Rechercher
Rechercher

Économie - Entrepreneuriat

La start-up Shorages du Libanais Rayan Osseiran lève 700 000 dollars de fonds

La start-up Shorages du Libanais Rayan Osseiran lève 700 000 dollars de fonds

Le Libanais Rayan Osseiran, fondateur et directeur général de la start-up Shorages, basée à Dubaï. Photo DR

Basée à Dubaï (Émirats arabes unis) et fondée en 2019 par le Libanais Rayan Osseiran, Shorages, une start-up de transport et logistique pour le marché du commerce en ligne a annoncé cette semaine dans un communiqué avoir levé 700 000 dollars en investissement d’amorçage (seed funding en anglais), une étape qui s’inscrit parmi les phases initiales du processus de financement d’entreprises et de start-up dans l’objectif de les aider à croître.Dirigé par la société d’investissement londonienne Mayfair Holdings, aux côtés d’autres entrepreneurs et investisseurs providentiels (business angels), ce financement va permettre à Shorages de renforcer ses acquis et ses ressources humaines, ainsi que de plus amplement se développer sur le marché du Golfe et d’augmenter ses capacités d’entreposage aux Émirats arabes unis. La start-up cherche également à installer des entrepôts en zone franche (une zone non soumise au service des douanes d’où les marchandises sont toutes exportées ou sont entreposées sur le plus ou moins long terme).

Boosté par les leçons tirées depuis le début de la pandémie de Covid-19 en 2020, le secteur de l’e-commerce s’inscrit dans l’air du temps avec un financement en croissance, en glissement annuel, de « plus de 230 % » dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord en 2021, selon les informations publiées par le cabinet Magnitt. Ce financement représente également « plus de 15 % » de tous les capitaux déployés dans tous les secteurs, continue ce cabinet, soulignant toutefois que les investisseurs restent « prudents » pour le financement des nouvelles sociétés au sein du secteur de commerce électronique, celles-ci ne représentant en 2021 que « 22 % » des transactions totales effectuées.

Méthode de travail

Dans un premier temps, l’équipe de Shorages reçoit et entrepose les colis dans ses centres de distribution, en intégrant sur les sites web des plateformes d’e-commerce partenaires le système de traitement des commandes. Dans un second temps, les commandes effectuées en ligne par les clients sont traitées et expédiées par Shorages. Ce processus « long et coûteux » pour les plateformes elles-mêmes, explique le fondateur et directeur général, Rayan Osseiran, est réduit grâce « à nos services d’exécution et de distribution servant de tremplin rapide et rentable sur le marché ».

Depuis son lancement, Shorages a ainsi pu aider plusieurs marques à se lancer dans l’e-commerce et à développer leur activité sur ce marché. Le communiqué annonce également que la start-up dubaïote a récemment conclu « des accords de partenariat avec plusieurs marques internationales pour 2022, dont un agrégateur basé aux États-Unis qui a réalisé plus de 500 millions de dollars de revenus à l’étranger ». De quoi motiver Sudhir Maheshwari, de l’entreprise familiale Mayfair Holdings : « Notre investissement chez Shorages est à la fois le résultat de notre conviction dans ce type de modèle commercial et notre foi en cette équipe d’exécuter cette vision. »


Basée à Dubaï (Émirats arabes unis) et fondée en 2019 par le Libanais Rayan Osseiran, Shorages, une start-up de transport et logistique pour le marché du commerce en ligne a annoncé cette semaine dans un communiqué avoir levé 700 000 dollars en investissement d’amorçage (seed funding en anglais), une étape qui s’inscrit parmi les phases initiales du processus de financement...

commentaires (2)

Hahaha K1000, si la société est active hors du Liban elle doit créer des emplois au Liban si le fondateur est libanais ? -- bonne blague

Zakariah

18 h 00, le 16 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Hahaha K1000, si la société est active hors du Liban elle doit créer des emplois au Liban si le fondateur est libanais ? -- bonne blague

    Zakariah

    18 h 00, le 16 janvier 2022

  • Super... Pour lui ! Combien d'emplois son entreprise crée-t-elle au Liban ? Être Libanais doit aussi se traduire dans les actes en créant des emplois au Liban.

    K1000

    15 h 27, le 15 janvier 2022

Retour en haut