Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

Les Emirats se joignent au fonds d'aide franco-saoudien pour le Liban

"Lors de la visite du président Macron (en décembre) dans le Golfe, on a pu renouer ces liens" entre le Liban et les pays du Golfe, se félicite le chef de la diplomatie française.

Les Emirats se joignent au fonds d'aide franco-saoudien pour le Liban

La place Al-Nour, à Tripoli, ville la plus pauvre du Liban, le 13 décembre 2021. Photo JOSEPH EID / AFP

Les Emirats arabes unis vont se joindre au fonds d'aide mis en place par la France et l'Arabie saoudite pour la population libanaise, a indiqué mardi soir le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

"Lors de la visite du président Macron (en décembre) dans le Golfe, on a pu renouer ces liens" entre le Liban et les pays du Golfe, s'est-il félicité devant la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. "C'est une nouveauté qui va permettre la mise en place d'un fonds franco-saoudien d'aide et de soutien aux Libanais, accompagné demain ou après demain par la contribution des Emirats", a-t-il ajouté.

Réagissant à cette annonce, l'ancien Premier ministre Saad Hariri, a remercié dans un tweet le prince héritier d'Abou Dhabi, Mohammad ben Zayed (MBZ), "non seulement pour avoir contribué à la création du centre libano-émirati MBZ pour traiter les patients atteints du Covid-19 (...) mais aussi pour s'être tenu en permanence auprès du Liban et de son peuple lors de diverses échéances et étapes". Le leader sunnite, qui s'est éclipsé de la scène politique libanaise après avoir échoué à former un gouvernement et qui réside actuellement aux Emirats, a également salué les pays arabes qui se tiennent auprès du Liban, assurant que le pays du Cèdre restera fidèle à "son arabité conformément à la Constitution". 

Lire aussi

L’accord Macron-MBS sur le Liban : une brèche dans un rideau de fer

L'Arabie saoudite et la France ont annoncé en décembre vouloir "s'engager pleinement" en vue d'une relance des liens entre Beyrouth et le royaume, mise à mal par la puissance grandissante du mouvement chiite libanais pro-iranien Hezbollah.

Une grave crise diplomatique oppose depuis fin octobre le Liban à plusieurs monarchies arabes du Golfe sur fond d'un bras de fer au sujet de ce mouvement, poids lourd de la politique libanaise, qui est armé et financé par l'Iran, grand rival régional de l'Arabie saoudite.

Lire aussi

Macron-MBS-Hezbollah : les coulisses d’une pièce en trois actes

Riyad a alors rappelé son ambassadeur à Beyrouth, expulsé l'ambassadeur libanais et interdit les importations en provenance du Liban. Trois autres pays du Golfe --Bahreïn, les Emirats arabes unis et le Koweït-- ont pris des mesures de rétorsion à l'égard de Beyrouth. Ce qui a encore aggravé la sévère crise économique libanaise.


Les Emirats arabes unis vont se joindre au fonds d'aide mis en place par la France et l'Arabie saoudite pour la population libanaise, a indiqué mardi soir le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian."Lors de la visite du président Macron (en décembre) dans le Golfe, on a pu renouer ces liens" entre le Liban et les pays du Golfe, s'est-il félicité devant la Commission des...

commentaires (3)

Tout l’argent du monde ne pourra pas sauver notre pays tant que ses caisses sans fond sont tenues par les mêmes voleurs vendus et armés. Il mendient à tout va au nom du peuple pour se refaire une santé avant les élections et inonder les régions de miettes et de piastres puisqu’ils ont fait en sorte que chaque voix achetée ne leur revienne pas plus chère que 10 dollars contre cent il y a quelques années. Et ils viennent accuser les pays aidants de leurs crimes commis.

Sissi zayyat

15 h 26, le 12 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Tout l’argent du monde ne pourra pas sauver notre pays tant que ses caisses sans fond sont tenues par les mêmes voleurs vendus et armés. Il mendient à tout va au nom du peuple pour se refaire une santé avant les élections et inonder les régions de miettes et de piastres puisqu’ils ont fait en sorte que chaque voix achetée ne leur revienne pas plus chère que 10 dollars contre cent il y a quelques années. Et ils viennent accuser les pays aidants de leurs crimes commis.

    Sissi zayyat

    15 h 26, le 12 janvier 2022

  • Nous sommes devenus un peuple de mendiants car la richesse nationale a été volée par les dirigeants politiques des 30 dernières années tous partis politiques confondus surtout les hypocrites qui se vantent de vouloir combattre la corruption alors qu’ils sont les champions hors catégorie de la corruption et qu’ils ont été sanctionnés pour ce méfait

    Choqué par Censure OLJ

    10 h 19, le 12 janvier 2022

  • TOUS SONT PRETS POUR AIDER LE LIBAN EXCEPTE LES LIBANAIS EUX-MEMES. SANS DES GARANTIES DE L,APPLICATION DE TAEF ET DES 1559 ET 1701 CAD DESARMEMENT ET DISSOLUTIONS DES MILICES DE MERCENAIRES IRANIENS PERSONNE NE DEBOURSERA UN DOLLAR. FAUT BIEN SE LE METTRE DANS LA TETE. MEME SON DE CLOCHE DU FMI ET AUTRES INVESTISSEURS.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    09 h 49, le 12 janvier 2022

Retour en haut