Rechercher
Rechercher

Économie - Coopération

Carburant pour EDL : Mikati demande une hausse des quantités livrées par l’Irak

Carburant pour EDL : Mikati demande une hausse des quantités livrées par l’Irak

Le Premier ministre libanais, Nagib Mikati (centre gauche), reçu à Bagdad par son homologue irakien, Moustapha al-Kazimi (centre droit). Photo ANI

Le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, a demandé à son homologue irakien Moustapha al-Kazimi d’envisager d’augmenter la quantité de carburant livré par Bagdad au Liban dans le cadre d’un accord conclu le 23 juillet dernier, afin de pallier les problèmes de financement du carburant destiné aux centrales d’Électricité du Liban (EDL), en plein contexte de crise.

Les deux hauts responsables ont dans ce cadre convenu que le ministre de l’Énergie, Walid Fayad, se rende à Bagdad la semaine prochaine pour entamer des négociations dans ce sens. Ils se sont aussi mis d’accord pour former un haut comité conjoint entre les deux pays, dirigé par les deux vice-présidents des deux gouvernements et composé des ministres de la Santé, des Finances, de l’Industrie, de l’Agriculture et du Tourisme. La mission de cette instance consistera à se pencher sur tous les dossiers communs, notamment ceux liés à la circulation des personnes et des marchandises et celui visant à réhabiliter le pipeline reliant la ville irakienne de Kirkouk à Tripoli, dans le nord du Liban.

La réunion entre les deux hommes au palais gouvernemental à Bagdad a constitué la principale étape d’un voyage de quelques heures de Nagib Mikati en Irak, son premier déplacement officiel dans un pays arabe depuis sa prise de fonction – il s’était rendu le 10 octobre en Jordanie, mais à titre « privé ». Il était accompagné du directeur général de la Sûreté générale libanaise, Abbas Ibrahim, qui avait d’ailleurs participé aux déplacements en Irak de l’ancien ministre de l’Énergie et de l’Eau, Raymond Ghajar, pour mettre en place l’accord du 23 juillet. Le ministre irakien du Pétrole, Ihsan Abdul Jabbar, a lui aussi participé à la réunion entre Nagib Mikati et Moustapha al-Kazimi. Ce dernier a assuré que l’Irak « ne ménagera aucun effort pour aider le Liban », tandis que le Premier ministre libanais a remercié « le gouvernement, les autorités religieuses et le peuple irakiens pour leur soutien permanent, en particulier dans les moments difficiles qui ont suivi l’explosion au port de Beyrouth », survenue le 4 août 2020.

L’accord signé avec l’Irak engage le Liban à acheter un million de tonnes de carburant irakien sur un an, à des conditions spécifiques et qui seront réglées en principe plus tard. Selon le mécanisme en vigueur, l’Irak doit normalement livrer chaque mois entre 75 000 et 85 000 tonnes de son pétrole, dont la teneur en soufre est trop élevée pour les centrales libanaises mais que le Liban peut échanger contre du carburant compatible fourni par une société tierce choisie à l’issue d’un processus défini par les deux pays. Deux livraisons ont déjà eu lieu en septembre et octobre. L’Irak a fourni respectivement 85 000 tonnes puis 60 000 tonnes de fuel irakien qui ont été échangées par la société Emiratie ENOC, vainqueur des appels d’offres organisés au Liban, afin de fournir à EDL 31 000 tonnes de gasoil et 30 000 tonnes de fuel-oil grade B le premier mois ; puis 45 000 tonnes de gasoil le second. La quantité des chargements fluctuent en fonction des quantités produites par l’Irak et des cours du brut.

Cette solution n’est qu’un palliatif et le Liban a également lancé un autre appel d’offres en octobre pour acquérir pour 100 millions de dollars de carburant supplémentaire.


Le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, a demandé à son homologue irakien Moustapha al-Kazimi d’envisager d’augmenter la quantité de carburant livré par Bagdad au Liban dans le cadre d’un accord conclu le 23 juillet dernier, afin de pallier les problèmes de financement du carburant destiné aux centrales d’Électricité du Liban (EDL), en plein contexte de crise. Les deux hauts...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut