Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives au Liban

Les candidats qui se sont "retirés" après la date limite peuvent encore obtenir des voix

En théorie, un candidat qui s'est retiré après la date limite pourrait "gagner" l'élection en obtenant le plus grand nombre de votes préférentiels. 

Les candidats qui se sont

Rifaat Nayef el-Masri, candidat chiite avec les Forces libanaises à Baalbeck-Hermel, le 28 avril 2022 lors d'une conférence pour annoncer son retrait de la course aux législatives. Photo ANI

Au moins quatre candidats aux élections législatives du 15 mai ont annoncé cette semaine qu'ils retiraient leur candidature, parmi lesquels certains qui se présentent dans les circonscriptions de Baalbek-Hermel (Békaa III), Akkar (Nord I) et Zahlé (Bekaa I).

Cependant, le délai pour que les candidats se retirent officiellement par l'intermédiaire du ministère de l'Intérieur a pris fin le 30 mars, ce qui signifie que les noms de ces candidats et peut-être d'autres resteront sur les listes électorales, puisque les retraits annoncés après ledit délai ne sont pas reconnus par la loi électorale libanaise.

Cette loi stipule que les candidats ne peuvent retirer leur candidature qu'en vertu d'une déclaration légale authentifiée par le notaire et soumise au ministère de l'Intérieur au moins 45 jours avant la date de l'élection.

Le retrait des candidatures après la période allouée n'a aucune valeur juridique, note Ali Slim, directeur exécutif de l'Association libanaise pour les élections démocratiques (LADE). "L'annonce du retrait par les candidats après le délai imparti ne sert qu'à informer les électeurs", explique-t-il.

Ainsi, en théorie, un candidat qui s'est retiré après la date limite pourrait "gagner" l'élection en obtenant le plus grand nombre de votes préférentiels. Dans ce cas, les candidats gagnants n'ont pas d'autre choix que d'accepter leur titre de député, mais ils peuvent ensuite démissionner de ce poste, précise M. Slim.

Lire aussi

À Baalbeck-Hermel, le Hezbollah veut régner en maître absolu

Certains des candidats ont invoqué des pressions familiales ou sociales pour justifier leur retrait.

Le candidat Nizar Ibrahim, qui se présente avec les Révoltés du Akkar, soutenus par des groupes d'opposition proches du mouvement de protestation, a annoncé son retrait le 20 avril du siège alaouite du Akkar et a déclaré dans un communiqué qu'il se retirait "par souci pour la communauté (alaouite) et son unité lors de cette élection", exhortant ses électeurs potentiels à plutôt "soutenir la liste du Mouvement patriotique libre."

Rifaat Nayef al-Masri a annoncé le 28 avril le retrait de sa candidature de la liste des Forces libanaises, La construction de l'État, dans la circonscription de Baalbek-Hermel, sur la base d'une demande de sa famille, en déclarant : "Tant que l'ennemi israélien poursuit son agression contre le Liban, nous sommes alignés sur la résistance libanaise."

M. Masri est le troisième candidat chiite à annoncer son abandon de la liste Construire l'État dirigée par le cheikh Abbas al-Jawhari en alliance avec le parti de Samir Geagea, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Le candidat, Hayman Abbas Mcheik a annoncé son retrait de la même liste le 24 avril pour soutenir celle d'Amal et du Hezbollah, Espoir et loyauté, qui se présente dans le même district. De même, le candidat chiite Ramez Amhaz, qui figurait sur la même liste, a annoncé le 22 avril son retrait des élections lors d'une conférence de presse dans la ville de Laboué.

M. Jawhari a affirmé que des partisans du Hezbollah avaient tenté de l'intimider et, lundi, une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montrait des jeunes gens tirant en l'air au milieu d'un rassemblement électoral organisé par le cheikh.

Cet article est une version traduite de l'anglais de notre publication L'Orient Today.

Au moins quatre candidats aux élections législatives du 15 mai ont annoncé cette semaine qu'ils retiraient leur candidature, parmi lesquels certains qui se présentent dans les circonscriptions de Baalbek-Hermel (Békaa III), Akkar (Nord I) et Zahlé (Bekaa I).Cependant, le délai pour que les candidats se retirent officiellement par l'intermédiaire du ministère de l'Intérieur a pris fin le...
commentaires (1)

Tous les dictateurs en herbe essaient de singer les dictateurs confirmés. Notre rôle à tous est de,leur montrer qu’ils ne nous font pas peur… pour cela il faut être nombreux, très nombreux à le faire. Personne ne peut résister à la volonté de tout un peuple, encore faut il qu’il soit animé par un seul but qui est de sauver sa nation de la décrépitude et de l’usurpation qui rêve que d’instaurer la dictature dans toute sa splendeur sur tout le territoire libanais. Enfants du pays, réveillez vous demain il sera trop tard et vous qui les appuyez aujourd’hui serez leurs premières victimes.

Sissi zayyat

13 h 59, le 30 avril 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Tous les dictateurs en herbe essaient de singer les dictateurs confirmés. Notre rôle à tous est de,leur montrer qu’ils ne nous font pas peur… pour cela il faut être nombreux, très nombreux à le faire. Personne ne peut résister à la volonté de tout un peuple, encore faut il qu’il soit animé par un seul but qui est de sauver sa nation de la décrépitude et de l’usurpation qui rêve que d’instaurer la dictature dans toute sa splendeur sur tout le territoire libanais. Enfants du pays, réveillez vous demain il sera trop tard et vous qui les appuyez aujourd’hui serez leurs premières victimes.

    Sissi zayyat

    13 h 59, le 30 avril 2022

Retour en haut