Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Convocation de Geagea devant le tribunal militaire

Les FL et des avocats de détenus présentent des recours contre le juge Akiki

Les FL et des avocats de détenus présentent des recours contre le juge Akiki

Le chef des Forces libanaises Samir Geagea. Photo d'archives AFP

Des avocats des Forces libanaises dirigées par Samir Geagea ainsi que d'autres de suspects détenus dans le cadre de l'enquête sur les combats meurtriers de Tayouné ont présenté mardi des recours contre le commissaire du gouvernement par intérim près le tribunal militaire, le juge Fadi Akiki, qui a convoqué M. Geagea à comparaître devant lui mercredi afin d'être entendu dans le cadre de cette affaire.

L'information a été confirmée à L'Orient-Le Jour par deux sources au sein des FL. Selon l'une d'elles, le recours contre le juge Akiki est justifié par le fait que le magistrat aurait un lien de parenté avec le président du Parlement Nabih Berry. Cette source explique ensuite que les avocats du parti ont présenté une note au juge Akiki dans laquelle ils affirment que sa convocation de M. Geagea est "illégale", sans en dire plus.

Selon la chaîne al-Jadeed et le site d'information al-Markaziya, des avocats de plusieurs détenus dans le cadre de l'enquête sur les combats de Tayouné ont eux aussi présenté un recours contre le juge Akiki afin qu'il soit mis à l'écart de l'enquête. Leur demande s'étant heurtée à un refus d'enregistrement, ils auraient ensuite présenté un autre recours en dessaisissement contre le juge devant la Cour d'appel de Beyrouth.

Samir Geagea a été notifié lundi de sa convocation à comparaître mercredi matin en tant que témoin devant la justice militaire .

Les accrochages de Tayouné s'étaient produits le 14 octobre en marge d'une mobilisation du tandem chiite Amal-Hezbollah contre le juge Tarek Bitar, en charge de l'instruction sur l'explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Ils ont opposé des miliciens de ces partis à d’autres postés dans des quartiers chrétiens de Beyrouth où les Forces libanaises ont une forte présence, sans que l'implication des FL puisse être démontrée à ce stade.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé le leader des FL d'avoir provoqué ces affrontements et de vouloir "lancer une guerre civile". M. Geagea a toutefois démenti son implication et affirmé être prêt à comparaître devant le tribunal militaire si Nasrallah le faisait avant lui.


Des avocats des Forces libanaises dirigées par Samir Geagea ainsi que d'autres de suspects détenus dans le cadre de l'enquête sur les combats meurtriers de Tayouné ont présenté mardi des recours contre le commissaire du gouvernement par intérim près le tribunal militaire, le juge Fadi Akiki, qui a convoqué M. Geagea à comparaître devant lui mercredi afin d'être entendu dans le cadre...