Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Syrie

Soixante-deux enfants morts cette année dans des camps du Nord-Est

Une femme tenant un bébé dans le camp de déplacés d'Al-Hol, en Syrie. Photo d'archives AFP

Soixante-deux enfants sont décédés dans deux camps de déplacés dans le nord-est de la Syrie depuis début 2021, a déploré jeudi l'ONG Save the Children, soulignant le besoin urgent de rapatrier les enfants étrangers pris au piège de l'insécurité.

Dans un nouveau rapport intitulé "Quand vais-je commencer à vivre?", l'ONG évoque des conditions de vie insoutenables dans les camps d'Al-Hol et de Roj contrôlés par les forces kurdes et abritant des dizaines de milliers de déplacés, dont quelque 40.000 enfants, y compris des familles de jihadistes étrangers du groupe Etat islamique (EI).

Malnutrition, maladies, précarité sanitaire, incendies, 62 enfants, soit environ deux par semaine, sont morts dans le camp d'Al-Hol depuis le début de l'année, indique l'ONG, tandis que 73 personnes, dont deux enfants, ont été assassinées. A Al-Hol, seuls 40% des enfants bénéficient d'une éducation, souligne l'ONG, tandis qu'à Roj, 55% des ménages affirment être au courant d'enfants de moins de 11 ans travaillant.
"Il est plus urgent que jamais que les gouvernements étrangers ayant des ressortissants à Al-Hol et Roj (...) assument leurs responsabilités et rapatrient les enfants et leurs familles", alerte l'organisation.

Save the children épingle notamment dans son rapport des pays d'Europe ainsi que le Canada et l'Australie pour leur inaction. Selon l'ONG, Londres n'a rapatrié que quatre enfants de Britanniques sur un soixantaine vivant dans les camps, tandis que Paris a rapatrié 35 enfants de Français sur non moins de 320 qui y résident.

Ces derniers mois, l'Allemagne, la Finlande et la Belgique ont achevé le rapatriement d'un groupe de mères et d'enfants "prouvant une nouvelle fois qu'il est possible de sauver des vies lorsqu'une volonté politique existe", souligne l'ONG. "La violence est un phénomène quotidien à Al -Hol (...) les meurtres, les tentatives de meurtre, les agressions et les incendies volontaires sont également courants".

Dans son rapport, l'ONG rapporte les témoignages de plusieurs enfants, dont Maryam, 11 ans, originaire du Liban. "Je ne peux plus supporter cette vie. Nous ne faisons rien d'autre qu'attendre", avait-elle confié en mai. La petite fille serait morte depuis, sa mère blessée et son frère porté disparu lors d'une tentative infructueuse d'évasion du camp, selon Save the Children.

Malgré les exhortations répétées des Kurdes, la plupart des pays refusent de rapatrier leurs citoyens, se contentant de rapatriements au compte-goutte par crainte d'éventuels actes terroristes sur leur sol.

Soixante-deux enfants sont décédés dans deux camps de déplacés dans le nord-est de la Syrie depuis début 2021, a déploré jeudi l'ONG Save the Children, soulignant le besoin urgent de rapatrier les enfants étrangers pris au piège de l'insécurité.Dans un nouveau rapport intitulé "Quand vais-je commencer à vivre?", l'ONG évoque des conditions de vie insoutenables dans les camps...