Rechercher
Rechercher

Économie - Conjoncture

Mikati ne s’attend pas à ce que les négociations avec le FMI aboutissent cette année

Mikati ne s’attend pas à ce que les négociations avec le FMI aboutissent cette année

Le Premier ministre Nagib Mikati a indiqué qu’il allait se réunir avec le cabinet Lazard « ces deux jours (soit donc hier ou aujourd’hui, NDLR) » afin d’amender le plan de redressement économique. Photo AFP

Une semaine après le vote de confiance du Parlement, le Premier ministre Nagib Mikati a estimé lundi soir dans l’émission Vision 2030 sur la LBCI que le Liban serait « chanceux si les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) aboutissent avant la fin de l’année ». Selon lui, le nouvel exécutif devra s’occuper de la « procédure de base », soit, entre autres, unifier les chiffres (des pertes financières) présentés par le ministère des Finances et la Banque du Liban (BDL).

Ce ne sera en revanche pas lui qui mettra en place les « décisions dures et impopulaires » nécessaires pour redresser le pays (comme la réduction des effectifs dans la fonction publique), cette tâche revenant selon lui au gouvernement qui sera désigné par le Parlement à l’issue des prochaines législatives, en passe d’être avancées au 27 mars. Nagib Mikati a en outre indiqué qu’il allait se réunir avec le cabinet Lazard « dans les deux jours (soit donc hier ou aujourd’hui, NDLR) » afin d’amender le plan de redressement que ce dernier avait conçu pour le compte du précédent gouvernement au printemps 2020, jugeant la mouture actuelle « irréaliste ».

En crise depuis la fin de l’été 2019 et en défaut partiel de paiement sur sa dette depuis mars 2020, le Liban a besoin de trouver des financements pour remettre son économie sur les rails. C’est à cette fin que le gouvernement de Hassane Diab, désigné en janvier 2020, avait approché le FMI. Les discussions avaient toutefois été stoppées au cours de l’été 2020 suite à des divergences entre l’exécutif d’un côté, la BDL, les banques et certains députés de l’autre, sur le montant des pertes à absorber et la façon de les répartir.

Carte d’approvisionnement

Le FMI avait pour sa part jugé que l’approche du gouvernement était la plus cohérente des deux. Plusieurs analystes, dont ceux de Bank of America, considèrent que le nouveau ministre des Finances du gouvernement Mikati, Youssef Khalil, un ex-cadre de la BDL, pourrait contribuer à rapprocher les deux camps. Rien, en revanche, ne garantit que le nouveau gouvernement nommé dans le sillage des législatives ou les élus, qui composeront le nouveau Parlement, décideront de poursuivre le travail du gouvernement Mikati.

Parmi ses autres déclarations notables, Nagib Mikati a confirmé que le Liban avait bien reçu 1,139 milliard de dollars provenant des allocations par le FMI des Droits de tirage spéciaux (DTS) de 2009 et de 2021, précisant qu’une partie pourrait être allouée à des investissements dans le secteur de l’électricité. Il a aussi assuré que, contrairement à ce que le précédent gouvernement avait prévu, les DTS ne financeront pas la carte d’approvisionnement, qui devait être lancée le 15 septembre, mais dont la mise en place a été retardée. Ce mécanisme, conçu comme un substitut à la levée des mécanismes de subventions sur les importations, doit en principe fournir des aides financières directes à 500 000 familles. Selon Nagib Mikati, 250 millions de dollars seront alloués par la Banque mondiale pour financer le dispositif, provenant de prêts octroyés non utilisés, mais ne concernant pas le secteur du transport (comme prévu par le gouvernement de Hassane Diab).

Il a enfin souligné sa volonté de stabiliser le taux de change, tout en reconnaissant que la BDL n’avait plus les moyens d’intervenir sur le marché des changes.




Une semaine après le vote de confiance du Parlement, le Premier ministre Nagib Mikati a estimé lundi soir dans l’émission Vision 2030 sur la LBCI que le Liban serait « chanceux si les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) aboutissent avant la fin de l’année ». Selon lui, le nouvel exécutif devra s’occuper de la « procédure de base », soit,...

commentaires (4)

LA CENSURE QU,APPLIQUE L,OLJ SUR LES COMMENTAIRES DES ABONNES N,EST QUE POUR REDORER LE TOISON DES MAFIEUX.

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

11 h 54, le 29 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • LA CENSURE QU,APPLIQUE L,OLJ SUR LES COMMENTAIRES DES ABONNES N,EST QUE POUR REDORER LE TOISON DES MAFIEUX.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    11 h 54, le 29 septembre 2021

  • article-analyse RAPPEL : Kellon ne feront RIEN avant les elections legislatives qui menacerait leurs popularite . RIEN ! d'ou la non inscription a l'ordre du jour de la reunion du cabinet ce matin du dossier/preparatifs des discussions avec le IMF. dans l'attente AUSSI que nasrallah, aou/jobrano aient "decide" -pas necessairement ensemble- de ce qu'ils VEULENT, surement pas de ce qui profiterait au Liban

    Gaby SIOUFI

    11 h 15, le 29 septembre 2021

  • IL FINIRA RAPIDEMENT D'EMPRUNTER LA FAMEUSE PHRASE DE AOUN "ON M'A PAS LAISSER FAIRE" MAIS IL FAUT AVOUER QU'IL EST PLUS HEUREUX QUE AOUN D'AVOIR CETTE CHAISE.

    Gebran Eid

    08 h 59, le 29 septembre 2021

  • Il semble que Mikati se contente d'occuper confortablement son fauteuil, et se désiste progressivement de ce qu'il était supposé faire avancer..

    Esber

    07 h 16, le 29 septembre 2021

Retour en haut