque exclusivement du financement des donateurs n'est pas raisonnable", a déclaré Philippe Lazzarini. "Une option qui est actuellement à l'étude est de maximiser les partenariats au sein du système onusien (...) avec des services qui pourraient être offerts au nom et sous la supervision de l'Unrwa", a-t-il ajouté.

Confronté fin 2020 à la "pire" crise financière de son histoire, l'Unrwa avait déjà prévenu des effets "dévastateurs", notamment à Gaza et au Liban, si une solution n'était pas trouvée rapidement à la crise de son financement.

Mais malgré le retour de la contribution des Etats-Unis, qui avaient coupé les ponts avec cette agence sous la présidence de Donald Trump, l'Unrwa prévoit un trou de 100 millions de dollars (95 millions d'euros) dans son budget 2022 pour mener à bien ses opérations et ce, "sans compter la hausse des prix de la nourriture liée à la crise en Ukraine", indique à l'AFP sa porte-parole, Tamara Al-Rifai.

Si ces considérations peuvent sembler a priori techniques ou administratives, elles ont suscité une levée de boucliers côté palestinien, de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) du président Mahmoud Abbas, qui siège en Cisjordanie occupée, aux islamistes du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza.

"Feu vert"

Ces éventuelles mesures de l'Unrwa "enfreignent" la résolution de l'ONU ayant créé l'Unrwa, a réagi le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh. Elles "vont créer des réactions de colère des réfugiés palestiniens et vont transformer l'image qu'ils ont de l'Unrwa", a prévenu de son côté Ahmed Abou Holi, un cadre de l'OLP.

"Il s'agit d'une tentative de démanteler l'Unrwa comme prélude à la fin de son travail", a critiqué un cadre du Hamas, Mohammad al-Madhoun, dans un communiqué.

"L'enjeu ici n'est pas simplement la prestation de services, mais la responsabilité", note Mohammed Shehada, analyste à l'Observatoire Euro-Méditerranéen des droits de l'homme, une ONG basée à Genève.

"Remplacer l'Unrwa revient à dire que la cause palestinienne en général n'est pas une priorité, cela revient à dire aux Palestiniens que leur cas est seulement humanitaire, rien de plus", dit-il, ajoutant que le "droit au retour" des Palestiniens et des membres de leurs familles poussés à l'exode lors de la création d'Israël en 1948 est un des "piliers de l'identité palestinienne".

Pour Samer Sinijlawi, directeur du Jerusalem Development Fund, une organisation spécialisée dans le développement humanitaire dans les Territoires palestiniens, la proposition du patron de l'Unrwa est une façon de "prendre le pouls" des Palestiniens à l'approche d'un vote prévu en 2023 à l'ONU sur le renouvellement du mandat de l'agence.

La déclaration de M. Lazzarini est un "feu vert" pour les pays qui cherchent "à changer le mandat de l'organisation pour mettre progressivement fin à son travail", dit-il, estimant que les réfugiés palestiniens ne veulent pas changer mais mettre en oeuvre le mandat de l'Unrwa, qui consacre le "droit inaliénable" au retour des réfugiés palestiniens auquel Israël s'oppose.

"Si l'Unrwa est démantelée ou si ses services sont externalisés, les réfugiés palestiniens restent des êtres humains avec des droits inaliénables", prévient Chris Gunness, un ancien porte-parole de l'agence.


Un nouveau projet de l'agence de l'ONU responsable de l'aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa) prévoyant de déléguer certains services à d'autres agences provoque l'indignation des Palestiniens qui y voient un désengagement de la communauté internationale à leur égard.La nouvelle qui a fait l'effet d'une bombe est tombée le 24 avril. Dans un communiqué, le commissaire général de...