Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Lettre ouverte à tous les grands stratèges qui définissent le sort du Liban

Il y a ceux qui veulent en remontrer au Liban et ceux qui sont exaspérés par lui... Et pourtant, ils veulent aussi nous ramener à… Mais en fait à quoi ? Au Liban des dieux, de Baal à Aphrodite, de Jésus à Allah ; ou au Liban terre de l’Aleph et du rouge couleur de la royauté et du sang ? Pouvoir, terre et sang qui ont mêlé notre destin.

Il y a aujourd’hui ceux qui ne voient ni l’ombre ni la lumière mais seulement un grand I droit encombré, encombrant la planète entière d’intérêts économiques, d’intérêts financiers et que certains nomment intérêts stratégiques, et pour peu que ces intérêts détruisent la planète, ils les nommeraient intérêts vitaux ! Pour assurer ces intérêts et arriver à leurs fins, il y a chez nous, terre d’islam et de chrétienté, terre de Judée, d’Arabie et de Perse, le terreau idéal.

Car depuis que nous nous sommes érigés en défenseurs militaires et armés de nos dieux respectifs (qui doivent nous rejeter en bloc pour cela même), depuis nous sommes devenus, nous Liban, la monnaie d’échange de ce jeu de ping-pong menteur.

Hommes-liges de l’Occident et hommes-liges de l’Orient arabo-musulman, nos dirigeants, au plus grand dam du Liban que nous avons connu et que nous voulons, se sont inféodés ici et là et répondent toujours présents aux provocations visibles ou feutrées que l’on nous présente comme les derniers bastions de notre dignité, de « notre moi » supérieur.

Dans ce que nous vivons au Liban, souffrance, sang et misère, cette réalité est factice ou plutôt elle est réelle d’une réalité combien souffrante, mais hélas combien provoquée car elle ne mènera pas à ce qu’on nous désigne comme le but : une régénérescence, une nouvelle naissance d’un nouveau Liban !

Mais en fait, le Liban subit aujourd’hui de plein fouet les contre-coups d’un affrontement historique au sein de l’islam, affrontement qui revient avec la force des nouveaux pouvoirs. L’islam quoique en pleine mutation moderniste en est à la confrontation première, armée mais aussi feutrée des frères ennemis.

Le Levant mais plus encore tout l’Orient assiste à la guerre – pas si feutrée – puisqu’elle détruit le Liban et pose la grande question de la suprématie du chiisme perse ou du sunnisme arabe. Qui de l’Arabie ou de l’Iran va prendre la suprématie sur les hommes mais aussi et surtout sur les territoires ? Les grandes puissances selon leur stratégie du « Prova d’Orchestra » de mettre sous coupe réglée le Liban. Ce Liban si rapide à prendre fait et cause et à s’engouffrer dans toutes les manœuvres bien camouflées, ou non, où il ne voit ou ne veut voir que dignité et Dieu à défendre.Messieurs les stratèges,

Il semble tous les jours plus évident que le Liban trahit ce qu’il est et sa mission historique et « dégringole » dans l’échelle des nations comme nous l’assène la Banque mondiale : 150 ans, le temps d’un battement de cils, serait-ce que l’on veut nous amener à genoux à choisir sinon de nous entretuer, à tout le moins de nous séparer, de nous retrouver chacun chez soi pour que chiisme et sunnisme puissent trouver chacun ses croyants sur leur terrain propre ?

Complotisme ou pas, je ne sais ni ne veux savoir, mais il me semble évident qu’aucun de nos amis ne nous veut ni bien ni mal, pourquoi le voudraient-ils ? Mais veulent nous amener à trouver nécessaire, judicieux, salvateur de ce qui peut encore être sauvé, une partition que les chrétiens acculés et encerclés seraient heureux de voir advenir.

Soit ! La plus belle aventure, la plus belle aventure humaine politique a été et restera le Liban avec sa formule d’ouverture englobante, généreuse et unique d’un vivre-en-commun respectueux de l’autre à égalité de soi, et si les intérêts des puissants, le mouvement centripète et de recroquevillement de soi sur soi est l’aboutissement de votre plan, Messieurs les stratèges, s’il vous plaît sortez vos plans des cartons secrets, dites-les nous en clair, cessez de laisser mourir à petit feu les Libanais.

En les dépouillant de tout, la misère aidant, on les dépouille de leur âme et de l’amour du Liban.

Qu’en est-il en clair ? Où nous menez-nous ?

Le Libanais qui, des siècles durant, est resté debout malgré les vicissitudes de la géographie et de l’histoire le restera, debout, dans la dignité. La pauvreté nous a toujours fait grandir.

Ce sont les non-dits et l’inféodité avec ses « richesses » qui nous mènent au bord du précipice et à la ruine.

Notre pari est celui d’un Liban arabe, ouvert au monde, lieu d’une rencontre unique de l’Orient et de l’Occident, inféodé à lui-même...

Aidez-nous à l’assurer, seulement ainsi assurera-t-il vos intérêts !

Comme le phénix, le Liban reprendra son envol si, chrétiens et musulmans, enfin engagés pour sa sauvegarde se hissent à la hauteur de son histoire.

Samira HANNA-EL-DAHER

Ambassadeur

Professeur de géopolitique et de relations internationales

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Il y a ceux qui veulent en remontrer au Liban et ceux qui sont exaspérés par lui... Et pourtant, ils veulent aussi nous ramener à… Mais en fait à quoi ? Au Liban des dieux, de Baal à Aphrodite, de Jésus à Allah ; ou au Liban terre de l’Aleph et du rouge couleur de la royauté et du sang ? Pouvoir, terre et sang qui ont mêlé notre destin.Il y a aujourd’hui ceux qui ne voient ni...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut