Rechercher
Rechercher

Politique - Liban/Golfe

"L'initiative koweïtienne a réussi", affirme l'ambassadeur du Koweït depuis Aïn el-Tiné

Les ambassadeurs d'Arabie saoudite et du Qatar au Liban ont également été reçus par Nabih Berry. 

L'ambassadeur du Koweït, Abd el-Aal Kinaï, au palais de Baabda, le 14 avril 2022. Photo Twitter/@LBpresidency

L'ambassadeur koweïtien à Beyrouth, Abdel Aal al-Kinai, a affirmé mardi, depuis Aïn el-Tiné, que l'initiative lancée par le Koweït en janvier dernier pour rétablir les liens entre le Liban et les monarchies du Golfe a "réussi", les relations s'étant détériorées en octobre dernier en raison, entre autres, de la mainmise grandissante du Hezbollah sur le pays.

"L'initiative koweïtienne a réussi. Ma présence ici en est la plus grande preuve", a déclaré l'ambassadeur à Aïn el-Tiné, assurant que "les choses sont de nouveau sur la bonne voie entre le Liban et les frères arabes". "Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, m'a demandé de communiquer un message de remerciement à l'émir du Koweit et au ministre des Affaires étrangères pour les efforts fournis en vue de mettre fin à la crise", a-t-il précisé, selon des propos rapportés par la chaîne locale MTV.

Lire aussi

L’Arabie saoudite entre de plain-pied dans la bataille électorale

Les ambassadeurs d'Arabie saoudite, Walid Boukhari, et du Qatar, Ibrahim el-Sahlaoui ont également été reçus mardi matin par M. Berry, une dizaine de jours après le retour des diplomates à Beyrouth. Aucune information concernant la teneur de leurs entretiens n'a filtré jusque-là. À moins d'un mois des élections législatives du 15 mai, ces retours sonnent comme une volonté du royaume wahhabite de peser dans la bataille électorale.

Le chef du gouvernement, Nagib Mikati, s'est également concerté avec le président de la Chambre et a quitté Aïn el-Tiné sans faire de déclarations. 

Une grave crise diplomatique a opposé, depuis octobre 2021, le Liban à plusieurs monarchies du Golfe, avec lesquelles les relations s'étaient détériorées suite à des déclarations de l'ancien ministre libanais de l'Information, Georges Cordahi, sur le rôle de l'Arabie saoudite dans la guerre au Yémen, mais aussi à cause de l'influence grandissante du Hezbollah pro-iranien sur la vie politique libanaise.

Le Koweït a mené, en janvier, une mission diplomatique à Beyrouth au nom des monarchies du Golfe, avec le soutien des puissances occidentales. Au cours d’une visite officielle, son ministre des Affaires étrangères avait alors remis aux autorités libanaises une feuille de route arabe pour aider le Liban à rétablir ses liens avec les pays du Golfe. Ce document comprend des requêtes parmi lesquelles le désarmement du Hezbollah, une question hautement sensible au Liban, qui avait ensuite communiqué aux parties concernées sa réponse à ces demandes, exprimant toutefois ses réserves sur la clause portant sur le désarmement du Hezbollah.

Il y a huit jours, M. Boukhari avait convié plusieurs alliés de l'Arabie saoudite sur la scène libanaise, ainsi que plusieurs ambassadeurs, à un iftar, dans sa résidence de Yarzé : les ambassadrices de France et des Etats-Unis au Liban, Anne Grillo et Dorothy Shea, la représentante de l’Onu Joanna Wronecka, le Premier ministre Nagib Mikati, les anciens présidents Amine Gemayel et Michel Sleiman, les anciens chefs de gouvernement Fouad Siniora et Tammam Salam, le chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt, le chef des Forces libanaises Samir Geagea et le chef des Kataëb Samy Gemayel. Deux jours après cet iftar, le diplomate s'était entretenu avec le président de la République, Michel Aoun, au palais de Baabda, et avait affirmé que Riyad "tient à aider le peuple libanais". M. Aoun avait insisté, de son côté, sur la "nécessité de renforcer les relations bilatérales et de les activer à tous les niveaux".


L'ambassadeur koweïtien à Beyrouth, Abdel Aal al-Kinai, a affirmé mardi, depuis Aïn el-Tiné, que l'initiative lancée par le Koweït en janvier dernier pour rétablir les liens entre le Liban et les monarchies du Golfe a "réussi", les relations s'étant détériorées en octobre dernier en raison, entre autres, de la mainmise grandissante du Hezbollah sur le pays."L'initiative koweïtienne...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut