Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Diplomatie

Le chef de la diplomatie pakistanaise à Kaboul


Le chef de la diplomatie pakistanaise à Kaboul

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mahmood Qureshi à l'aéroport international de Kaboul, le 21 octobre 2021. Photo PAKISTAN FOREIGN OFFICE / AFP

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mahmood Qureshi a rencontré jeudi à Kaboul son homologue taliban, alors que le mouvement islamiste cherche à rompre son isolement diplomatique.

Le Pakistan est considéré comme l'un des interlocuteurs les plus influents du mouvement islamiste taliban et il avait été l'un des seuls pays à reconnaître son précédent régime en 1996. Mais les accrocs se sont multipliés entre les deux voisins depuis l'arrivée des talibans au pouvoir mi-août, notamment sur les liaisons aériennes et l'ouverture des points de passage frontaliers, pour les personnes, comme pour les marchandises.

"Il y a eu des discussions détaillées avec les dirigeants talibans afghans auxquelles ont participé le Premier ministre et presque tous les ministres du cabinet", a déclaré M. Qureshi après la rencontre, dans une vidéo postée en ligne. "Nous avons bon espoir que tous nos problèmes commerciaux soient résolus très bientôt et que les frontières soient à nouveau ouvertes", a commenté dans la même vidéo son homologue afghan, le ministre taliban des Affaires étrangères Amir Khan Muttaqi, estimant la rencontre "très positive". M. Qureshi était aussi accompagné du chef des services secrets pakistanais (ISI), dont il s'agit de la deuxième visite en Afghanistan depuis la prise de pouvoir des islamistes mi-août.

Le Pakistan avait été l'un des trois pays, avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, a reconnaître à la fin des années 1990 le précédent régime taliban chassé du pouvoir en 2001 par une intervention de l'armée américaine. Les États-Unis accusent depuis longtemps les services de renseignement pakistanais d'avoir soutenu pendant 20 ans les insurgés islamistes dans leur lutte contre les forces de l'OTAN et l'ex-gouvernement soutenu par les pays occidentaux.

M. Qureshi est le troisième ministre des Affaires étrangères, après ceux du Qatar et de l'Ouzbékistan, à se rendre à Kaboul depuis l'arrivée au pouvoir des insurgés islamistes. Aucun pays n'a reconnu à ce jour le nouveau régime proclamé par les talibans, "l'Emirat islamique taliban".

Mercredi, le gouvernement russe a reçu une délégation de hauts responsables talibans, pour une rencontre avec des émissaires de 10 pays, dont la Chine, le Pakistan, ou encore l'Iran. Il y a principalement été question de la crise économique qui ravage le pays et des moyens de contrer les attaques de l'organisation Etat islamique (EI). Le vice-premier ministre taliban Abdul Salam Hanafi a de nouveau plaidé pour une reconnaissance du régime, qui permettrait une levée des sanctions et le dégel des avoirs afghans comme celui du retour de l'aide internationale, dont le pays dépend largement. "L'isolement de l'Afghanistan n'est dans l'intérêt d'aucune des parties. Et cela a été prouvé par le passé", a déclaré le responsable taliban à Moscou.


Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mahmood Qureshi a rencontré jeudi à Kaboul son homologue taliban, alors que le mouvement islamiste cherche à rompre son isolement diplomatique.
Le Pakistan est considéré comme l'un des interlocuteurs les plus influents du mouvement islamiste taliban et il avait été l'un des seuls pays à reconnaître son précédent régime en 1996....