Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

À Baabda, un dialogue à responsabilité partagée

Si en ces temps de crise aiguë et multiple les chefs des blocs parlementaires qui représentent une grande partie des composantes politiques du pays ne se réunissent pas autour d’une table de dialogue élargi, quand doivent-ils le faire ? C’est cette question que posent le plus souvent des proches du chef de l’État et de son camp.

Si les adversaires politiques de Michel Aoun l’accusent de vouloir à travers son dernier appel au dialogue renflouer son mandat qui arrive à son terme dans quelques mois, les milieux proches de Baabda affirment qu’il n’a décidé de lancer cette initiative que pour tenter de trouver un terrain d’entente entre les composantes politiques pour stopper l’effondrement du pays et de ses institutions et amorcer une sortie de crise. C’est ainsi que le chef de l’État a sciemment choisi trois sujets conflictuels qui concernent tous les Libanais à examiner lors du dialogue (s’il devait se nouer) : la décentralisation administrative et financière, la stratégie nationale de défense et le plan de redressement économique et financier.

Selon les milieux proches de Baabda, M. Aoun a estimé qu’en raison de l’approche de l’échéance des élections législatives, les discours sont en train de se radicaliser sur fond de crise économique aiguë et d’impasse politique totale. Ce qui constitue une menace sérieuse pour le tissu national libanais. Dans son optique, il fallait donc prendre une initiative d’appeler au dialogue sur les questions cruciales, au lieu de laisser le conflit politique se transposer dans la rue. Cette initiative pourrait ensuite faciliter des ententes, même partielles, de nature à stopper l’effondrement. Car jusqu’à présent, toutes les possibilités de détente ont tourné court, qu’il s’agisse des tentatives pour reprendre les réunions du gouvernement ou des ouvertures en direction de certains pays arabes et occidentaux pour desserrer l’étau sur le Liban. Il ne restait donc plus que cette option pour tenter de faire bouger les choses.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Crimes d’inaction

Certes, toujours selon les proches de Baabda, le chef de l’État ne se faisait pas trop d’illusions sur la possibilité réelle de lancer un dialogue national sur des sujets cruciaux dans cette période particulièrement difficile, et qui plus est à la veille de législatives qualifiées de déterminantes. Malgré cela, il a quand même lancé l’appel en ayant en tête, selon ses proches, plusieurs considérations. D’abord, en tant que président de la République, même avec des prérogatives limitées, il ne peut rester les bras croisés face à cette crise sans précédent. Ensuite, il se peut que l’appel soit accueilli favorablement par de nombreuses parties. Ce qui permettrait une ouverture, même partielle, d’un dialogue national, et en tout cas renouerait les contacts entre des parties qui ont pris l’habitude ces derniers temps de ne discuter qu’à travers les médias et par le biais de déclarations incendiaires.

De même, l’appel à un dialogue national est une manière pour le chef de l’État de mettre les différentes parties politiques face à leurs responsabilités au lieu d’être pratiquement le seul, avec son camp, à essuyer les critiques populaires. Selon les milieux proches de Baabda, chacune des composantes politiques est en partie responsable de la situation actuelle, et il est injuste de tout faire assumer à un seul camp. Les milieux proches de Baabda reprennent ainsi les mots utilisés par le président français Emmanuel Macron lors de l’ouverture de la dernière conférence pour le Liban, lorsqu’il a dit que ce qui se passe actuellement dans ce pays est « un échec collectif ». Par conséquent, le sauvetage devrait être collectif, ou alors il sera imposé de l’extérieur, comme cela a souvent été le cas par le passé. Les Libanais ont payé le prix fort pour « ces sauvetages » venus de l’extérieur et qui durent tant que perdurent les rapports de force régionaux et internationaux au moment de leur adoption. Il serait donc bon, ajoutent les sources proches de Baabda, que les différentes parties concernées devancent, cette fois, les accords régionaux et internationaux en parlant ensemble et en essayant de s’entendre. La petite phrase lancée hier à partir de Baabda par le chef du bloc parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, dans ce contexte, va dans ce sens. Ce dernier a ainsi déclaré qu’en définitive, les étrangers resteront à l’étranger et les Libanais se retrouveront ensemble et reconstruiront ensemble leur pays. En lançant un appel au dialogue, Michel Aoun a donc voulu gagner du temps.

Lire aussi

Aoun s’accroche à une initiative mort-née

Enfin, et toujours à travers cet appel au dialogue et au cours des rencontres préliminaires qu’il a tenues hier et qu’il poursuit aujourd’hui, le président a voulu rétablir les contacts avec les différents blocs parlementaires. S’il ne se faisait sans doute pas trop d’illusions au sujet d’une réponse directe de la part des Forces libanaises qui, depuis plus de trois ans, se tiennent en retrait, il a ainsi renoué le dialogue avec le chef du courant des Marada, Sleiman Frangié. M. Aoun a aussi pu réduire la tension avec le président de la Chambre Nabih Berry et son camp, dans ce qui ressemble à une tentative d’apaisement en cette période particulièrement délicate. Même le leader druze Walid Joumblatt et le bloc de la Rencontre démocratique ne sont pas hostiles à l’initiative présidentielle, tout en considérant que ce n’est pas le bon moment pour la concrétiser.


Si en ces temps de crise aiguë et multiple les chefs des blocs parlementaires qui représentent une grande partie des composantes politiques du pays ne se réunissent pas autour d’une table de dialogue élargi, quand doivent-ils le faire ? C’est cette question que posent le plus souvent des proches du chef de l’État et de son camp. Si les adversaires politiques de Michel Aoun...

commentaires (14)

A quoi ca sert de commenter, car ca sera censuré de toute facon.

Zablith Rodrigue

07 h 02, le 13 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • A quoi ca sert de commenter, car ca sera censuré de toute facon.

    Zablith Rodrigue

    07 h 02, le 13 janvier 2022

  • Il finira avec un monologue ou alors un simulacre de dialogue entre vendus puisqu’ils sont déjà d’accord sur le point essentiel qui est d’anéantir leur pays coûte que coûte.

    Sissi zayyat

    18 h 00, le 12 janvier 2022

  • Quand y a t il eu dialogue et écoute ?! No comment Chacun veut avoir le dernier mot alors que le souci du libanais est de savoir comment assurer son pain quotidien ! Honte à nos politiques

    Martin Saint Leon Nicole

    17 h 23, le 12 janvier 2022

  • AOUN, LE GENDRE ET FRANGIEH VONT ENTRER DANS L,HISTOIRE COMME LE TRIO CHRETIEN QUI A VENDU LE PAYS A LA WILEYET EL FAKIH POUR DES INTERETS ET PROFITS STRICTEMENT PERSONNELS VIA LEUR SEIDE LE BARBU ET SES MERCENAIRES IRANIENS.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    15 h 10, le 12 janvier 2022

  • VOUS AVEZ CENSURE MON DEUXIEME COMMENTAIRE OU J,ACCUSE L,OLJ DE PARTIALITE ET SES CENSEURS DE MALHONETTETE PRATIQUEE AVANT TOUT SUR MES LIBRES EXPRESSIONS. PUBLIEZ !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    13 h 20, le 12 janvier 2022

  • PRIERE DE PUBLIER MON DEUXIEME COMMENTAIRE. MERCI.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    12 h 44, le 12 janvier 2022

  • DIVAGATIONS SUR DIVAGATIONS. CEUX QUI DIVAGUENT DEVRAIENT VOIR UN PSYCHIATRE.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    11 h 58, le 12 janvier 2022

  • A la Direction de l’OLJ : si vous permettez la publication de tels articles au nom de la liberté d’expression, vous devez permettre la publication des commentaires des lecteurs outrés. Sinon avouez que vous faites ce que bon vous semble en tant que Seigneur féodal de la seule presse francophone de ce qui s’appelait la République Libanaise

    Choqué par Censure OLJ

    11 h 33, le 12 janvier 2022

  • Quand la Direction de l’OLJ censure les commentaires, elle évoque sa charte qui est appliquée de façon aléatoire et fantaisiste. Alors quand l’OLJ publie de tels articles et censure les commentaires francs et non hypocrites de ses lecteurs, cette Direction prouve qu’elle est d’accord avec le contenu de ces articles. Alors petit peuple que nous sommes, taisez vous et subissez les volontés des Seigneurs féodaux de la politique, de la banque, des groupes électrogènes, de la presse, des boulangers, des fournisseurs de carburants et j’en passe par manque d’espace d’écriture

    Choqué par Censure OLJ

    11 h 25, le 12 janvier 2022

  • Sancta simplicitas ou message des "sources"?

    Je partage mon avis

    09 h 42, le 12 janvier 2022

  • AU MIEUX , NO COMMENT ! AU PIRE , DEBILE !

    Gaby SIOUFI

    09 h 26, le 12 janvier 2022

  • Quel échec ce president!! , quel mauvais calculateur il aurait du lancer ce dialogue il y a 2 ans. La il est accule par ses allies chiites …..il va etre catalogué comme le pire president qu aura connu le Liban Bravo il fallait le faire !

    Elime 11

    06 h 37, le 12 janvier 2022

  • "Dialogue à responsabilité partagée " je dirai même plus : à nécessité occultée

    Wlek Sanferlou

    01 h 40, le 12 janvier 2022

  • Le bloqueur sans pitié pour les Libanais bloqué sans pitié pour les Libanais. Circulez y a rien à voir

    M.E

    01 h 08, le 12 janvier 2022

Retour en haut