Rechercher
Rechercher

Économie - Indicateur

Les prix à la consommation n’en finissent plus d’exploser

Les prix à la consommation n’en finissent plus d’exploser

Un homme tenant une liasse de livres libanaises. Joseph Eid/Archives AFP

Alors que le taux de change sur le marché parallèle est toujours bloqué au-dessus de la barre des 23 000 livres pour un dollar, l’indice mensuel des prix à la consommation (IPC), calculé hier (mardi) par l’Administration centrale de la statistique (ACS), continue inexorablement de grimper.

Avec 714,78 points à fin octobre, l’inflation affiche désormais une hausse mensuelle de 16,42 %, pour une progression en rythme annuel qui affiche désormais +173,57 %, sur fond de crise économique aggravée et de tensions politiques paralysant une nouvelle fois les institutions.

La poursuite du processus de levée des subventions sur le carburant a logiquement pesé sur cette tendance qui devrait s’aggraver en novembre avec la réduction de certains mécanismes encore maintenus pour les médicaments. Si elle obéit à sa propre logique, l’inflation libanaise s’inscrit cependant dans un contexte inflationniste mondial, poussé par la faiblesse de l’offre face à la demande dans le sillage de la pandémie et les conséquences des politiques interventionnistes des banques centrales depuis mars 2020.

En rythme annuel, les prix des transports ont bondi de 508,23 %, soit la plus forte hausse devant ceux des aliments et des boissons non alcoolisées (+303,66 %), puis ceux de la restauration et de l’hôtellerie (+301,97 %). En rythme mensuel, ce sont les prix de l’habillement qui affichent la plus forte progression (+36,26 %), devant les transports (+34,90 %) et l’éducation (+34,04 %). Les prix des télécommunications affichent les hausses les plus faibles, que ce soit en rythme annuel (+34,54 %) ou mensuel (+1,13 %), principalement parce que les grilles des tarifs sont toujours ajustées au taux officiel de 1 507,5 livres le dollar.

Enfin, les prix en rythme mensuel ont encore augmenté dans tous les mohafazats du pays, en commençant par la Békaa (+20,44 %), devant Nabatiyé (+20,07 %), le Liban-Nord (+18,50 %), le Liban-Sud (+17,97 %), Beyrouth (+14,61 %) et enfin le Mont-Liban (+14,55 %).


Alors que le taux de change sur le marché parallèle est toujours bloqué au-dessus de la barre des 23 000 livres pour un dollar, l’indice mensuel des prix à la consommation (IPC), calculé hier (mardi) par l’Administration centrale de la statistique (ACS), continue inexorablement de grimper.Avec 714,78 points à fin octobre, l’inflation affiche désormais une hausse mensuelle de 16,42...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut