Rechercher
Rechercher

Monde - Russie

Menacée de dissolution, l’ONG Memorial se défend au tribunal

L’emblématique ONG russe Memorial a appelé hier les autorités à abandonner les poursuites la menaçant de dissolution, à l’ouverture d’un procès symbolique des pressions contre la société civile devant la Cour suprême. Cette affaire s’inscrit dans un contexte de répression croissante contre des voix critiques du pouvoir, avec notamment la fermeture de médias indépendants et d’ONG, et le démantèlement du mouvement de l’opposant emprisonné Alexeï Navalny. Le parquet réclame l’interdiction de Memorial International, structure centrale de Memorial qui coordonne le travail du réseau de la plus célèbre ONG russe, l’accusant d’avoir violé une loi controversée sur les « agents de l’étranger ». La Cour suprême a renvoyé le procès au 14 décembre. « On parle de la liquidation d’une organisation qui aide les gens. D’une organisation qui préserve la mémoire collective », s’est indignée au tribunal une cofondatrice, Elena Jemkova. Car, créée en 1989 par des dissidents soviétiques, dont le Prix Nobel de la paix Andreï Sakharov, Memorial a commencé son travail en documentant les crimes staliniens et le goulag, avant de se lancer dans la défense des droits humains et des prisonniers politiques, deux activités désormais à haut risque en Russie. L’ONG s’est distinguée par ses enquêtes sur les exactions russes en Tchétchénie. Plus récemment, elle a mis en cause des paramilitaires de l’opaque groupe Wagner pour des crimes de guerre présumés en Syrie.


L’emblématique ONG russe Memorial a appelé hier les autorités à abandonner les poursuites la menaçant de dissolution, à l’ouverture d’un procès symbolique des pressions contre la société civile devant la Cour suprême. Cette affaire s’inscrit dans un contexte de répression croissante contre des voix critiques du pouvoir, avec notamment la fermeture de médias indépendants et...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut