Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Diplomatie

Faute d'accord avec Moscou, l'ambassade américaine travaillera a minima l'an prochain

Faute d'accord avec Moscou, l'ambassade américaine travaillera a minima l'an prochain

Un drapeau russe et un drapeau américain. Photo d'archives AFP/GETTY IMAGES / MLADEN ANTONOV

 L'ambassade des États-Unis à Moscou risque de devoir réduire l'an prochain ses tâches diplomatiques à la portion congrue, comme c'est déjà le cas pour les visas, si aucun accord sur les effectifs n'est trouvé avec la Russie, a prévenu mercredi un haut responsable américain.

"Nous devons faire des progrès rapidement", a-t-il dit à des journalistes à Washington, sous couvert de l'anonymat. Sinon, "nous n'allons pas pouvoir continuer notre travail", "nous allons nous trouver dans une situation ,à un moment donné l'année prochaine, où il sera difficile d'avoir autre chose qu'une présence symbolique à l'ambassade", a-t-il ajouté.

Ce haut responsable a promis de faire "tout ce qui est humainement possible pour garder la mission ouverte", mais certaines "tâches basiques" de la politique étrangère, comme envoyer des "télégrammes diplomatiques" à Washington pour décrypter les décisions du gouvernement russe, deviendra de plus en plus difficile.

Selon lui, plusieurs fonctions de base mais nécessaires à la sécurité de l'ambassade, comme les techniciens chargés des ascenseurs, du portail d'entrée ou des communications téléphoniques sécurisées nécessaires à tout échange confidentiel, risquent de manquer à court terme, et de compliquer le maintien d'un service normal.

Plusieurs vagues d'expulsions croisées de diplomates entre les deux pays rivaux ont fortement perturbé le fonctionnement de leurs ambassades et consulats respectifs ces dernières années. Moscou et Washington se renvoient la balle régulièrement.

La diplomatie américaine dénonce notamment une décision de la Russie lui interdisant d'employer du personnel russe, ce qui l'a déjà contrainte à quasiment cesser de délivrer des visas sur place. Or, selon ce même responsable, les négociations pour revenir à des effectifs raisonnables sont "compliquées", notamment en raison de "ce que les Russes demandent en retour".

Il a estimé peu probable un accord "rapide". "Même si nous parvenons à une solution" en réalisant d'ici à décembre des "progrès extraordinaires" que "nous n'avons pas été en mesure de faire depuis des années", un retour effectif à la normale "prendra au mieux des mois", a-t-il mis en garde.

Il a précisé que la mission diplomatique américaine en Russie comptait désormais quelque 120 personnes, contre 1.200 début 2017 -- tandis que la mission diplomatique russe aux États-Unis (hors siège de l'ONU) dispose encore selon lui d'environ 230 personnes. "Ils ont une présence beaucoup plus importante ici aux États-Unis que la nôtre en Russie", a-t-il relevé.


 L'ambassade des États-Unis à Moscou risque de devoir réduire l'an prochain ses tâches diplomatiques à la portion congrue, comme c'est déjà le cas pour les visas, si aucun accord sur les effectifs n'est trouvé avec la Russie, a prévenu mercredi un haut responsable américain."Nous devons faire des progrès rapidement", a-t-il dit à des journalistes à Washington, sous couvert de...