Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Bangladesh

Une fusillade fait sept morts dans un camp de réfugiés rohingyas


Une fusillade fait sept morts dans un camp de réfugiés rohingyas

Des réfugiés rohingyas dans le camp de Ukhia, au Bangladesh, le 25 août 2021. Photo d'archives AFP

Des assaillants ont tué vendredi au moins sept personnes dans une attaque visant un séminaire islamique d'un camp de réfugiés rohingyas au Bangladesh, à la frontière avec la Birmanie, où les tensions montent depuis plusieurs semaines, a annoncé la police.
Certaines victimes ont été touchées par des tirs, d'autres ont été poignardées, dans le camp Balukhali à Cox's Bazar, a expliqué la police.

Selon les autorités, quatre personnes sont mortes sur le coup dans la madrassa Darul Ulum Nadwatul Ulama al Islamia et trois autres ont succombé dans un hôpital à proximité. La police ne précise pas le nombre de blessés, mais un membre de Médecins sans frontières (MSF) évoque une vingtaine de blessés. Des renforts policiers ont été immédiatement envoyés pour boucler le camp qui abrite plus de 27.000 personnes. Des habitants ont publié sur les réseaux sociaux des images de corps sur le sol de la madrassa.

"Nous avons arrêté un assaillant immédiatement après l'incident", a expliqué à la presse le chef régional du bataillon de la police armée Shihab Kaisar Khan. L'homme portait sur lui une arme à feu, six munitions et un couteau.

"Climat de peur"

Cette attaque intervient dans un contexte de montée des tensions dans les camps qui accueillent plus de 900.000 réfugiés musulmans venus de Birmanie. Il y a trois semaines, le militant pacifique Mohib Ullah était assassiné devant son bureau par des inconnus. Cet enseignant de 48 ans était devenu une voix modérée proéminente pour cette communauté sans Etat. Certains de ses partisans, dont beaucoup se cachent depuis ce meurtre, accusent l'Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), le groupe extrémiste impliqué dans les attaques contre les forces de sécurité birmanes en 2017, qui avaient provoqué une répression militaire puis l'exil vers le Bangladesh de 740.000 Rohingyas.

Malgré les dénégations de l'ARSA et l'arrestation, selon la police, de cinq suspects, les activistes assurent que monte dans les camps un "climat de peur". "La sécurité a été renforcée après la mort d'Ullah. Mais moins d'un mois après, sept personnes ont été tuées. Comment avoir confiance dans cette sécurité renforcée", interroge Hakim, un réfugié qui ne veut pas donner son nom de famille.

Police absente

Human Rights Watch a affirmé dans un communiqué qu'une dizaine d'activistes au moins avaient contacté l'agence des Nations unies pour les réfugiés, le HCR, depuis le meurtre d'Ullah, la plupart d'entre eux se disant menacés par des miliciens.

La haute commissaire aux droits humains de l'ONU Michelle Bachelet a qualifié l'assassinat d'Ullah d'"exemple clair de l'insécurité qui règne dans le camp et des tentatives apparentes de faire taire les voix modérées de la société civile".
D'autres activistes racontent que les rues étroites des camps sont contrôlées par les miliciens et les criminels dès que la nuit tombe et que la police ne patrouille presque plus. "Ils (les policiers) semblent intimidés et réticents. Une tension grave persiste au sein des camps depuis le meurtre d'Ullah", a expliqué à l'AFP Kyaw Min, un dirigeant de l'Arakan Rohingya Society for Peace and Human Rights (ARSPH), organisation d'Ullah, dans une récente interview. La police bangladaise assure pour sa part que la sécurité est entièrement assurée.


Des assaillants ont tué vendredi au moins sept personnes dans une attaque visant un séminaire islamique d'un camp de réfugiés rohingyas au Bangladesh, à la frontière avec la Birmanie, où les tensions montent depuis plusieurs semaines, a annoncé la police.Certaines victimes ont été touchées par des tirs, d'autres ont été poignardées, dans le camp Balukhali à Cox's Bazar, a...