Rechercher
Rechercher

Société - Enquête sur le drame du 4 août

Sit-in devant le Palais de justice : "Si Bitar est dessaisi, cela signifie que la justice a échoué"

Des activistes et proches de victimes manifestent leur solidarité avec le juge d'instruction chargé de l'affaire du 4 août. 

Sit-in devant le Palais de justice :

Manifestation en soutien au juge Tarek Bitar à Beyrouth, le 11 novembre 2021. Photo Mohammad Yassine

Devant les grilles du palais de justice de Beyrouth, plusieurs dizaines d'activistes et de proches de victimes de la double explosion au port de Beyrouth se sont rassemblés jeudi, en signe de solidarité avec le juge Tarek Bitar, en charge de l'instruction sur cette affaire qui, quinze mois après le drame, peine à avancer en raison des pressions politiques. 

L'enquête est actuellement suspendue, après que le juge Habib Mezher a accepté une demande de récusation du juge Bitar, déposée par l'ancien ministre Youssef Fenianos. M. Mezher a depuis été lui-même temporairement dessaisi de l'affaire Bitar, après avoir fait l'objet de plusieurs plaintes qui l'accusent de s'être saisi illégalement du dossier. Tarek Bitar a engagé des poursuites contre plusieurs dirigeants et responsables sécuritaires qui tentent depuis, par tous les moyens, d'obtenir sa récusation. 

Sur place, devant le palais de justice, les portraits des victimes, tenus par leurs parents, côtoient ceux des responsables politiques et sécuritaires qui tentent d'entraver l'enquête. "Non à la politisation, non à la confessionnalisation", peut-on également lire sur les panneaux brandis par certains activistes. Des médecins du groupe dit des "Blouses blanches" sont également présents sur place afin de soutenir la justice, selon notre journaliste Claude Assaf. "Nous sommes ceux qui ont le plus vu ce qu'il s'est passé le 4 août. Face à un tel crime contre l'humanité, nous ne pouvons pas nous taire et c'est pour cela que nous sommes là aujourd'hui", affirme dans ce cadre le Dr Jean Abi Younès, qui se trouvait à l'hôpital Rizk le jour du drame. 

Des médecins du groupe dit des "Blouses blanches" manifestant devant le Palais de justice de Beyrouth, le 11 novembre 2021. Photo Mohammad Yassine

"Ils ne veulent pas la vérité"
Une activiste de l'association Noun indique à notre journaliste sur place, Mohammad Yassine, avoir choisi de manifester d'abord devant la Maison de l'avocat, siège du barreau, voisin du palais de Justice, afin de protester contre "les avocats qui tentent de couvrir les responsables qui veulent empêcher la justice". "Que les accusés se rendent devant le juge afin qu'il puisse les interroger et voir qui est innocent ou coupable", ajoute-t-elle. "Il est devenu évident qu'ils ne veulent pas que la vérité soit découverte", estime cette femme, dont l'organisation avait fait irruption, mardi, dans le bureau du juge Habib Mezher. 

Lire aussi

Mezher perd un point dans la bataille menée contre Bitar

"Nous nous tenons aux côtés du juge", affirme de son côté Georges Nader à L'Orient-Le Jour. "Les personnes accusées n'ont pas à vouloir se débarrasser du juge, elles doivent être jugées. Dans notre pays, c'est le monde à l'envers : des accusés essaient par tous les moyens de dessaisir le juge". "Nous voulons que la justice perdure au Liban. Mais si le juge Bitar est dessaisi, cela marquera l'échec de la justice dans le pays", a-t-il poursuivi. 

"Nous voulons que l'enquête soit protégée contre les différentes parties politiques qui œuvrent à cacher la vérité et se dérober à leurs responsabilités", a lancé depuis la tribune, au nom des personnes présentes, l'activiste et journaliste Samir Skaff. "Nous sommes venus dire au juge Bitar que son marteau est notre arme contre la propagation des armes dans la rue et lui demander de poursuivre son travail". De son côté, le secrétaire général de l'ordre des avocats, Saadeddine Khatib, a assuré que le barreau "ne laissera pas tomber l'affaire". 


Devant les grilles du palais de justice de Beyrouth, plusieurs dizaines d'activistes et de proches de victimes de la double explosion au port de Beyrouth se sont rassemblés jeudi, en signe de solidarité avec le juge Tarek Bitar, en charge de l'instruction sur cette affaire qui, quinze mois après le drame, peine à avancer en raison des pressions politiques. L'enquête est actuellement...

commentaires (4)

On sent un progrès quant à la mobilisation de certains libanais. On ne peut que féliciter le corps médical qui, malgré les circonstances douloureuses qu’ils traversent trouvent le temps d’aller soutenir le juge et la justice de notre pays contrairement aux autres qui se contentent de râler mais ne bougent pas leurs fesses pour réclamer leur dû. Avec les deux pelés cramponnés à leur immunité, ils croient qu’à force de recours ils finiront par avoir gain de cause parque protégés par les barbus, montrons leur que cela n’arrivera jamais grâce à la volonté du peuple qu’on a voulu rendre aphone et paralysé en l’affamant et en l’humiliant. Le retour du bâton ne devrait pas tarder et la peur devrait changer de camps. Et surtout LA JUSTICE DOIT TRIOMPHER. Alors remuez-vous et que ces dizaines de personnes se transforment en dizaines de milliers pour agenouiller ceux qui ont osé nous prendre pour des moutons dociles et nous mener à l’abattoir sans broncher. Notre salut réside dans le refus de se résigner et d’abdiquer alors réveillons mous et allons leur arracher le pouvoir qu’ils ont usurpé pour nous massacrer. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Sissi zayyat

12 h 57, le 12 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • On sent un progrès quant à la mobilisation de certains libanais. On ne peut que féliciter le corps médical qui, malgré les circonstances douloureuses qu’ils traversent trouvent le temps d’aller soutenir le juge et la justice de notre pays contrairement aux autres qui se contentent de râler mais ne bougent pas leurs fesses pour réclamer leur dû. Avec les deux pelés cramponnés à leur immunité, ils croient qu’à force de recours ils finiront par avoir gain de cause parque protégés par les barbus, montrons leur que cela n’arrivera jamais grâce à la volonté du peuple qu’on a voulu rendre aphone et paralysé en l’affamant et en l’humiliant. Le retour du bâton ne devrait pas tarder et la peur devrait changer de camps. Et surtout LA JUSTICE DOIT TRIOMPHER. Alors remuez-vous et que ces dizaines de personnes se transforment en dizaines de milliers pour agenouiller ceux qui ont osé nous prendre pour des moutons dociles et nous mener à l’abattoir sans broncher. Notre salut réside dans le refus de se résigner et d’abdiquer alors réveillons mous et allons leur arracher le pouvoir qu’ils ont usurpé pour nous massacrer. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

    Sissi zayyat

    12 h 57, le 12 novembre 2021

  • Le peuple verra de plus en plus que ce n’est pas « kellon ya3né kellon » qui veulent déboulonner le juge Bitar la justice libanaise et le Liban tout court, mais une milice et une mafia certes très étendues mais bien définies, et que tout ce bon monde fait allégeance bon gré mal gré à un empire étranger encore mieux défini. El Mafia w l Militia w l Safawiyé HENNO kellon !

    Citoyen libanais

    07 h 43, le 12 novembre 2021

  • "Si Bitar est dessaisi, cela signifie que la justice a échoué". Cela signifiera que la justice est impossible au Liban.

    Yves Prevost

    06 h 56, le 12 novembre 2021

  • LE MALHEUR C,EST QUE BITAR DESSAISI OU NON DANS CE PAYS IL N,Y AURA POINT DE JUSTICE. JE LE PLAINS ET JE ME FAIS DU SOUCI POUR LE JUGE BITAR. LES DIABLES CONTRE LUI SONT DES SATANS DES ENFERS.

    OLJ, LA CENSURE EST UNE HUMILIATION A VOS ABONNES

    15 h 06, le 11 novembre 2021

Retour en haut