Rechercher
Rechercher

Idées - Journée Internationale de la Femme

La justice climatique nécessite une justice de genre

La justice climatique nécessite une justice de genre

Illustration : Les neuf femmes célébrées par ONU Femmes pour la Journée Internationale des Femmes et qui luttent contre la détérioration de l'environnement au Liban. Crédit : D.R.

Aujourd'hui, 8 mars, est la Journée internationale de la femme. À cette occasion, nous honorons les femmes libanaises qui mènent la lutte contre la détérioration de l'environnement et le changement climatique, et qui travaillent à construire un avenir plus durable pour le pays et la communauté mondiale.

Les femmes, les hommes et les enfants vivant au Liban ont été soumis depuis longtemps à des conditions climatiques extrêmes. Selon l'Indice de Performance Environnementale (EPI) de l’Université de Yale en 2020, le Liban se classe 5e dans la région (sur 17 pays arabes inclus dans l'analyse) et 78e sur 180 pays, dans le monde : les personnes vivant dans le pays respirent un air insalubre et utilisent de l'eau contaminée et habitent dans des zones jonchées de déchets. L'accumulation de décennies de mauvaise gestion et le manque d'investissement dans les sources d'énergie renouvelables, les systèmes de distribution équitables d’énergie et les transports publics ont entraîné une dépendance aux générateurs privés et aux voitures, un non-traitement des eaux usées, un ruissellement industriel non maîtrisé et une indolence face à la crise des déchets.

L'impact du changement climatique et de la détérioration de l'environnement sur la santé des populations est très préoccupant ; par exemple, une exposition à long terme à des niveaux élevés de pollution atmosphérique affaiblit la fonction pulmonaire et augmente le risque de symptômes des voies respiratoires chez l'homme. De même, cette détérioration de l'environnement génère des pertes économiques importantes pour un pays qui connaît déjà l'un des pires effondrements financiers au monde depuis le XIXe siècle, selon la Banque mondiale. En 2015, le gouvernement libanais a estimé que si le changement climatique et la dégradation de l'environnement n'étaient pas arrêté, ils entraîneraient un ralentissement économique et une perte de 300 millions de dollars du PIB, par an. Les experts internationaux disent s'attendre à ce que le changement climatique ait un impact direct et négatif sur les zones urbaines côtières densément peuplées du Liban et sur leur productivité agricole. La déforestation, l'urbanisation et l'exploitation illégale des carrières s'ajoutent à la liste des dangers environnementaux du pays.

Au Liban, des ONG locales, des citoyens et des résidents travaillent au sein de leurs communautés et dans le milieu universitaire pour développer des solutions afin de faire face à la crise environnementale du Liban. Il s’agit d’initiatives allant du recyclage aux solutions énergétiques, en passant par les initiatives de nettoyage des eaux libanaises.

Beaucoup de ces initiatives existent grâce au leadership et à la détermination des femmes au Liban. En cette Journée Internationale de la Femme, nous célébrons les femmes – dans toute leur diversité – qui sont à l'avant-garde du changement environnemental à travers le pays, même dans les circonstances les plus difficiles. Les solutions au changement climatique ne peuvent réussir sans les femmes. Les femmes sont à la pointe de la science internationale ainsi que de la gestion des ressources nationales, et sont souvent responsables des dimensions locales et communautaires de la gestion de l'énergie et des déchets. La contribution essentielle des femmes à la justice environnementale au Liban, est un rappel précieux supplémentaire de la nécessité d’avoir un leadership politique diversifié au pays et d’accorder la priorité à la représentation des femmes pour résoudre les crises actuelles - y compris autour de l'environnement.

Le changement climatique est l'un des plus grands défis de notre époque ; l'endiguer au Liban requière une action et une attention immédiates. Dans son plan national sur le climat, le gouvernement a fixé un objectif de réduction des émissions de 20 % d'ici 2030, vers une commission nette nulle d'ici 2050, une augmentation par rapport à son objectif établi en 2015, il s'est aussi récemment engagé à élaborer une stratégie à long terme pour 2050 à faibles émissions et des stratégies de développement résilient. Ce sont des objectifs ambitieux ; surtout compte tenu de l'action limitée que nous avons vue à ce jour. Cependant, la bonne combinaison de politiques, de compétences, d'incitations, de volonté politique et de leadership des femmes peut influencer le comportement de la population, encourager les bons investissements et atténuer les résultats dévastateurs pour l'environnement si précieux du Liban.

Celles à qui nous rendons hommage aujourd'hui – Aaida Ghadban, Carole Ayat, Caroline Chaptini, Maya Nehmeh, Mona Fawaz, Myriam Ghsoub, Nouhad Awwad, Nadida Raad et Najat Saliba – sont parmi tant d'autres femmes, qui doivent être nos guides et nos leaders. Célébrons leur travail et leurs contributions pour rendre possible un futur Liban plus vert, équitable et prospère.

Par Andreas KINDL, Ambassadeur d’Allemagne

Rebekah GRINDLAY, Ambassadrice d’Australie

René Paul AMRY, Ambassadeur de l’Autriche

Hubert COOREMAN, Ambassadeur de Belgique

Boyan BELEV, ambassadeur de Bulgarie

Chantal CHASTENAY, Ambassadrice du Canada

Panayiotis KYRIAKOU, Ambassadeur de Chypre

Merete JUHL, Ambassadrice du Danemark

Dorothy SHEA, Ambassadrice des Etats-Unis

Miko HALJAS, Ambassadeur de l’Estonie

José María FERRE DE LA PEÑA, Ambassadeur de l’Espagne

Tarja FERNANDEZ, Ambassadrice de Finlande

Anne GRILLO, Ambassadrice de France

Catherine FOUNTOULAKI, Ambassadrice de la Grèce

Seán O REGAN, Ambassadeur de l’Irlande

Nicoletta BOMBARDIERE, Ambassadeur d’Italie

Jose Ignacio MADRAZO, Ambassadeur du Mexique

Martin YTTERVIK, Ambassadeur de la Norvège 

Hans PETER VAN DER WOUDE, Ambassadeur des Pays-Bas

Przemysław NIESIOLOWSKI, Ambassadeur de Pologne

Jiří DOLEZEL, Ambassadeur de la République tchèque

Radu-Cătălin MARDARE, Ambassadeur de Roumanie

Ian COLLARD, Ambassadeur du Royaume-Uni

Marek VARGA, Ambassadeur de Slovaquie

Shani CALYANERATNE KARUNARATNE, Ambassadrice du Sri Lanka

Ann DISMORR, Ambassadrice de la Suède

Ralph TARRAF, Ambassadeur de l’Union Européenne

Joanna WRONECKA, Coordonnatrice spéciale des Nations Unies pour le Liban

Najat ROCHDI, Coordonnatrice spéciale adjointe pour le Liban et coordonnatrice résidente et humanitaire

Mélanie HAUENSTEIN, Représentante résidente du PNUD

Rachel DORE-WEEKS, Cheffe d’ONU Femmes au Liban


Aujourd'hui, 8 mars, est la Journée internationale de la femme. À cette occasion, nous honorons les femmes libanaises qui mènent la lutte contre la détérioration de l'environnement et le changement climatique, et qui travaillent à construire un avenir plus durable pour le pays et la communauté mondiale.Les femmes, les hommes et les enfants vivant au Liban ont été soumis depuis longtemps...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut