Rechercher
Rechercher

Économie

Citi plaide pour un dollar à 10 000 livres

Dans une note datée du 15 septembre, le groupe financier américain Citi souligne qu’avec la formation d’un nouveau gouvernement sous la direction du Premier ministre Nagib Mikati, « le premier obstacle vers une éventuelle résolution de la crise a été franchi », tout en soulignant que le prochain défi consiste à « proposer un plan de stabilisation économique ». Un programme dans lequel la détermination du taux de change de la monnaie nationale « sera essentiel » pour l’élaboration des politiques fiscales et commerciales.

Selon le groupe financier, le taux qui reflète le mieux la situation actuelle et qui devrait être adopté dans le cadre d’un tel plan est de 10 000 livres libanaises pour un dollar, soit plus de 4 000 livres de moins par rapport au taux du marché parallèle en vigueur depuis plusieurs jours. Toutefois, Citi appelle à ce que ses estimations soient prises avec « des pincettes ». Car, selon le groupe, « l’incertitude concernant les données, la méthodologie (adoptée) et (…) les hypothèses formulées » pourraient faire en sorte que ce taux soit différent. Une autre option qu’elle envisage serait de fixer initialement le taux de change à un taux plus bas, par exemple 8 000 livres pour un dollar, avant de le laisser se déprécier progressivement d’environ 5 % par an ; un rythme déjà envisagé dans une note publiée l’année dernière.


Dans une note datée du 15 septembre, le groupe financier américain Citi souligne qu’avec la formation d’un nouveau gouvernement sous la direction du Premier ministre Nagib Mikati, « le premier obstacle vers une éventuelle résolution de la crise a été franchi », tout en soulignant que le prochain défi consiste à « proposer un plan de stabilisation...

commentaires (1)

Grace a la BDL et au ministeres des finances et de l'economie, les crapules bancaires proposent de racheter les comptes des deposants en dollars a 20% de leur valeur nominale tandis sue les commercants cupides exigent d'etre payes en "Fresh". Tous complices : politichiens, hauts fonctionnaires, crapules bancaires et commercants cupides, sans oublier le corps judiciaire deliquescent.

Michel Trad

00 h 00, le 22 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Grace a la BDL et au ministeres des finances et de l'economie, les crapules bancaires proposent de racheter les comptes des deposants en dollars a 20% de leur valeur nominale tandis sue les commercants cupides exigent d'etre payes en "Fresh". Tous complices : politichiens, hauts fonctionnaires, crapules bancaires et commercants cupides, sans oublier le corps judiciaire deliquescent.

    Michel Trad

    00 h 00, le 22 septembre 2021

Retour en haut