Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise au Liban

Routes coupées dans plusieurs régions pour dénoncer la flambée des prix des carburants


Routes coupées dans plusieurs régions pour dénoncer la flambée des prix des carburants

Une route bloquée à Tripoli, au Liban-nord, pour dénoncer la hausse des prix des carburants, le 20 octobre 2021. Photo envoyée par notre correspondant Michel Hallak

De nombreuses routes ont été bloquées mercredi par des protestataires dans plusieurs régions au Liban pour dénoncer une nouvelle hausse vertigineuse des prix des carburants, dans un pays où près de 80% de la population sombrent désormais dans la pauvreté.

A Beyrouth, l'autoroute menant du carrefour de la Cité sportive vers le rond-point de Cola a été bloquée, selon le Centre de gestion du trafic (TMC). Plus tôt dans la journée, des chauffeurs de taxi avaient coupé la route menant à la place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth, afin de dénoncer la flambée des prix des carburants, rapporte le quotidien an-Nahar. Et selon la chaîne locale LBC, des militaires à la retraite ont bloqué l'autoroute menant de Beyrouth à Dora en face du Forum de Beyrouth.

A Tripoli (Liban-Nord), des protestataires ont bloqué la circulation sur l'autoroute liant la ville au Akkar au niveau de la localité de Tebbané, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). D'autres ont coupé la route au niveau de la place Abdel Hamid Karamé à l'aide de gravats et de voitures afin de dénoncer la détérioration de leurs conditions de vie, rapporte notre correspondant Michel Hallak. L'autoroute de Mloulé, située à l'entrée de la ville nord de Tripoli, ainsi que l'autoroute de Palma, à l'entrée sud de la ville, ont également été coupées. Toujours dans le Nord, des protestataires ont bloqué la circulation dans le village de Biré, au Akkar, pour dénoncer les répercussions de la hausse des prix des carburants sur ceux du pain et d'autres produits de consommation. 

A Saïda, dans le sud du pays, des chauffeurs de taxi avaient bloqué le matin des routes au niveau de la place de l'Etoile et de la rue Riad el-Solh ainsi que les entrées principales menant aux souks de la ville, à l'aide de leurs voitures, ce qui a provoqué des embouteillages dans la région. "Ils nous ont tués et nous empêchent de rapporter de l'argent. Nous ne possédons plus rien et ne pouvons plus travailler", a confié Maarouf, l'un des chauffeurs, à notre correspondant, Mountasser Abdallah. "Nous bloquerons toutes les routes de la ville et procéderons à une escalade pour dénoncer ce crime envers les gens", a-t-il averti. 


De nombreuses routes ont été bloquées mercredi par des protestataires dans plusieurs régions au Liban pour dénoncer une nouvelle hausse vertigineuse des prix des carburants, dans un pays où près de 80% de la population sombrent désormais dans la pauvreté. A Beyrouth, l'autoroute menant du carrefour de la Cité sportive vers le rond-point de Cola a été bloquée, selon le Centre de...