Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Irak

A Mossoul, célébration religieuse à l'emblématique mosquée al-Nouri encore en travaux

A Mossoul, célébration religieuse à l'emblématique mosquée al-Nouri encore en travaux

La mosquée Al-Nouri de Mossoul, en avril 2018. Photo d'archives Zaid Al-Obeidi / AFP

Au son des tambours, des chants religieux ont retenti dimanche soir dans l'emblématique mosquée al-Nouri, dans la métropole irakienne de Mossoul, premier évènement du genre sur ce site ravagé par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Toujours en cours de restauration par l'Unesco, la mosquée et son minaret du XIIème siècle - surnommé par les habitants "la bossue" (Al-Hadba) - avaient été détruits en juin 2017, l'armée irakienne accusant l'EI d'avoir placé des explosifs dans ces joyaux de la vieille ville.

Dans la cour décorée de lampions multicolores, entre la mosquée aux fenêtres béantes envahie par les échafaudages et le minaret dont seule la base a survécu, quelques centaines de personnes se sont rassemblées pour des célébrations à l'occasion de l'anniversaire du prophète de l'islam Mahomet. L'évènement a commencé par une prière commune, a constaté un correspondant de l'AFP. Installés sur scène au pied du minaret, cinq hommes en jellabah ont tapé sur leur daf, tambour traditionnel, déclamant les chants à la gloire du prophète.

"Il s'agit de la première célébration organisée dans la mosquée Al-Nouri à l'occasion de l'anniversaire du Prophète", indique à l'AFP le chef des Biens religieux sunnites dans la province de Ninive, Abou Bakr Kenaan. "Notre joie est immense, nos sentiments sont indescriptibles en voyant tous ces gens ici".

Les jihadistes avaient fait de Mossoul leur "capitale" en Irak à l'été 2014, avant d'être chassés de la métropole du nord par l'armée irakienne et une coalition internationale en 2017.

La mosquée al-Nouri tient son nom de Noureddine al-Zinki, qui ordonna sa construction en 1172. Elle a été détruite et reconstruite en 1942 dans le cadre d'un projet de rénovation. Al-Hadba, qui a conservé sa structure pendant neuf siècles, était un des seuls vestiges du bâtiment d'origine. C'est ici qu'Abou Bakr Al-Bagdadi avait effectué sa seule apparition publique, proclamant à l'été 2014 l'établissement d'un "califat".

Pour son initiative "Faire revivre l'esprit de Mossoul", l'Unesco a levé en 2019 plus de 100 millions de dollars, pour moitié promis par les Emirats arabes unis. Les travaux de restauration à la mosquée doivent être terminés d'ici fin 2023. "Le minaret et la salle de prière seront reconstruits à l'identique", a indiqué à l'AFP un responsable local des antiquités.

"Pour moi c'est un jour extraordinaire, je ressens de la joie. La mosquée al-Nouri me rappelle mon enfance", s'émeut Marwane Mouafak, responsable pédagogique de 45 ans. "Cette célébration symbolise le retour du chant du muezzin et de la prière en ce lieu", ajoute-t-il. "Les habitants de Mossoul veulent retrouver leur vie d'avant". 


Au son des tambours, des chants religieux ont retenti dimanche soir dans l'emblématique mosquée al-Nouri, dans la métropole irakienne de Mossoul, premier évènement du genre sur ce site ravagé par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).
Toujours en cours de restauration par l'Unesco, la mosquée et son minaret du XIIème siècle - surnommé par les habitants "la bossue" (Al-Hadba) -...